Aller au contenu principal

Pâturage de vaches gestantes
Bilan d´un essai concluant dans les Pays de la Loire

Avec quelques précautions, l´allongement du pâturage est sans conséquence sur les performances animales. La production annuelle des prairies n´est pas pénalisée et la pousse automnale mieux exploitée.


L´allongement de la durée de pâturage de vaches gestantes n´a pas eu d´incidence sur leurs performances au cours de l´essai mené par l´Institut de l´Elevage à la ferme expérimentale des Etablières. « En moyenne les vaches ayant pâturé en automne-hiver ont tendance à être un peu plus lourdes en fin d´hiver que celles rentrées normalement, mais les écarts sont compensés pendant le pâturage suivant. L´état corporel a tendance à augmenter en début d´hiver chez les animaux au pâturage mais en fin d´hiver et au cours du pâturage suivant, les deux lots d´animaux présentent un état similaire. »

Disponibilité en herbe peu différente
Les croissances des veaux nés en moyenne au 15 février ont été équivalentes dans les deux lots. Les résultats d´analyses coproscopiques montrent que les prairies pâturées en hiver ne sont pas plus contaminées par les strongles gastro-intestinaux que les autres. Après trois ans d´expérimentation, la qualité du couvert végétal est peu différente entre les parcelles témoins et celles pâturées en automne hiver. « La composition floristique a évolué de la même façon avec l´apparition d´espèces fourragères de qualité moyenne (agrostis) à médiocre (houlque laineuse et pâturin annuel) mais la part des bonnes graminées demeure élevée. »
©Source : Institut de l´Elevage

Début novembre, la disponibilité en herbe était en moyenne de 900 kilos de matière sèche par hectare, et elle est peu différente au printemps suivant que la parcelle ait été pâturée ou non entre novembre et janvier. Le chargement instantané était de cinq à six vaches par hectare. Un premier passage était effectué avec un temps de séjour de 3,5 jours par hectare pour une hauteur d´herbe de sortie de 5 centimètres (six ou sept parcelles). Un deuxième passage plus rapide (1,7 jour par hectare) a été effectué sur la moitié des surfaces qui présentaient une hauteur d´herbe à l´entrée des animaux de 8 centimètres.
Le pâturage d´automne-hiver a permis de valoriser une herbe qui aurait été plus ou moins perdue par sénescence sinon. La consommation de foin ou paille disposée dans un ratelier a été de seulement 75 kilos Matière sèche en moyenne. Pendant ce temps, les animaux en stabulation en ont consommé 580 kilos de matière sèche.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande