Aller au contenu principal

Pâturage de vaches gestantes
Bilan d´un essai concluant dans les Pays de la Loire

Avec quelques précautions, l´allongement du pâturage est sans conséquence sur les performances animales. La production annuelle des prairies n´est pas pénalisée et la pousse automnale mieux exploitée.


L´allongement de la durée de pâturage de vaches gestantes n´a pas eu d´incidence sur leurs performances au cours de l´essai mené par l´Institut de l´Elevage à la ferme expérimentale des Etablières. « En moyenne les vaches ayant pâturé en automne-hiver ont tendance à être un peu plus lourdes en fin d´hiver que celles rentrées normalement, mais les écarts sont compensés pendant le pâturage suivant. L´état corporel a tendance à augmenter en début d´hiver chez les animaux au pâturage mais en fin d´hiver et au cours du pâturage suivant, les deux lots d´animaux présentent un état similaire. »

Disponibilité en herbe peu différente
Les croissances des veaux nés en moyenne au 15 février ont été équivalentes dans les deux lots. Les résultats d´analyses coproscopiques montrent que les prairies pâturées en hiver ne sont pas plus contaminées par les strongles gastro-intestinaux que les autres. Après trois ans d´expérimentation, la qualité du couvert végétal est peu différente entre les parcelles témoins et celles pâturées en automne hiver. « La composition floristique a évolué de la même façon avec l´apparition d´espèces fourragères de qualité moyenne (agrostis) à médiocre (houlque laineuse et pâturin annuel) mais la part des bonnes graminées demeure élevée. »
©Source : Institut de l´Elevage

Début novembre, la disponibilité en herbe était en moyenne de 900 kilos de matière sèche par hectare, et elle est peu différente au printemps suivant que la parcelle ait été pâturée ou non entre novembre et janvier. Le chargement instantané était de cinq à six vaches par hectare. Un premier passage était effectué avec un temps de séjour de 3,5 jours par hectare pour une hauteur d´herbe de sortie de 5 centimètres (six ou sept parcelles). Un deuxième passage plus rapide (1,7 jour par hectare) a été effectué sur la moitié des surfaces qui présentaient une hauteur d´herbe à l´entrée des animaux de 8 centimètres.
Le pâturage d´automne-hiver a permis de valoriser une herbe qui aurait été plus ou moins perdue par sénescence sinon. La consommation de foin ou paille disposée dans un ratelier a été de seulement 75 kilos Matière sèche en moyenne. Pendant ce temps, les animaux en stabulation en ont consommé 580 kilos de matière sèche.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Les facteurs de risque d’apparition de l’omphalite sont probablement très nombreux et varient d’un élevage à l’autre. © V. Herry
La prévention des omphalites est complexe

On manque sérieusement de données scientifiques sur les facteurs favorisant l’infection du nombril des…

Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande