Aller au contenu principal

Une opération historique
Bigard prend le contrôle de Socopa

Le leader de la viande bovine en France va prendre le contrôle du second opérateur pour constituer un groupe à envergure européenne. La concentration de l’abattage des gros bovins en sera considérablement accrue.

© S. LEITENBERGER

Dans un communiqué daté du 31 juillet, Bigard et Socopa ont annoncé que les deux groupes envisageaient la constitution d’une société, nouvelle filiale du groupe privé Bigard, qui intègrerait tous les actifs du groupe coopératif Socopa. Cette opération devra encore obtenir le feu vert de la DGCCRF et est prévue pour entrer en vigueur au 1er janvier 2009.

Le groupe Bigard serait l’actionnaire majoritaire à 51 % et les huit grandes sociétés coopératives (Coopagri Bretagne, Agrial, CAM, Even, Cavac, Union Set, Est Appro, Cap Seine) ainsi qu’Unigrains qui contrôlent actuellement Socopa détiendraient 34 % du capital du nouvel ensemble. Les derniers 15 % appartenant à d’autres financiers.

Naissance d'un groupe français à envergure européenne

« Véritable industrie lourde avec des investissements considérables et de très gros besoins en main-d’oeuvre, le secteur de la viande - outre le risque permanent d’une crise sanitaire - n’a pas grande aptitude à dégager une rentabilité satisfaisante par rapport aux autres branches de l’agroalimentaire », explique le communiqué. « La restructuration et la concentration sont des options retenues par le groupe Bigard depuis 1995. » En particulier, il y a un an, intervenait le rachat de Charal. Socopa connaissait depuis plusieurs mois des difficultés. C’est avec Bigard, une  entreprise française qui en prend le contrôle, au moment où de nombreux mouvements interviennent entre opérateurs mondiaux. En particulier le hollandais Vion rachète Grampian, une grande entreprise du secteur de la viande britannique et un peu plus tôt, l’industriel brésilien JBS Friboi investissait en Europe avec le rachat de 50 % de l’italien Inalca. Bigard et Socopa réalisant chacun entre 2 et 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le nouveau groupe aura une stature européenne.

Le débouché de plus de 40 % des gros bovins français

Pour l’abattage des gros bovins, Bigard traite 345000 tonnes par an et Socopa 208 000 tonnes (chiffres respectivement de 2007 et 2006). Le nouveau groupe représentera le débouché de près de 40 % des gros bovins français, les abattages contrôlés représentant 1245000 tec. Son organisation n’est pas encore définie. Des informations devraient être données à partir de fin septembre, assure-t-on chez Bigard à Quimperlé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande