Aller au contenu principal

Fourrages
Bien choisir la précocité des variétés de maïs

Après plusieurs années chaudes successives, faut-il choisir des variétés de maïs fourrage plus tardives ? Le point avec Arvalis-Institut du Végétal.


La précocité est une expression de la durée du cycle de développement de la plante. Les variétés sont réparties en six groupes : très précoces (groupe A), précoces (B), 1/2 précoces (C), 1/2 tardifs (D), tardifs (E1) et très tardifs (E2). Pour chaque variété, la durée du cycle est essentiellement déterminée par les besoins en chaleur de la plante, que l´on mesure par la somme des températures enregistrées chaque jour entre le 1er mai et le 20 octobre, et que l´on exprime en degré-jour. Or ces dernières années, les sommes de température semblent bien augmenter. Le maïs récolté est plus sec, ce qui peut le rendre plus difficile à conserver, à moins de porter une attention particulière au tassement du silo et à la finesse de hachage. Il est aussi plus riche en amidon. ll faut tenir compte de cette teneur en amidon dans l´équilibre de la ration pour éviter des risques d´acidose. La valeur UFL du maïs est en général préservée, mais les risques de dégradation de la partie « tiges + feuilles » sont assez importants. Et cette partie joue un rôle non négligeable dans la valeur énergétique du maïs. Il y a ainsi dans ces conditions un certain risque de perte de régularité de la qualité de l´ensilage.
Une variété très précoce a un cycle court par opposition à une variété tardive dont le cycle est long. ©S. Leitenberger

Selon Arvalis-Institut du Végétal, il peut s´avérer intéressant de choisir une variété d´un groupe de précocité plus tardif si les sommes de température sont régulièrement supérieures de 80 degrés-jours à ce qui représentait la référence de la région il y a quelques années. Un gain de rendement sans perte de qualité est possible dans ces conditions. En revanche, si l´année est plus froide que prévue, la variété n´atteindra pas son potentiel de rendement ou même aura du mal à atteindre la maturité. « Avec une variété trop tardive, le rendement et la valeur alimentaire peuvent être pénalisés, à moins d´avoir une bonne arrière-saison. De plus les risques sont nombreux (récolte à sous-maturité, chantier en conditions difficiles) et il n´y a pas de compensation économiquement positive. » Si on la récolte à la même date que d´habitude, la teneur en matière sèche sera faible et il y a des risques de perte au silo par jus.
C´est donc un risque à évaluer avec l´appui d´un technicien, et peut-être à prendre sur une partie des parcelles de maïs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande