Aller au contenu principal
Font Size

Belle Bleue recherche une nouvelle dynamique

Afin de redynamiser le label rouge dont dispose le rameau français de la Blanc Bleu, les partenaires concernés par cette démarche se mobilisent.

© Blanc Bleu

Le rameau français de la race Blanc Bleu dispose d'un label rouge depuis 1989. Il concerne des boeufs de 30 à 48 mois et des femelles de 28 mois à 8 ans soumis à une finition de 4 mois sans ensilage, avec un aliment agréé. Malheureusement, l'activité de ce label a fortement diminué ces dernières années. L'organisme de sélection Blanc Bleu France, la Maison de l'Elevage du Nord, et le Groupement Qualité Nord-Pas de Calais souhaitent pouvoir donner une nouvelle dynamique à cette démarche. Pour cela, les partenaires ont souhaité dans un premier temps analyser les raisons de cette désaffection.
Parmi les motifs principaux de la baisse d'audience du label, ils ont mis en évidence « la concurrence du bétail belge et ses prix plus accessibles, l'obligation d'exclusivité pour les bouchers et peut-être aussi un manque d'agressivité commerciale et de cohésion régionale des acteurs de la filière. »
Ce n'est plus le cas aujourd'hui avec la qualification des seuls élevages français et l'arrêt de l'obligation d'exclusivité imposée aux bouchers.
Autre contrainte qui n'en est pas une pour une bonne partie des troupeaux : l'allaitement au pis obligatoire pendant 4 mois minimum, mais qui demeure possible avec une vache nourrice.

Réduction des frais d'ahésion
pour les éleveurs
Pour rendre plus attractive cette démarche, il a été décidé lors de la dernière assemblée générale de l'association Belle Bleue Promotion du 23 juin de réduire les coûts d'adhésion demandés aux éleveurs. « La cotisation à l'animal labellisé passera ainsi de 60 à 45 EUR, soit environ un coût de 0,10 EUR du kilo de carcasse, laissant espérer une plus-value après frais de gestion d'au moins 75 EUR par animal », précisent les gestionnaires du label. Bénéficiant de l'appui de Blanc Bleu France, du Groupement Qualité Nord-Pas de Calais, d'Interbev Nord-Picardie et de l'association Elvea Nord-Pas de Calais, l'association Belle Bleue Promotion a su remobiliser les opérateurs régionaux autour du projet. « C'est en lien avec les abattoirs de Douai et Valenciennes que les deux Établissements Outrebon de Aix-Noulette, Agriviandes de la Cevinor à Haut-Lieu et Pruvost-Leroy de Saint-Hilaire Côtes vont agir pour redynamiser la filière, en sensibilisant leurs boucheries à l'intérêt de se distinguer au travers de la marque de la  qualité régionale. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande