Aller au contenu principal

Belle Bleue recherche une nouvelle dynamique

Afin de redynamiser le label rouge dont dispose le rameau français de la Blanc Bleu, les partenaires concernés par cette démarche se mobilisent.

© Blanc Bleu

Le rameau français de la race Blanc Bleu dispose d'un label rouge depuis 1989. Il concerne des boeufs de 30 à 48 mois et des femelles de 28 mois à 8 ans soumis à une finition de 4 mois sans ensilage, avec un aliment agréé. Malheureusement, l'activité de ce label a fortement diminué ces dernières années. L'organisme de sélection Blanc Bleu France, la Maison de l'Elevage du Nord, et le Groupement Qualité Nord-Pas de Calais souhaitent pouvoir donner une nouvelle dynamique à cette démarche. Pour cela, les partenaires ont souhaité dans un premier temps analyser les raisons de cette désaffection.
Parmi les motifs principaux de la baisse d'audience du label, ils ont mis en évidence « la concurrence du bétail belge et ses prix plus accessibles, l'obligation d'exclusivité pour les bouchers et peut-être aussi un manque d'agressivité commerciale et de cohésion régionale des acteurs de la filière. »
Ce n'est plus le cas aujourd'hui avec la qualification des seuls élevages français et l'arrêt de l'obligation d'exclusivité imposée aux bouchers.
Autre contrainte qui n'en est pas une pour une bonne partie des troupeaux : l'allaitement au pis obligatoire pendant 4 mois minimum, mais qui demeure possible avec une vache nourrice.

Réduction des frais d'ahésion
pour les éleveurs
Pour rendre plus attractive cette démarche, il a été décidé lors de la dernière assemblée générale de l'association Belle Bleue Promotion du 23 juin de réduire les coûts d'adhésion demandés aux éleveurs. « La cotisation à l'animal labellisé passera ainsi de 60 à 45 EUR, soit environ un coût de 0,10 EUR du kilo de carcasse, laissant espérer une plus-value après frais de gestion d'au moins 75 EUR par animal », précisent les gestionnaires du label. Bénéficiant de l'appui de Blanc Bleu France, du Groupement Qualité Nord-Pas de Calais, d'Interbev Nord-Picardie et de l'association Elvea Nord-Pas de Calais, l'association Belle Bleue Promotion a su remobiliser les opérateurs régionaux autour du projet. « C'est en lien avec les abattoirs de Douai et Valenciennes que les deux Établissements Outrebon de Aix-Noulette, Agriviandes de la Cevinor à Haut-Lieu et Pruvost-Leroy de Saint-Hilaire Côtes vont agir pour redynamiser la filière, en sensibilisant leurs boucheries à l'intérêt de se distinguer au travers de la marque de la  qualité régionale. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande