Aller au contenu principal

Bâtiments d’élevage : comment évoluent les prix à la construction en vaches allaitantes ?

Les chambres d’Agriculture de la Creuse et de l’Indre ont publié une synthèse des coûts de construction pour les stabulations aire paillée intégrale en vaches allaitantes (1) - qui constituent la grande majorité des projets déposés - et pour les hangars à fourrage. Ces chiffres actualisés donnent des repères précieux aux éleveurs dans un contexte d’inflation.

Si la hausse des prix à la construction était restée plutôt modérée entre 2017 et 2021 (3 % par an en moyenne), les indicateurs ont explosé par la suite en lien avec la reprise économique post-covid et la guerre en Ukraine. Sur la période 2021-2022, les coûts des bâtiments d’élevage ont augmenté de 31 % (2). En comparaison aux dernières références datant de 2018, le prix moyen à la place a augmenté de 1 200 € en bâtiment d’élevage (3) et il s’est renchéri de 53 €/m² pour le stockage de paille et fourrage. Pour l’année 2023, « d’après les premiers devis reçus, une stabilisation voire une légère baisse des prix des matériaux semble se profiler. Aussi, les délais des devis ont tendance à s’allonger. Certains sont valables jusqu’à un mois », observe Louis Thomas, conseiller bâtiment à la chambre d’Agriculture de l’Indre.

Parmi les solutions évoquées pour préserver son budget, les experts préconisent d’installer un soubassement en plateau bois (1,60 m de hauteur) sur longrine en béton (40 cm de hauteur), plutôt que des murs béton de 2 m. « Ce choix du matériau permet d’économiser 60 à 75 € par place en moyenne », estiment-ils. Limiter le nombre de façade bardée est une autre piste pour réduire ses coûts. « L’autoconstruction sur la partie maçonnerie est également un bon moyen de faire des économies mais il est important de mesurer l’ampleur du temps passé sur le chantier, qui ne doit pas empiéter sur les autres tâches de l’exploitation », évoque Renaud Selles, conseiller bâtiment à la chambre d’Agriculture de la Creuse.

Bien réfléchir à l’implantation de son futur bâtiment

« Le choix du site et les conditions d’implantation du futur bâtiment sont déterminants car ils influencent directement les frais de terrassement, de fondations et les frais liés aux raccordements en eau et électricité », reprend-il. Avant d’ajouter que le terrassement et la maçonnerie font partie des postes les plus fluctuants selon les projets et les entreprises. Il ne faut donc pas hésiter à comparer plusieurs devis et à demander toutes les précisions nécessaires à l’entrepreneur.

S’agissant des coûts de fonctionnement, les experts recommandent de prévoir un bâtiment évolutif permettant de réaménager une partie en aire raclée ou en logettes. En effet, « bien que les stabulations en aire paillée intégrale semblent avoir des coûts d’investissements moins onéreux que d’autres constructions, son coût de fonctionnement est le plus élevé en fonction des situations (coûts et disponibilités de la paille et caractéristiques de l’exploitation) ».

(1) Avec la contribution financière du CASDAR
(2) Prix moyens constatés sur les départements de la Creuse et de l’Indre à partir des données issues des prix unitaires relevés sur une partie des dossiers de demande de subvention PCAE sur la période 2021 et 2022.
(3) La surface par couple mère/veau varie de 13 à 14 m² par couple selon la configuration du bâtiment.

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Congrès FMBV : face à la décapitalisation, « on est là pour regarder les choses en face et avancer ensemble »

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande