Aller au contenu principal
Font Size

Fourrages
Avec du foin rare et cher, opter plutôt pour des rations à base de paille et concentrés

Quand le foin est rare et cher, il est plus économique de se tourner vers des rations à base de paille et aliments plutôt que d´acheter du foin à n´importe quel prix.


Et de souligner comme beaucoup de ses collègues « que face à du foin rare et cher, le plus économique reste bien d´acheter de la paille et de la compléter avec des aliments concentrés ». Pascal Bisson, de la chambre d´agriculture des Deux-Sèvres, préconise ainsi, pour les éleveurs qui finissent des animaux avec de l´ensilage de maïs, de réserver celui-ci « pour les femelles d´élevage et de réaliser une finition avec plus de céréales voire uniquement en sec et de la paille. La distribution de paille de céréales ou de pois sera réservée aux bovins à forte capacité d´ingestion, vaches avant vêlage et éventuellement après, et aux génisses de deux ans. »
Depuis quatre ans, des râteliers de paille fleurissent régulièrement dans les prés en cours d´été. ©F. d´Alteroche

Du foin avec parcimonie
Et de préciser qu´il est possible de reconstituer l´équivalent de dix kilos de foin en complétant sept kilos de paille de bonne qualité par différents aliments, au choix : 0,6 kg de soja 48 et 2,2 kg de céréale ; 0,9 kg de tourteau de colza 35 et 2 kg de céréale ; 0,6 kg d´aliment bovin 40 % et 2,3 kg de céréale ; 2,7 kg de luzerne déshydratée 18 % et 1 kg de céréale. Un déficit de 50 tonnes de foin peut ainsi être comblé par 35 tonnes de paille, 11 tonnes de céréales et 3 tonnes de tourteau de soja. « L´utilisation de céréales, produites sur l´exploitation ou achetées reste toujours plus intéressante comparativement à d´autres concentrés ou co-produits. »
Un avis que partage Yves Cransac, de la chambre d´agriculture de l´Aveyron, pour la zone Massif central où les rations à base de paille ne sont pas ancrées dans les habitudes : « Avec le coût du transport qui pèse de plus en plus lourd, les produits les plus commodes à faire rentrer ce sont bien les produits secs, granulés et déshydratés, et en second lieu la paille pour faire de la cellulose. La règle est donc d´étaler le foin disponible sur tout l´hiver pour ne pas se retrouver en rupture de stock et de compléter la ration avec des produits secs de substitution selon les quantités qu´il manque : de la paille associée à des céréales, des déshydratées ou de l´aliment sécheresse. Il n´y a pas d´inconvénient à faire des rations avec moitié foin moitié paille pour tous les animaux à besoins modérés. Surtout en année sèche où le foin est généralement très riche. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande