Aller au contenu principal

Aux États-Unis, la recapitalisation du cheptel allaitant est en cours

Une recapitalisation encore timide.
Une recapitalisation encore timide.
© F. d'Alteroche

Le nombre de vaches allaitantes avait beaucoup diminué aux États-Unis ces dernières années. Ce chiffre était passé d'environ 33 millions de têtes en 2005 à 30 millions l’an dernier. Le corollaire de cette évolution a été la nette baisse du nombre d’animaux maigres disponibles. Leur prix a, de ce fait, nettement progressé, attisant le flux des importations de broutards depuis le Mexique et le Canada afin de venir garnir les feed-lots des États-Unis. Cette progression a respectivement été de + 19% et + 13% entre 2013 et 2014.

« On est cependant depuis l’an dernier en phase de recapitalisation du cheptel allaitant », a expliqué Pauline Madrange, agroéconomiste à l’Institut de l’élevage lors d’une journée organisée sur les marchés mondiaux de la viande bovine. « C’est aussi lié à la fin de la séchersse en Amérique du Nord. » Elle a permis une nette amélioration des disponibilités fourragères. Ce manque de fourrage avait obligé à liquider un certain nombre d’animaux dans les zone de naissage.

Ce début de recapitalisation est aussi très lié à la hausse des prix du bétail fini et par ricochet du bétail maigre. Cependant cette recapitalisation est encore timide. Elle ne permettra pas à brève échéance de revenir aux effectifs du début des années 2000, amputant quelque peu le potentiel de production du pays.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
La production de viande bovine poursuivra sa baisse en 2022
L’Institut de l’Élevage publie dans un communiqué du 20 janvier 2022 ses prévisions pour l'année 2022. C'est une nouvelle baisse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande