Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Au Salon de l’Agriculture, belles enchères pour des limousines Blason Prestige

Pour sa quinzième édition, la vente de femelles bouchères organisée dans le cadre du Salon de l’Agriculture par Limousin Promotion s’est traduite par un prix moyen d’un peu plus de 9000 €.

Au salon de l’Agriculture le lundi est traditionnellement la journée des bouchers. La fermeture de leur boutique leur laisse un peu de temps pour venir flâner dans les allées du Hall 1. Lundi 24 février, Limousin Promotion, l’Organisme de Défense et de Gestion du label rouge Limousin Blason Prestige organisait donc sur l’un des deux ring  du Hall 1 sa quinzième vente consécutive de femelles limousines bouchères de haute qualité. Onze jeunes vaches et génisses, toutes produites dans le cadre de ce label étaient proposées aux enchères à un panel d’acheteurs (bouchers, restaurants et grandes surfaces …) lesquels devaient, pour pouvoir participer, être engagés dans le cadre de ce label. Les animaux mis en vente avaient été triés le 31 janvier dernier parmi une quarantaine de prétendantes à l’occasion d’un rassemblement organisé à Lubersac en Corrèze.

Les animaux proposés n’étaient pas faits au moule, mais presque ! Leur poids oscillait entre 907 et 1033 kg, toutes étaient forcément très bien finies. « Elles sont fines d’os et montées comme sur des allumettes et vous pouvez sans problème verser le contenu d’au moins une bouteille de champagne dans la gouttière formée dans le creux de leur dos. Elle tiendra sans fuites sans problème ! » soulignait Alain Passerieux, jeune retraité du Groupement Limousin Bétail et Viande en Haute-Vienne. Les encans ont été managés de main de maître par Olivier Rambert responsable commercial d’Interlim. Le prix moyen est d’un peu plus de 9 000 €, compris dans une fourchette entre 8 100 et 10 200 €. La meilleure enchère concerne une vache du Gaec Camus-Huberson d’Arnac la Poste en Haute-Vienne achetée par Michel Robert du restaurant Hall West à Limoges. L’une des très bonnes table limougeaude, spécialisée dans la viande, où les portions sont connues pour être généreuses tout en jouant pleinement le jeu côté approvisionnement local, et qui plus est en valorisant des carcasses entières dans un restaurant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande