Aller au contenu principal

Au Salon de l’Agriculture, belles enchères pour des limousines Blason Prestige

Pour sa quinzième édition, la vente de femelles bouchères organisée dans le cadre du Salon de l’Agriculture par Limousin Promotion s’est traduite par un prix moyen d’un peu plus de 9000 €.

Au salon de l’Agriculture le lundi est traditionnellement la journée des bouchers. La fermeture de leur boutique leur laisse un peu de temps pour venir flâner dans les allées du Hall 1. Lundi 24 février, Limousin Promotion, l’Organisme de Défense et de Gestion du label rouge Limousin Blason Prestige organisait donc sur l’un des deux ring  du Hall 1 sa quinzième vente consécutive de femelles limousines bouchères de haute qualité. Onze jeunes vaches et génisses, toutes produites dans le cadre de ce label étaient proposées aux enchères à un panel d’acheteurs (bouchers, restaurants et grandes surfaces …) lesquels devaient, pour pouvoir participer, être engagés dans le cadre de ce label. Les animaux mis en vente avaient été triés le 31 janvier dernier parmi une quarantaine de prétendantes à l’occasion d’un rassemblement organisé à Lubersac en Corrèze.

Les animaux proposés n’étaient pas faits au moule, mais presque ! Leur poids oscillait entre 907 et 1033 kg, toutes étaient forcément très bien finies. « Elles sont fines d’os et montées comme sur des allumettes et vous pouvez sans problème verser le contenu d’au moins une bouteille de champagne dans la gouttière formée dans le creux de leur dos. Elle tiendra sans fuites sans problème ! » soulignait Alain Passerieux, jeune retraité du Groupement Limousin Bétail et Viande en Haute-Vienne. Les encans ont été managés de main de maître par Olivier Rambert responsable commercial d’Interlim. Le prix moyen est d’un peu plus de 9 000 €, compris dans une fourchette entre 8 100 et 10 200 €. La meilleure enchère concerne une vache du Gaec Camus-Huberson d’Arnac la Poste en Haute-Vienne achetée par Michel Robert du restaurant Hall West à Limoges. L’une des très bonnes table limougeaude, spécialisée dans la viande, où les portions sont connues pour être généreuses tout en jouant pleinement le jeu côté approvisionnement local, et qui plus est en valorisant des carcasses entières dans un restaurant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande