Aller au contenu principal

Gestion du pâturage
Au moment de la mise à l´herbe, prévoir et organiser la campagne d´herbe

L´herbe est la matière première alimentaire de base pour tout élevage allaitant. Tout bon éleveur doit donc savoir cultiver l´herbe.
En France, l´herbe et l´élevage allaitant sont indissociables. Les animaux en phase d´élevage sont dans les pâtures la plus grande partie de l´année.


Puis l´herbe conservée sous forme de foin, d´ensilage ou d´enrubannage est à la base de l´alimentation de ces animaux tout au long de la mauvaise saison. Le fait d´avoir de l´herbe en quantité comme en qualité et surtout le plus régulièrement possible doit donc être une priorité. La conduite des prairies de l´exploitation doit viser à permettre d´atteindre le maximum d´autonomie alimentaire tant par la constitution de stocks de foin, d´ensilage et d´enrubannage suffisants que par un pâturage bien conduit.
Il ne faut surtout pas oublier que l´herbe pâturée est le fourrage le plus économique sur une exploitation. Il convient donc de maximiser la durée de son utilisation à condition que les croissances ne soient pas pour autant pénalisées.
©F.A.

Incontournables dans les systèmes allaitants, les surfaces en herbe
n´ont malheureusement pas la place qu´elles méritent dans le cortège des aides compensatoires comparativement à d´autres plantes fourragères. F. d´Alteroche
Prévoir les surfaces de fauche pour les stocks fourragers
Au printemps, avant la mise à l´herbe des lots d´animaux, il faut déjà prévoir leur prochaine rentrée à l´étable et donc veiller à réserver suffisamment de surface de fauche pour constituer les stocks fourragers de l´hiver à venir. « La réalisation d´une prévision fourragère avant la mise à l´herbe permet d´ajuster les surfaces à pâturer et à récolter en fonction de l´effectif du troupeau et de prévoir d´éventuels achats de fourrages et de concentrés », expliquent les techniciens des Chambres d´agriculture de Champagne-Ardenne dans une brochure consacrée à l´élevage allaitant. Suivant le format des animaux du troupeau, il faut prévoir entre 1,5 et 2 tonnes de matière sèche par UGB (voir tableau ci-joint) et en déduire les surfaces à faucher en fonction du rendement habituel des prairies. Le rendement pouvant varier d´une année sur l´autre, il est toujours plus confortable d´avoir trois semaines à un mois de réserves « au cas où ».
La surface à pâturer au printemps s´obtient par déduction en soustrayant de la surface fourragère la surface de fauche. Plus le chargement est élevé et plus la surface réservée à la pâture ramenée à l´UGB sera faible.
Le pâturage tournant des lots d´animaux va ensuite améliorer la productivité des prairies grâce à la fréquence de « coupe » de l´herbe. Les passages réguliers des animaux dans les parcelles participent à la bonne valorisation de l´herbe et stimulent sa repousse. Un retour assez fréquent des lots limite par ailleurs les risques de refus, toujours préjudiciables au bon équilibre de la flore et donc à la qualité de la prairie.

Les surfaces disponibles au pâturage sont connues après déduction des surfaces en fauche.
Il faut se rappeler que plus le chargement sera élevé et plus la surface pâturée par animal sera réduite. Les Chambres d´Agriculture de Champagne Ardenne estiment que « l´autonomie sur la surface en herbe est possible jusqu´à un chargement situé selon les régions entre 1,2 et 1,3 UGB/ha d´herbe. Au-delà, il faut avoir recours à d´autres fourrages (maïs, luzerne, paille, co-produits). »

Un groupe de parcelles pour chaque lot
En période humide, sur des sols peu portants (limono-argileux), le pâturage tournant devient limitant dès que la surface est inférieure à 40-50 ares/UGB. Dans ces situations, l´association pâturage continu jusqu´au 15 - 20 mai et pâturage tournant par la suite constitue une solution intéressante qui diminue le chargement lors de la période à risque et limite donc les effets de piétinement. A chaque lot, il est conseillé d´attribuer un petit groupe de parcelles, si possible proches les unes des autres pour faciliter la rotation du troupeau. « Une surface suffisante sera assurée par un minimum de 35 ares par UGB. Pour un chargement de 1,2 UGB/ha d´herbe, un lot de 25 vaches suitées et un taureau auront donc besoin de 10,4 ha d´herbe à pâturer au printemps », précise-t-on à la Chambre d´agriculture de la Creuse.
Pour fournir aux animaux une herbe de qualité et favoriser les repousses feuillues, les animaux doivent pouvoir passer dans la totalité des parcelles avant l´épiaison, sachant qu´il est conseillé de faire entrer les animaux dans une parcelle dès que la hauteur d´herbe atteint 10 cm et dépasse la cheville d´un pied botté et de les faire sortir lorsque la hauteur moyenne est de 5 cm (hauteur du talon de la botte) pour éviter un rasement excessif néfaste à la vigueur de la repousse. La date de récolte des parcelles de fauche va ensuite permettre d´introduire de nouvelles surfaces en herbe pour chaque lot et réduira d´autant le chargement. Sauf cas de sécheresse majeure, l´ensilage, l´enrubannage ou le foin précoce permettent de passer sans trop de dommage le seuil souvent critique du début d´été lorsque le manque d´eau se fait sentir. Ces repousses sont alors les bienvenues pour permettre des croissances correctes de façon économe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande