Aller au contenu principal

Au congrès de la FNB, Stéphane Le Foll a déçu les producteurs

Le congrès de la Fédération nationale bovine a eu lieu en terre Aveyronnaise les 4 et 5 février 2015. L'intervention de Stéphane Le Foll par vidéo interposée ne s'est traduite par aucune annonce de la part du ministère de l'Agriculture.

La prestation de Stéphane Le Foll par vidéo interposée n'a guère été appréciée par les éleveurs lors de ce congrès ruthénois.
La prestation de Stéphane Le Foll par vidéo interposée n'a guère été appréciée par les éleveurs lors de ce congrès ruthénois.
© F. d'Alteroche

A l'occasion du congrès de la Fédération nationale bovine (FNB) qui s'est tenu à Rodez le 5 février dernier, Stéphane Le Foll -retenu à Paris pour la conférence de presse du Président de la République de part sa fonction de porte-parole du gouvernement - s'est exprimé par le biais d'une vidéo. Cette intervention par écran interposé n'a pas répondu aux attentes des éleveurs. Le ministre n'a rien dévoilé des derniers arbitrages de la PAC alors que c'est sur ces aspects qu'il était plus particulièrement attendu.

Le ministre n'a pas crevé l'écran

Pas un mot sur les dernières modalités d'attribution de l'aide couplée à la vache allaitante. Certes, l'essentiel du dispositif est connu, mais il manque encore bien des détails et ces derniers n'ont donc pas été dévoilés à Rodez. Rien non plus sur la mise en oeuvre de l'ICHN (Indemnité compensatoire de handicap naturel). Pas davantage d'informations sur d'éventuels assouplissements de la délimitation des zones vulnérables dans le cadre de la directive nitrate. « On en a assez d'attendre. Que font les services du Ministère alors que l'on est à moins d'un mois du début des déclarations PAC. C'est inadmissible,» tempêtaient les éleveurs, déplorant le manque de sérieux et l'amateurisme avec lequel la rue de Varenne traite les dossiers. « L'actuel mode de fonctionnement du ministère me dépasse, » reconnaissait Jean-Pierre Fleury, président de la FNB, passablement agacé par ce retard. « Il serait temps qu'un grand pays agricole comme la France ait un ministre à temps plein ! » Et de préciser qu'il serait reçu par le ministère pour ces sujets le 16 février prochain.

A côté de ces interrogations sans réponses, l'essentiel des débats est resté centré sur les difficultés économiques des producteurs. Le recul des prix du bétail au cours de ces derniers mois affecte gravement les trésoreries. Il est particulièrement sensible dans les exploitations de la zone Charolaise. « Il nous faut impérativement une augmentation des prix à la hauteur des coûts de production. Il faut retrouver les  70 c € du kilo carcasse volés sciemment aux producteurs. C'est la seule solution, » revendiquait Jean-Pierre Fleury.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande