Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Au congrès de la FNB, Stéphane Le Foll a déçu les producteurs

Le congrès de la Fédération nationale bovine a eu lieu en terre Aveyronnaise les 4 et 5 février 2015. L'intervention de Stéphane Le Foll par vidéo interposée ne s'est traduite par aucune annonce de la part du ministère de l'Agriculture.

A l'occasion du congrès de la Fédération nationale bovine (FNB) qui s'est tenu à Rodez le 5 février dernier, Stéphane Le Foll -retenu à Paris pour la conférence de presse du Président de la République de part sa fonction de porte-parole du gouvernement - s'est exprimé par le biais d'une vidéo. Cette intervention par écran interposé n'a pas répondu aux attentes des éleveurs. Le ministre n'a rien dévoilé des derniers arbitrages de la PAC alors que c'est sur ces aspects qu'il était plus particulièrement attendu.

Le ministre n'a pas crevé l'écran

Pas un mot sur les dernières modalités d'attribution de l'aide couplée à la vache allaitante. Certes, l'essentiel du dispositif est connu, mais il manque encore bien des détails et ces derniers n'ont donc pas été dévoilés à Rodez. Rien non plus sur la mise en oeuvre de l'ICHN (Indemnité compensatoire de handicap naturel). Pas davantage d'informations sur d'éventuels assouplissements de la délimitation des zones vulnérables dans le cadre de la directive nitrate. « On en a assez d'attendre. Que font les services du Ministère alors que l'on est à moins d'un mois du début des déclarations PAC. C'est inadmissible,» tempêtaient les éleveurs, déplorant le manque de sérieux et l'amateurisme avec lequel la rue de Varenne traite les dossiers. « L'actuel mode de fonctionnement du ministère me dépasse, » reconnaissait Jean-Pierre Fleury, président de la FNB, passablement agacé par ce retard. « Il serait temps qu'un grand pays agricole comme la France ait un ministre à temps plein ! » Et de préciser qu'il serait reçu par le ministère pour ces sujets le 16 février prochain.

A côté de ces interrogations sans réponses, l'essentiel des débats est resté centré sur les difficultés économiques des producteurs. Le recul des prix du bétail au cours de ces derniers mois affecte gravement les trésoreries. Il est particulièrement sensible dans les exploitations de la zone Charolaise. « Il nous faut impérativement une augmentation des prix à la hauteur des coûts de production. Il faut retrouver les  70 c € du kilo carcasse volés sciemment aux producteurs. C'est la seule solution, » revendiquait Jean-Pierre Fleury.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Bovins Viande.

Vous aimerez aussi

Vignette
Un recensement agricole argentin capital à plus d’un titre

En cours de réalisation, les résultats du recensement agricole argentin vont poser les bases des…

Vignette
Le prix du bétail conditionnera le renouvellement des générations
Sans prix du bétail attractif, le renouvellement des générations d’éleveurs va poser problème. Telle pourrait être la conclusion…
Vignette
Le marché des jeunes bovins est assaini
Depuis fin janvier, les stocks de jeunes bovins ont pu être écoulés, et la situation en Italie permet de maintenir les prix,…
Vignette
Elivia en difficulté
Le site d’Eloyes, dans les Vosges, et celui du Mans ferment. Elivia présente son projet pour retrouver son équilibre et…
Vignette
Retards de paiement des aides bio : trois éleveurs saisissent la justice
Dans un communiqué du 23 février, la FNAB annonce qu'elle accompagne trois agriculteurs qui ont lancé des recours administratifs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande