Aller au contenu principal

Assurance prairies : scepticisme autour des 350 fermes de référence

En cas de contestation de l’évaluation des pertes par l’indice Airbus, un réseau constitué de 350 fermes de référence a été constitué.

Techniciens d'Acsel (conseil en élevage). Mesure des hauteurs d'herbe avec deux techniques : l'herbomètre (démarrage de végétation) et le damier (phase de croissance).
Les données de terrain seront recueillies avec des herbomètres connectés.
© Chambre d'agriculture de l'Ain

 

 
Les 350 fermes de référence annoncées par le Ministère de l'agriculture seront regroupées selon 70 petites régions fourragères et serviront à recueillir des données ...
Les 350 fermes de référence regroupées selon 70 petites régions fourragères.
© Idele

« J’entends les craintes que les éleveurs ont exprimées sur les modalités d’indemnisation en matière d’assurance sur prairies et sur le recours au système indiciel. Notre objectif partagé est de renforcer dans la durée la confiance des acteurs dans l’approche indicielle », s’était exprimé Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, le 30 mars dernier. Après l’annonce de la mise en place de 350 fermes de référence, dans l’optique d’assurer le suivi dans le temps de la bonne corrélation entre l’indice et les données de terrain via un protocole scientifique reprenant les bases de celui mis en place par l’Institut de l’élevage entre 2016 et 2019, des interrogations subsistent. « Le réseau doit être complété rapidement pour couvrir toutes les zones fourragères de France, et pas seulement la moitié », regrette Patrick Bénézit, président de la fédération nationale bovine (FNB). Nicolas Lassalle, éleveur allaitant dans l’Aude, confirme l’importance de la situation géographique : « Il faut vraiment disposer ces fermes au bon endroit, en concertation avec les professionnels. Ici, compte tenu de la diversité du département, il en faudrait trois. »

Lire aussi | Assurance prairies : « Chez Airbus, nous travaillons sur une nouvelle version 2025 de l’indice satellitaire »

Des mesures avec des herbomètres connectés

Après plusieurs tergiversations, ce sont finalement 70 petites régions fourragères qui ont été identifiées. « Il y a eu un appel d’offres et ce sont les chambres d’agriculture qui vont être chargées de mettre en place le réseau, après une formation des conseillers qui disposeront d’herbomètres connectés, explique Jérôme Pavie, de l’Institut de l’élevage. Pour une autre estimation du rendement, un deuxième lot a été suggéré afin d’obtenir des mesures avec des fauches sur des carrés d’herbe. »

 
Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture chez Pacifica, s'interroge sur le fonctionnement du réseau de 350 fermes annoncé par le Ministère de ...
Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture chez Pacifica, s'interroge sur le fonctionnement du réseau de 350 fermes de référence afin de comparer des mesures de terrain avec les valeurs de l'indice satellitaire. © Pacifica

En plus du retard pris par rapport à un démarrage au 1er février, le protocole et sa fiabilité font débat dans les rangs des assureurs. « Que va mesurer ce réseau et en quoi sera-t-il comparable aux mesures de l’indice satellitaire ? Il faut que le protocole de prélèvement soit strict pour une comparaison équivalente », s’interroge Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture chez Pacifica. Même son de cloche du côté de Groupama : « Un réseau de 350 fermes semble trop large et difficile à maintenir pour assurer une robustesse scientifique. Pour être fiables, les mesures doivent être rigoureusement effectuées par une même personne, avec des conditions de date, d’horaire, afin d’éviter les biais », ajoute Delphine Létendart, directrice assurances.

 

 

Pour en savoir plus, lire | Assurance prairies : l’indice Airbus doit encore convaincre

Lire aussi | Assurance prairies : « Pour être rassuré, il faudrait des mesures de pousse d'herbe sur le terrain »

Les plus lus

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

semis maïs
Maïs fourrage : quelles peuvent être les conséquences du retard des semis ?

Les semis de maïs sont retardés dans beaucoup de secteurs de polyculture-élevage par l'excès d'eau. A partir de fin mai début…

L’objectif du projet était de concentrer l’activité sur un seul site pour le troupeau mère. De gauche à droite, Martine et Gérard Chassang, Vincent Charbonnel, ...
Bâtiment d’élevage : « Nous avons modernisé et agrandi une ancienne stabulation pour améliorer notre confort de travail »

Le Gaec Chassang, dans le Cantal, a opté pour la modernisation et l’agrandissement d’une ancienne stabulation. Le projet…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

FRED
Prairies : « Nous semons le même mélange multiespèces sur toutes les parcelles »

En Meurthe-et-Moselle, le Gaec du Cytise a arrêté son choix sur un unique mélange de cinq espèces pour ses prairies…

Gaec Picauville élevage de parthenaises dans les Deux-Sèvres
« Nous cherchons à exprimer le plein potentiel de nos parthenaises »

Dans les Deux-Sèvres, Charlotte et Mathieu Picauville mènent d’une main de maître leur troupeau de 200 mères parthenaises…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande