Aller au contenu principal

Génétique
Aquitanima atteint sa maturité

Le salon de l'agriculture d'Aquitaine s'est déroulé mi mai. Plusieurs concours interrégionaux étaient au programme.

Egor, prix de championnat mâle espoir de ce Concours à  l'EARL Gardelly, dans les Landes. Cinquantenaire Blond oblige, c’est la	 Blonde d’Aquitaine qui a été tout particulièrement mise en avant lors de la dernière édition d’Aquitanima.
Egor, prix de championnat mâle espoir de ce Concours à l'EARL Gardelly, dans les Landes. Cinquantenaire Blond oblige, c’est la Blonde d’Aquitaine qui a été tout particulièrement mise en avant lors de la dernière édition d’Aquitanima.
© F. Brethès

Victime du télescopage avec les travaux des champs, le salon Aquitanima de Bordeaux a enregistré une fréquentation un peu décevante, le week-end du 12 et 13 mai. Après avoir rongé leur frein plus d'un mois en raison des tumultes du ciel, les agriculteurs du Sud-Ouest avaient profité de l'embellie pour entamer les travaux d'ensilage, mais surtout les semis de maïs, jusque là au point mort. Le nombre de visiteurs s'en est ressenti.

 


En revanche, côté exposants, les éleveurs se bousculent au portillon. D’une année sur l’autre, les critères de sélection s’avèrent de plus en plus drastiques. Au total, le site du parc des expositions de Bordeaux-Lac accueille environ 500 bovins. Durant trois jours, présentations de races et concours se sont succédés. Trois inter-régionaux étaient organisés pour les races Blonde d'Aquitaine, Limousine et Bazadaise. Pour la première fois, des éleveurs du berceau participaient au concours Limousin.

 


Malgré cette concurrence, les exposants locaux ont tenu le choc et ont raflé la plupart des prix. Le programme était complété par des présentations des races Charolaise et Brune des Alpes.

 


En amont de la manifestation, les traditionnels circuits, baptisés « Aquitanima Tour », ont permis d'accueillir des délégations étrangères pour la visite d'élevages de la région (une centaine de participants pour quatre circuits : Blonde d’Aquitaine, Limousine, Bazadaise, Prim’Holstein). Aux désormais habitués Espagnols et Portugais, on notait, cette année, de fortes délégations canadienne et colombienne, ainsi que la première participation d’éleveurs lituaniens et slovènes. Au travers de ces initiatives, les dirigeants de la manifestation affichent leur volonté de devenir un carrefour commercial pour le Sud de l'Europe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande