Aller au contenu principal

Génétique
Aquitanima atteint sa maturité

Le salon de l'agriculture d'Aquitaine s'est déroulé mi mai. Plusieurs concours interrégionaux étaient au programme.

Egor, prix de championnat mâle espoir de ce Concours à  l'EARL Gardelly, dans les Landes. Cinquantenaire Blond oblige, c’est la	 Blonde d’Aquitaine qui a été tout particulièrement mise en avant lors de la dernière édition d’Aquitanima.
Egor, prix de championnat mâle espoir de ce Concours à l'EARL Gardelly, dans les Landes. Cinquantenaire Blond oblige, c’est la Blonde d’Aquitaine qui a été tout particulièrement mise en avant lors de la dernière édition d’Aquitanima.
© F. Brethès

Victime du télescopage avec les travaux des champs, le salon Aquitanima de Bordeaux a enregistré une fréquentation un peu décevante, le week-end du 12 et 13 mai. Après avoir rongé leur frein plus d'un mois en raison des tumultes du ciel, les agriculteurs du Sud-Ouest avaient profité de l'embellie pour entamer les travaux d'ensilage, mais surtout les semis de maïs, jusque là au point mort. Le nombre de visiteurs s'en est ressenti.

 


En revanche, côté exposants, les éleveurs se bousculent au portillon. D’une année sur l’autre, les critères de sélection s’avèrent de plus en plus drastiques. Au total, le site du parc des expositions de Bordeaux-Lac accueille environ 500 bovins. Durant trois jours, présentations de races et concours se sont succédés. Trois inter-régionaux étaient organisés pour les races Blonde d'Aquitaine, Limousine et Bazadaise. Pour la première fois, des éleveurs du berceau participaient au concours Limousin.

 


Malgré cette concurrence, les exposants locaux ont tenu le choc et ont raflé la plupart des prix. Le programme était complété par des présentations des races Charolaise et Brune des Alpes.

 


En amont de la manifestation, les traditionnels circuits, baptisés « Aquitanima Tour », ont permis d'accueillir des délégations étrangères pour la visite d'élevages de la région (une centaine de participants pour quatre circuits : Blonde d’Aquitaine, Limousine, Bazadaise, Prim’Holstein). Aux désormais habitués Espagnols et Portugais, on notait, cette année, de fortes délégations canadienne et colombienne, ainsi que la première participation d’éleveurs lituaniens et slovènes. Au travers de ces initiatives, les dirigeants de la manifestation affichent leur volonté de devenir un carrefour commercial pour le Sud de l'Europe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande