Aller au contenu principal
Font Size

Contrôle de performances
Apporter des conseils plus pointus


Comment va devoir évoluer le métier du contrôle de performances en ferme face à ces modifications du dispositif législatif, mais aussi compte tenu de l´évolution des attentes des éleveurs ? « Dans l´Allier, le contrôle de performances correspondait auparavant à 3 ou 4 pesées par an. Ce service concernait principalement des sélectionneurs pas toujours très demandeurs de conseils techniques », précisait Yves Jehanno, directeur de Bovins Croissance Allier, lors d´une journée organisée par les organismes Bovins Croissance d´Auvergne.
Yves Jehanno, directeur de Bovins Croissance Allier. ©F. d´Alteroche

Concurrence entre organismes
Et ce dernier d´ajouter que dans ce département où les grandes exploitations dominent, le contexte est en train de changer. L´évolution de la taille des cheptels et la modernisation des bâtiments font que de plus en plus d´éleveurs sont équipés d´une bascule. Leur préférence va à l´analyse des résultats découlant des opérations de pesée en profitant des conseils délivrés par le technicien Bovins Croissance. « Les éleveurs correspondant à la génération nouvellement installée sont globalement de mieux en mieux formés avec une part croissante de jeunes agriculteurs en possession d´un diplôme de BTS voire d´ingénieur. Leurs attentes en termes d´informations et conseils techniques sont donc pointues. Par ailleurs, la concurrence entre organismes sur le créneau du conseil à l´éleveur s´amplifie avec dans notre département, plusieurs organisations de producteurs commerciales qui ont elles aussi la possibilité de jouer un rôle en matière d´apport de conseils techniques aux éleveurs. »
Dans ce contexte, limiter à la pesée pure le service rendu par Bovins Croissance est jugé sans grand avenir. « Les éleveurs peuvent le faire eux-mêmes et certains autres intervenants extérieurs à l´élevage pourraient eux aussi être incités à le faire (groupements dans le cas d´animaux destinés à l´engraissement et unités de sélection pour le testage en ferme). Pour nos organismes, ce volet de pesée des animaux n´a d´avenir et d´intérêt que s´il y a derrière, des conseils techniques de bon niveau. Pour que personne ne vienne les faire à notre place, ils doivent permettre de bien valoriser toutes les informations collectées. »
Bernard Lafon, directeur de Bovins Croissance Cantal. ©F. d´Alteroche

Évoluer vers plus de conseils
La volonté est donc d´évoluer vers davantage de conseils qui doivent demeurer bien ciblés sur l´amélioration génétique et la conduite du troupeau. « Nous nous devons d´être pointus dans ce domaine. Mais nous devons nous cantonner à ce métier sans chercher à déborder sur les services proposés par d´autres organismes », soulignait Bernard Lafon, directeur de Bovins Croissance dans le Cantal. Autre point fort à souligner, contrairement à d´autres organismes, les services de bovins croissance n´ont pas de paillettes d´insémination à vendre ni d´animaux gras ou maigres à acheter. Cette neutralité commerciale est un point important qu´il est bon de mettre en avant auprès des éleveurs. « Notre expertise sera le meilleur moyen de barrer la route à la concurrence d´autres organisations d´élevage qui sont, et doivent rester partenaires et amies », soulignait Yves Jehanno.
A côté des résultats de pesées réalisées dans le cadre du contrôle de performances, il y a également quantité de données relatives aux poids de vente des animaux qui gagneraient à être mieux exploitées. Ceci d´autant mieux qu´une partie des exploitations ont désormais informatisé la gestion de leur cheptel et ont ainsi la possibilité de réaliser des bilans détaillés pour les catégories vendues. « Il y a une foule de données techniques actuellement non exploitées ou du moins mal exploitées et qui gagneraient à être mieux valorisées », précisait ainsi Gilles Gapihan, responsable de Bovins Croissance dans le Puy-de-Dôme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande