Aller au contenu principal

Contrôle de performances
Apporter des conseils plus pointus


Comment va devoir évoluer le métier du contrôle de performances en ferme face à ces modifications du dispositif législatif, mais aussi compte tenu de l´évolution des attentes des éleveurs ? « Dans l´Allier, le contrôle de performances correspondait auparavant à 3 ou 4 pesées par an. Ce service concernait principalement des sélectionneurs pas toujours très demandeurs de conseils techniques », précisait Yves Jehanno, directeur de Bovins Croissance Allier, lors d´une journée organisée par les organismes Bovins Croissance d´Auvergne.
Yves Jehanno, directeur de Bovins Croissance Allier. ©F. d´Alteroche

Concurrence entre organismes
Et ce dernier d´ajouter que dans ce département où les grandes exploitations dominent, le contexte est en train de changer. L´évolution de la taille des cheptels et la modernisation des bâtiments font que de plus en plus d´éleveurs sont équipés d´une bascule. Leur préférence va à l´analyse des résultats découlant des opérations de pesée en profitant des conseils délivrés par le technicien Bovins Croissance. « Les éleveurs correspondant à la génération nouvellement installée sont globalement de mieux en mieux formés avec une part croissante de jeunes agriculteurs en possession d´un diplôme de BTS voire d´ingénieur. Leurs attentes en termes d´informations et conseils techniques sont donc pointues. Par ailleurs, la concurrence entre organismes sur le créneau du conseil à l´éleveur s´amplifie avec dans notre département, plusieurs organisations de producteurs commerciales qui ont elles aussi la possibilité de jouer un rôle en matière d´apport de conseils techniques aux éleveurs. »
Dans ce contexte, limiter à la pesée pure le service rendu par Bovins Croissance est jugé sans grand avenir. « Les éleveurs peuvent le faire eux-mêmes et certains autres intervenants extérieurs à l´élevage pourraient eux aussi être incités à le faire (groupements dans le cas d´animaux destinés à l´engraissement et unités de sélection pour le testage en ferme). Pour nos organismes, ce volet de pesée des animaux n´a d´avenir et d´intérêt que s´il y a derrière, des conseils techniques de bon niveau. Pour que personne ne vienne les faire à notre place, ils doivent permettre de bien valoriser toutes les informations collectées. »
Bernard Lafon, directeur de Bovins Croissance Cantal. ©F. d´Alteroche

Évoluer vers plus de conseils
La volonté est donc d´évoluer vers davantage de conseils qui doivent demeurer bien ciblés sur l´amélioration génétique et la conduite du troupeau. « Nous nous devons d´être pointus dans ce domaine. Mais nous devons nous cantonner à ce métier sans chercher à déborder sur les services proposés par d´autres organismes », soulignait Bernard Lafon, directeur de Bovins Croissance dans le Cantal. Autre point fort à souligner, contrairement à d´autres organismes, les services de bovins croissance n´ont pas de paillettes d´insémination à vendre ni d´animaux gras ou maigres à acheter. Cette neutralité commerciale est un point important qu´il est bon de mettre en avant auprès des éleveurs. « Notre expertise sera le meilleur moyen de barrer la route à la concurrence d´autres organisations d´élevage qui sont, et doivent rester partenaires et amies », soulignait Yves Jehanno.
A côté des résultats de pesées réalisées dans le cadre du contrôle de performances, il y a également quantité de données relatives aux poids de vente des animaux qui gagneraient à être mieux exploitées. Ceci d´autant mieux qu´une partie des exploitations ont désormais informatisé la gestion de leur cheptel et ont ainsi la possibilité de réaliser des bilans détaillés pour les catégories vendues. « Il y a une foule de données techniques actuellement non exploitées ou du moins mal exploitées et qui gagneraient à être mieux valorisées », précisait ainsi Gilles Gapihan, responsable de Bovins Croissance dans le Puy-de-Dôme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande