Aller au contenu principal

Affront ou humiliation

Les terres céréalières du Berry séduisent bien au-delà de nos frontières. Un fonds de gestion chinois a récemment acheté 1 700 hectares dans l'Indre et entendrait, paraît-il, étendre encore ce périmètre. L’idée n’est certainement de faire du mécénat pour favoriser l’installation de JA français mais tout simplement de les faire cultiver par des salariés. Cette parfaite démonstration de la substitution de l’agriculture familiale par de l’agriculture entrepreneuriale, qui plus est sous le contrôle de capitaux étrangers, a un côté humiliant. Il n’y a rien de bien nouveau pour autant. Plusieurs vignobles sont déjà passés sous le contrôle d’investisseurs chinois et différents haras sont désormais régis depuis les émirats arabes unis.

Terres à blé ou pelouse

On entend aussi régulièrement dire que le domaine de Grignon dans les Yvelines, longtemps ferme d’application de l’Institut national agronomique Paris-Grignon, pourrait être vendu à un fonds d’investissement du Qatar, déjà propriétaire du Paris Saint Germain, club de foot bien connu sur lequel ruissellent les pétrodollars. Un comble si l’on sait que nombreuses sont les têtes pensantes de l’agriculture française formées sur ce site. Convertir en pelouse d’entraînement certaines des meilleures terres à blé du Bassin parisien qui sont aussi la mémoire de l'enseignement agricole français doit-il être perçu comme un affront ?  Comme une humiliation ?  Ou bien est-ce les deux à la fois ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande