Aller au contenu principal

Adapter les étiquettes aux connaissances du consommateur

Le consommateur est souvent perdu dans les signes de qualité et le nom des morceaux. C’est ce que semblaient dire les intervenants de l’aval lors d’une table ronde organisée à l’occasion du dernier congrès d’Elvea France, en Corrèze.

Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
© F. d'Alteroche

« Les consommateurs font des confusions. Il n’y a que le label rouge qu’ils connaissent vraiment. Mais ce qui compte le plus pour eux c’est la notion de proximité. Ils veulent manger local », avançait Jean-Paul Servantie, artisan boucher en Corrèze et s’exprimant au nom de la Confédération des bouchers-charcutiers traiteurs. Mais à l’image de ce qui se passe pour les signes de qualité, bien des consommateurs peinent également à se retrouver dans la dénomination des muscles. « Les noms anatomiques ne leur parlent absolument pas. Il est temps de passer à des dénominations plus lisibles entre le nom du morceau et la tendreté moyenne que l’on est en mesure d’attendre. C’est un des chantier de l’interprofession sur lequel on devrait prochainement aboutir », soulignait Gérard Cladière, Groupe Carrefour, également président du groupe viande de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution).


Le consommateur ne comprend pas précisément le terme de maturation


Une constante toutefois. Pour qu’une viande soit véritablement appréciée, elle doit d’abord être tendre. C’est de loin le premier critère qualitatif pris en compte par la plupart des consommateurs. Or qui dit tendreté, dit maturation. Étape ô combien essentielle mais également coûteuse à cause de la place qu’elle nécessite en frigo à laquelle s’ajoute la durée d’immobilisation du produit.
« Quand on va en Irlande ou en Grande-Bretagne on voit que la maturation peut être un critère positif pour le consommateur. Dans ces pays, on trouve en grande distribution de la viande maturée quinze jours à trois semaines et de la viande fraîche avec des prix différents et le consommateur sait l’acheter en connaissance de cause. Aujourd’hui en France on ne sait pas communiquer sur ce terme. Le mot maturation est un mot barbare et complexe. Bien des consommateurs n’ont pas compris ce qui se cachait précisément derrière ce terme. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Fortement contesté lors de leur édification durant l'hiver 2015, les deux stabulations de 180 m de long avaient été vandalisées avec des tags injurieux puis partiellement incendiées en décembre 2016.
Le centre d’engraissement de Saint Martial le Vieux repris par la société T’RHEA
Le centre d’engraissement collectif de Saint Martial le Vieux situé sur le plateau de Millevaches dans la Creuse a été repris par…
Un foin de faible valeur à volonté est-il idéal pour des vaches allaitantes gestantes ?
Peut-on tolérer un déficit protéique important, susceptible de perturber le fonctionnement du rumen, sur la fin de gestation des…
La Loi de santé animale modifie la prophylaxie IBR
Dès cet automne, la prophylaxie IBR s’allège pour les élevages qualifiés, mais accroit sa pression sur ceux qui ne sont entrés…
Les vaches fraîches vêlées sont plus faciles à traire juste après la mise bas lorsque leur principale préoccupation est de s’occuper des veaux nouveau-nés.
« Je drenche les veaux avec le colostrum juste après vêlage »
Sébastien Labrune est convaincu de l’intérêt d’une bonne gestion du colostrum. Le suivi colostral au niveau du troupeau va lui…
[Prospective] Un net recul du cheptel allaitant se profile à l’horizon 2030
Une étude prospective réalisée par l’Institut de l’élevage fait état d’un recul proche de 600 000 têtes pour le nombre de vaches…
Niveau record pour l'Ipampa viande bovine en septembre 2021
L'Ipampa viande bovine est l'indice des prix d'achat des moyens de production pour les producteurs de viande bovine. Il permet de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande