Aller au contenu principal

Adapter les étiquettes aux connaissances du consommateur

Le consommateur est souvent perdu dans les signes de qualité et le nom des morceaux. C’est ce que semblaient dire les intervenants de l’aval lors d’une table ronde organisée à l’occasion du dernier congrès d’Elvea France, en Corrèze.

Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
© F. d'Alteroche

« Les consommateurs font des confusions. Il n’y a que le label rouge qu’ils connaissent vraiment. Mais ce qui compte le plus pour eux c’est la notion de proximité. Ils veulent manger local », avançait Jean-Paul Servantie, artisan boucher en Corrèze et s’exprimant au nom de la Confédération des bouchers-charcutiers traiteurs. Mais à l’image de ce qui se passe pour les signes de qualité, bien des consommateurs peinent également à se retrouver dans la dénomination des muscles. « Les noms anatomiques ne leur parlent absolument pas. Il est temps de passer à des dénominations plus lisibles entre le nom du morceau et la tendreté moyenne que l’on est en mesure d’attendre. C’est un des chantier de l’interprofession sur lequel on devrait prochainement aboutir », soulignait Gérard Cladière, Groupe Carrefour, également président du groupe viande de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution).


Le consommateur ne comprend pas précisément le terme de maturation


Une constante toutefois. Pour qu’une viande soit véritablement appréciée, elle doit d’abord être tendre. C’est de loin le premier critère qualitatif pris en compte par la plupart des consommateurs. Or qui dit tendreté, dit maturation. Étape ô combien essentielle mais également coûteuse à cause de la place qu’elle nécessite en frigo à laquelle s’ajoute la durée d’immobilisation du produit.
« Quand on va en Irlande ou en Grande-Bretagne on voit que la maturation peut être un critère positif pour le consommateur. Dans ces pays, on trouve en grande distribution de la viande maturée quinze jours à trois semaines et de la viande fraîche avec des prix différents et le consommateur sait l’acheter en connaissance de cause. Aujourd’hui en France on ne sait pas communiquer sur ce terme. Le mot maturation est un mot barbare et complexe. Bien des consommateurs n’ont pas compris ce qui se cachait précisément derrière ce terme. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande