Aller au contenu principal

Adapter les étiquettes aux connaissances du consommateur

Le consommateur est souvent perdu dans les signes de qualité et le nom des morceaux. C’est ce que semblaient dire les intervenants de l’aval lors d’une table ronde organisée à l’occasion du dernier congrès d’Elvea France, en Corrèze.

Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
Gérard Cladière, Groupe Carrefour :
« La première mention qui est citée en matière de qualité c’est la notion de tendreté. »
© F. d'Alteroche

« Les consommateurs font des confusions. Il n’y a que le label rouge qu’ils connaissent vraiment. Mais ce qui compte le plus pour eux c’est la notion de proximité. Ils veulent manger local », avançait Jean-Paul Servantie, artisan boucher en Corrèze et s’exprimant au nom de la Confédération des bouchers-charcutiers traiteurs. Mais à l’image de ce qui se passe pour les signes de qualité, bien des consommateurs peinent également à se retrouver dans la dénomination des muscles. « Les noms anatomiques ne leur parlent absolument pas. Il est temps de passer à des dénominations plus lisibles entre le nom du morceau et la tendreté moyenne que l’on est en mesure d’attendre. C’est un des chantier de l’interprofession sur lequel on devrait prochainement aboutir », soulignait Gérard Cladière, Groupe Carrefour, également président du groupe viande de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution).


Le consommateur ne comprend pas précisément le terme de maturation


Une constante toutefois. Pour qu’une viande soit véritablement appréciée, elle doit d’abord être tendre. C’est de loin le premier critère qualitatif pris en compte par la plupart des consommateurs. Or qui dit tendreté, dit maturation. Étape ô combien essentielle mais également coûteuse à cause de la place qu’elle nécessite en frigo à laquelle s’ajoute la durée d’immobilisation du produit.
« Quand on va en Irlande ou en Grande-Bretagne on voit que la maturation peut être un critère positif pour le consommateur. Dans ces pays, on trouve en grande distribution de la viande maturée quinze jours à trois semaines et de la viande fraîche avec des prix différents et le consommateur sait l’acheter en connaissance de cause. Aujourd’hui en France on ne sait pas communiquer sur ce terme. Le mot maturation est un mot barbare et complexe. Bien des consommateurs n’ont pas compris ce qui se cachait précisément derrière ce terme. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
FCO : des mesures dérogatoires s'appliqueront avec l'Italie et l'Espagne
La Loi de Santé Animale s'applique à partir du 21 avril 2021. GDS France informe que des accords ont été trouvés avec l'Italie et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande