Aller au contenu principal

Accroître l’origine « France » dans la RHF 

Bien des hommes politiques ne sont guère cohérents entre leurs discours et leurs actes. L’approvisionnement des restaurants de collectivités en est un exemple.

En restauration collective, la viande bovine peut parfois avoir fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette, alors que le restaurant se trouve en région d’élevage.
En restauration collective, la viande bovine peut parfois avoir fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette, alors que le restaurant se trouve en région d’élevage.
© J.-C. Gutner

Le débouché de la restauration hors foyer concerne 300 000 tonnes de viande bovine par an, soit 20 % des 1,5 million de tonnes consommées en France chaque année. C’est, de plus, un secteur pour lequel les tonnages sont en progression, compte tenu de l’évolution des habitudes alimentaires. « C’est aussi sur ce créneau que l’on trouve la plus forte proportion de viandes importées. 80 % de la viande bovine consommée dans les circuits de la RHF est de l’import », rappelait Emmanuel Bernard, vice-président d’Interbev Bourgogne à l’occasion d’une table ronde organisée sur ce sujet lors des journées « Charolaises » organisées fin août 2014 à la ferme du Marault.
Pour leurs approvisionnements, les cantines des collectivités procèdent à des appels d’offres. À cause de leurs tarifs compétitifs, les gestionnaires de ces cantines donnent souvent priorité aux produits importés. On en arrive à avoir des cantines scolaires ou des restaurants administratifs situés en régions d’élevage qui sont approvisionnés par de la viande bovine qui a parfois fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette.


Des marges de progression considérables


Or ce sont souvent des élus qui président ces cantines de collectivités. Très en verve en tribune devant un micro lorsqu’il s’agit de défendre la cause de l’élevage local, le discours n’est pas toujours en phase avec les actes lorsque le même élu reprend sa casquette de gestionnaire de collectivité. « Il est important de leur rappeler leurs responsabilités. Il y a dans les circuits de la RHF des marges de progression considérables pour la viande française », rappelait Emmanuel Bernard.
Régis Taupin, éleveur dans la Nièvre et président de « Charolais de Bourgogne » a mis en avant cette démarche, laquelle concerne 1600 éleveurs bourguignons, 5 chevilles et 5 OP pour 500 tonnes de viande vendues l’an dernier en collectivité. Une démarche qualifiée « d’exemplaire ».
Autre exemple dont il a été question lors de cette table-ronde, celui de Sicaba dans l’Allier, petit abattoir de statut coopératif spécialisé dans les produits label et bio. « Nous sommes tout à fait capables d’approvisionner la restauration collective. Nous fournissons d’ailleurs plusieurs cantines scolaires », a précisé Luc Mary, son directeur. Et de reconnaître que si la crise de 2001 avait été à son époque une bonne opportunité pour développer les parts de marché, il a fallu batailler pour les conserver. « Il faut travailler de façon contractuelle. Une opération de mise en place d’une viande française de qualité dans une collectivité ne doit pas juste servir à donner une caution ponctuelle pour rassurer les parents à un instant donné, puis nourrir le reste de l’année les enfants avec de la viande importée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande