Aller au contenu principal

Accroître l’origine « France » dans la RHF 

Bien des hommes politiques ne sont guère cohérents entre leurs discours et leurs actes. L’approvisionnement des restaurants de collectivités en est un exemple.

En restauration collective, la viande bovine peut parfois avoir fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette, alors que le restaurant se trouve en région d’élevage.
En restauration collective, la viande bovine peut parfois avoir fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette, alors que le restaurant se trouve en région d’élevage.
© J.-C. Gutner

Le débouché de la restauration hors foyer concerne 300 000 tonnes de viande bovine par an, soit 20 % des 1,5 million de tonnes consommées en France chaque année. C’est, de plus, un secteur pour lequel les tonnages sont en progression, compte tenu de l’évolution des habitudes alimentaires. « C’est aussi sur ce créneau que l’on trouve la plus forte proportion de viandes importées. 80 % de la viande bovine consommée dans les circuits de la RHF est de l’import », rappelait Emmanuel Bernard, vice-président d’Interbev Bourgogne à l’occasion d’une table ronde organisée sur ce sujet lors des journées « Charolaises » organisées fin août 2014 à la ferme du Marault.
Pour leurs approvisionnements, les cantines des collectivités procèdent à des appels d’offres. À cause de leurs tarifs compétitifs, les gestionnaires de ces cantines donnent souvent priorité aux produits importés. On en arrive à avoir des cantines scolaires ou des restaurants administratifs situés en régions d’élevage qui sont approvisionnés par de la viande bovine qui a parfois fait des milliers de kilomètres entre l’élevage et l’assiette.


Des marges de progression considérables


Or ce sont souvent des élus qui président ces cantines de collectivités. Très en verve en tribune devant un micro lorsqu’il s’agit de défendre la cause de l’élevage local, le discours n’est pas toujours en phase avec les actes lorsque le même élu reprend sa casquette de gestionnaire de collectivité. « Il est important de leur rappeler leurs responsabilités. Il y a dans les circuits de la RHF des marges de progression considérables pour la viande française », rappelait Emmanuel Bernard.
Régis Taupin, éleveur dans la Nièvre et président de « Charolais de Bourgogne » a mis en avant cette démarche, laquelle concerne 1600 éleveurs bourguignons, 5 chevilles et 5 OP pour 500 tonnes de viande vendues l’an dernier en collectivité. Une démarche qualifiée « d’exemplaire ».
Autre exemple dont il a été question lors de cette table-ronde, celui de Sicaba dans l’Allier, petit abattoir de statut coopératif spécialisé dans les produits label et bio. « Nous sommes tout à fait capables d’approvisionner la restauration collective. Nous fournissons d’ailleurs plusieurs cantines scolaires », a précisé Luc Mary, son directeur. Et de reconnaître que si la crise de 2001 avait été à son époque une bonne opportunité pour développer les parts de marché, il a fallu batailler pour les conserver. « Il faut travailler de façon contractuelle. Une opération de mise en place d’une viande française de qualité dans une collectivité ne doit pas juste servir à donner une caution ponctuelle pour rassurer les parents à un instant donné, puis nourrir le reste de l’année les enfants avec de la viande importée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
De nouvelles catégories pour les veaux mâles charolais engagés sur des concours reconnus par le Herd Book Charolais
Les 9 et 10 septembre prochain, la race Charolaise se donnera en spectacle sur le site du Marault à Magny-Cours dans la Nièvre.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande