Aller au contenu principal

Accessibilité et prix : deux freins au développement de la viande bio

Les Français estiment en majorité qu’il est justifié de payer plus cher de la viande bio mais ce coût plus élevé constitue un frein à sa consommation.
Les Français estiment en majorité qu’il est justifié de payer plus cher de la viande bio mais ce coût plus élevé constitue un frein à sa consommation.
© P. Cronenberger

Contrairement aux fruits, légumes, crèmerie, pain bio… qui font partie intégrante du quotidien des consommateurs, la viande, malgré sa place de choix dans notre alimentation est encore peu associée au mot bio. Afin de chiffrer, la consommation et la perception de la viande bio en France, la commission bio d’Interbev a réalisé une étude sur les viandes de bovins, veaux, agneaux et porcs en collaboration avec l’Ifop, auprès d’un échantillon de 1044 personnes.

Ainsi, six français sur dix déclarent avoir déjà mangé de la viande issue de l’agriculture biologique en 2014. Ce marché est en constante évolution depuis les années 2000 et la crise de la vache folle (augmentation de 20 % par an à cette époque). Même si cette croissance s’est amoindrie depuis 2012, elle reste tout de même à hauteur de 8 à 10 % par an. Toutefois, « ce produit reste encore peu accessible. Ainsi, 9 % des personnes interrogées mangeant uniquement de la viande conventionnelle estiment que la viande bio est difficile à trouver et justifient ainsi l’absence d’acte d’achat », note l’étude. De plus, l’accès est variable selon le pouvoir d’achat (72 % de la catégorie cadres supérieurs-profession libérales en consomment contre 13% des ouvriers). Et les régions : le Sud-Ouest, avec de nombreux sites de vente directe, reste la plus consommatrice de viande bio.

Une image positive

Les grandes et moyennes surfaces restent le principal débouché de la viande bio avec 50 % du volume des ventes, suivies par les boucheries artisanales (15 %), les magasins spécialisés (14 %) et la vente directe (12 %).

Un coût trop élevé de la viande bio, pour 51 % des personnes de l’échantillon, constitue le second frein à sa consommation, même si les Français reconnaissent en majorité qu’il est justifié de payer plus cher de la viande bio (56 %). D'ailleurs, les Français ont une image positive de la viande bio. Au niveau des élevages, les conversions au bio progressent avec + 5 % en bovin allaitant en 2013 par rapport à 2012.

En chiffres

  • 62 % des Français consomment des produits bio au moins une fois par mois, dont 33 % déclarent acheter de la viande bio.

 

  • 4,56 milliards d'euros = marché alimentaire bio global dont :

181 millions d’euros pour la viande bovine,

84 millions d’euros pour la charcuterie salaison,

66 millions d’euros pour la viande porcine,

38 millions d’euros pour la viande ovine.

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur
Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur

À Montravers dans les Deux-Sèvres, Samuel Ouvrard a intégré un ressort aux fils qui constituent les portes d’entrée de ses…

manifestation  agriculteur tracteur blocage autoroute
Bovins viande : une crise profonde sur le sens du métier d’éleveur

Les éleveurs étaient à la première place pour manifester sur les barrages routiers, au cours d’une crise grave et inédite,…

jeunes bovins charolais à l'engraissement
Revenus 2023 en élevage bovins viande : retour à des niveaux un peu au-dessus de ceux d’avant 2022

Les revenus des systèmes bovins viande pour l’année 2023 s’annoncent à la baisse par rapport à 2022, mais globalement un peu…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande