Aller au contenu principal

Au Gaec du Bechamp dans la Marne
650 jeunes bovins engraissés par an

Le Gaec du Bechamp a doublé la capacité de son atelier d’engraissement, pour atteindre 400 places. L’occasion de rationaliser encore plus le travail, et les performances sont au rendez vous.

Philippe et Jérôme Coquin. Le doublement de la taille de l'atelier a généré des progrès techniques, des économies de charge et un gain de confort du travail.
Philippe et Jérôme Coquin. Le doublement de la taille de l'atelier a généré des progrès techniques, des économies de charge et un gain de confort du travail.
© S. Bourgeois

Jérôme Coquin, jeune éleveur, travaille avec son père Philippe et son oncle Eric Coquin en tant que salarié pour l’instant, et songe à s’installer. Son cousin les rejoindra peut-être sur l’exploitation dans quelques années, après ses études. C’est dans l’optique de cette arrivée, que depuis le printemps 2009, la capacité de l’atelier d’engraissement a été doublée. « Nous avons un bâtiment de 180 places datant de 1981 et nous avons décidé de construire un nouveau bâtiment de 220 places, raconte Philippe Coquin. Cela a été l’occasion de réfléchir à plusieurs points de fonctionnement de l’atelier. » Le nouveau bâtiment a été construit derrière et parallèle au premier, et une nouvelle installation de contention abritée avec quai de chargement, occupant l’équivalent de deux travées, dessert les deux bâtiments. Les éleveurs ont aussi rénové et agrandi les silos dallés et murés pour la pulpe surpressée de betterave, qui constitue l’essentiel du régime des jeunes bovins tout au long de leur engraissement, afin de limiter les pertes. La mélangeuse est la même qu’avant, mais désormais un seul repas est distribué par jour. Enfin au moment de la mise aux normes, une fumière bétonnée et une fosse pour récupérer les jus ont été prévues pour le bâtiment de 180 places, et un agrandissement a été réalisé pour les 220 places en sus. Les 400 places d’engraissement sont occupées en continu. «Toutes les trois semaines, le lundi, deux cases complètes soit quarante jeunes bovins finis montent dans les bétaillères et trois jours plus tard, le jeudi, quarante broutards arrivent sur l’exploitation », explique Jerôme Coquin. Depuis que le nouveau bâtiment fonctionne, ce rythme est tenu. Il permet de sortir 650 jeunes bovins par an avec 400 places en bâtiment.


UN TAUX DE ROTATION DE 1,7


A leur arrivée, les animaux sont homogènes en poids - pesant entre 350 et 370 kilos - mais peu importe leur couleur. Il s’agit de broutards originaires de la grande région Est, essentiellement Charolais, Aubrac, Salers ou croisés, mais jamais de race laitière. Les jeunes bovins ne sont jamais triés, que ce soit en cours d’engraissement ou pour partir à l’abattoir. « L’éleveur, l’organisation de producteurs et l’abatteur trouvent tous les trois leur intérêt dans ce fonctionnement », estime James Quentin, de l’organisation de producteurs Capéval. « Les risques au moment du tri dans les cases sont supprimés, et il n’y a pas de bataille entre jeunes bovins pour établir la hiérarchie. Cela évite aussi de laisser traîner les animaux sous-performants en finition. L’organisation de producteurs charge rapidement deux bétaillères pleines. Et l’abatteur dispose d’une panoplie d’animaux divers, ce qui facilite l’allotement commercial. » Le poids moyen à l’abattage est de 720 à 730 kilos. « Les croissances moyennes calculées à partir des poids de carcasse s’établissent autour de 1,7 kilo par jour. C’est l’un des meilleurs résultats obtenus parmi les adhérents de l’organisation de producteurs Capéval. »


DEUX RATIONS IDENTIQUES TOUTE L’ANNÉE


Le mode de distribution de l’alimentation est particulièrement efficace. Seulement deux rations différentes sont fabriquées chaque jour. La composition et la quantité quotidienne à fabriquer pour chacune de ces deux rations sont les mêmes toute l’année. La première est destinée aux jeunes bovins de 350 à 600 kilos, et la seconde pour les animaux plus lourds.Toute l’année, sont présents 240 animaux pesant entre 350 et 600 kilos et 160 animaux en finition. La seule chose qui change est, toutes les trois semaines, l’emplacement d’une des cases devant laquelle est à distribuer la ration de démarrage et celle de finition. « Cela permet de travailler très rapidement et très simplement, sans risque d’erreur de rationnement, et en même temps de rester suffisamment proche des besoins alimentaires de chaque case pour obtenir des croissances importantes », commente James Quentin. Les animaux entre 350 et 600 kilos ingèrent de 10 à 35 kilos de ration mélangée chacun. Les éleveurs fabriquent la ration sur la base de 27 kilos à distribuer par animal: 21,7 kilos de pulpe de betterave surpressée, 2,5 kilos d’un aliment complémentaire, 1,7 kilo de brisures de maïs et 1,10 kilo de paille. La ration de finition se compose pour sa part de 23,8 kilos de pulpe, 2 kilos de brisures de maïs, 2,8 kilos d’aliment complémentaire et 1,1 kilo de paille. Il n’est pas question de prendre le risque de changer de ration en cours d’engraissement. Beaucoup de coproduits sont disponibles dans la région, mais leur valeur alimentaire est variable pour un prix pas toujours si intéressant. De plus, cette ration est très économique. « Le coût alimentaire moyen sur les 400 animaux s’élève, à la mi-novembre, à 1,29 euro par jour et par animal. Nous étions à 1,19 euro avant la moisson et nous sommes plutôt habitués ici à des coûts de 1,10 à 1,15 euro. Et on s’attend pour cette campagne à une hausse de 15 à 20 % de la tonne de pulpe surpressée. Le régime pulpe reste cependant très compétitif », précise Philippe Coquin. Les éleveurs sont planteurs de betteraves et installés à 25 km de la sucrerie. Ils restent cependant vigilants car l’indexation de la pulpe sur le prix des céréales est un handicap. Un atelier de 400 places représente pour les éleveurs 2 000 heures de travail sur l’année, soit grosso modo le travail d’un salarié. Ni la quantité ou la pénibilité du travail, ni la rentabilité ou les conditions de marché ne dissuaderaient les éleveurs à agrandir leur atelier d’engraissement. Le frein principal à leurs yeux tient en fait à la lourdeur de la réglementation. Au-delà de 400 places, l’installation est soumise à autorisation. Cela représente des frais de dossier assez conséquents, de l’ordre de 15000 euros, et plusieurs années de procédure.



Chiffres clé

SAU: 270 ha dont 50 ha de betterave, 30 ha de pomme de terre de consommation, 35 ha de colza, et 155 ha de céréales.

400 places d’engraissement de jeunes bovins

95 truies en système naisseur-engraisseur, dont bâtiment et salariés sont gérés en Cuma avec d'autres éleveurs

3 unités de main-d’oeuvre

Temps de travail

Le travail d’astreinte est loin d’avoir doublé en même temps que la taille de l’atelier d’engraissement


Le temps de travail d’astreinte pour les bovins est loin d’avoir doublé avec la capacité de l’atelier d’engraissement. A leur descente du camion, les broutards reçoivent un traitement externe contre les strongles et sont vaccinés contre le virus RS, l’entérotoxémie et l’IBR. Ils ont aussi systématiquement un antibiotique et sont tondus sur une bande du dos. Le lot arrivé trois semaines auparavant reçoit à ce moment-là le rappel des vaccins. « Il faut compter 2 heures 30 de travail à l’arrivée d’un lot, estiment les éleveurs. « Le travail quotidien d’alimentation et paillage des 400 animaux nécessite 2 heures 30. » Il faut rajouter le travail de récolte de la paille, de curage et d’épandage du fumier. La porcherie a l’originalité d’être sous la forme d’une Cuma et fonctionne avec des salariés. Les membres du Gaec ont seulement la charge des travaux de nettoyage et la livraison des céréales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande