Aller au contenu principal

"Je teste 4,2 ha de miscanthus pour compléter 20 ha de céréale à paille"

Chez Christian et Annie Pouget en Corrèze, le miscanthus vise à réduire la dépendance en paille de litière pour les limousines. 

Christian Pouget. « Une neige précoce de novembre quand les feuilles sont encore sur les tiges représente un risque de faire verser la parcelle. »  © F. d'Alteroche
Christian Pouget. « Une neige précoce de novembre quand les feuilles sont encore sur les tiges représente un risque de faire verser la parcelle. »
© F. d'Alteroche

Christian Pouget en Gaec avec son épouse Annie sur la commune de Lubersac, conduit une centaine de mères limousines avec vente de broutards et finition de la plupart des femelles. Leur exploitation totalise 120 hectares et mis à part 6 hectares de pommiers, l’essentiel de la SAU est utilisé pour l’alimentation du troupeau. La date de rentrée en stabulation puis de mise à l’herbe diffère selon les catégories. « Mais à compter du 15 décembre, tous nos animaux sont rentrés et au 15 avril, tous sont sortis ! »

Une vingtaine d’hectares de céréales à paille (blé et orge) sont semés chaque automne. Les besoins hivernaux en paille avoisinent 200 t/an seulement pour partie produits sur l’exploitation. Le complément est acheté à raison d’une centaine de tonnes par an. Même si son prix fluctue d’une année sur l’autre, il est orienté à la hausse et ne descend guère sous le seuil des 100 €/ha.

Lire aussi : Les pionniers du miscanthus en Corrèze

Le miscanthus est arrivé en mai 2019. « On a implanté 4,2 hectares répartis sur deux parcelles au sol sablo limoneux dont le pH avoisine 5,8. Ces parcelles sont à 420 mètres d’altitude. Elles nous appartiennent et sont légèrement excentrées des autres. Elles étaient jusque-là alternativement semées en maïs ou céréale à paille avec ces dernières années un rendement avoisinant le plus souvent 60 quintaux/ha. » Le miscanthus vise à réduire la dépendance en paille. « Avant de travailler avec Agricentre Dumas pour cette première mise en place, j’avais fait des recherches de mon côté. Cette plante m’intriguait. J’avais envie d’essayer », reconnaît Christian Pouget.

Avec les quatre autres pionniers du miscanthus corrézien, il y a eu entraide pour la mise en place des rhizomes. Ce printemps, pour la seconde saison de végétation, les tonnages obtenus dans leurs parcelles sont compris entre 5,7 et 8,8 TMS selon les parcelles. En phase avec les prévisions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande