Aller au contenu principal

Au parc des expositions de Villepinte
320 bovins allaitants présents au Simagena

Dans un contexte dopé par l'euphorie céréalière de l'année écoulée, le dernier SIMA a comptabilisé 248 800 entrées : une progression de plus de 18 % par rapport à l'édition précédente. « Bien entendu, il y a moins de monde qu'au SIA, mais la proportion de visiteurs professionnels est sans comparaison possible. » expliquait sur le stand de Charolais Expansion Franck Perrat, animateur racial au herd book Charolais. Et d'ajouter : « Comparativement au Sommet de l'élevage, on voit en proportion moins d'éleveurs, mais ceux qui font le déplacement viennent surtout de la moitié nord de la France et de l'Europe. C'est d'autant plus intéressant d'être là que c'est un public que l'on ne voit pas forcément à Cournon. »

« J'ai toujours défendu le fait qu'Interlim avait tout intérêt à être présent dans un salon tel que le Simagena. C'est un salon professionnel important avec de nombreuses délégations étrangères. » expliquait Jean-Baptiste Moreau président de Celmar, une OP creusoise faisant partie d'Interlim.

Du côté des 320 bovins de race allaitante en lice sur le ring, la tendance était à la génétique sans cornes, du moins en Charolais, Limousin et Salers. « Notre volonté est d'organiser un spectacle à la fois beau et intéressant avec des animaux adaptés à la demande du marché tout en présentant également des aspects innovant. La génétique sans corne en fait partie. » précisait Giuseppe Pantaleoni, éleveur Limousin installé en Haute-Vienne et co-organisateur de cet événement.

Si quelques affaires ont été faites sur le salon parallèlement à la vente aux enchères différents contacts ont été pris.« Le contexte est plutôt favorable avec la remontée du prix de la viande à temporiser par la hausse du prix des céréales, mais les clients potentiels restent extrêmement prudents et circonspects. Il y a eu de bons contacts, mais il est encore trop tôt pour savoir si derrière ils pourront se concrêtiser par des transactions. » expliquait François Nolorgues, éleveur et négociant en animaux d'élevage dans l'Aveyron.

La vente aux enchères d'animaux reproducteurs organisée par la société KBS Génétic proposait un total de 25 animaux. 21 des 22 limousins proposés ont été adjugés à une moyenne de 6738 EUR. La meilleure enchère (15 200 EUR) concerne un taureau d'un an génétiquement sans cornes acheté par Alain Hilaire, éleveur en Corrèze. Pratiquement la moitié des animaux ont été adjugés à des acheteurs venus d'autres pays européens. La vente proposait également deux jeune vaches, une Blonde et une Salers et un jeune taureau Aubrac : trois animaux adjugés à une moyenne de 4 100 EUR.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande