Aller au contenu principal

En élevage bio : 100 % d’IA sexée femelle et un maximum de vêlages à deux ans

Chez Adeline et Yohan Baudouin dans les Deux-Sèvres. Avec la conversion vers l’agriculture biologique, la conduite de la reproduction des Blondes et des Parthenaises est en pleine restructuration. L’objectif est de vendre un maximum de jeunes femelles de boucherie dans cette filière.

À Fenioux, dans les Deux-Sèvres, Adeline et Yohan Baudouin ont entamé la conversion de leur élevage à l’agriculture biologique en novembre 2018. Depuis déjà un certain nombre d’années, toutes les reproductrices sont inséminées, une grande partie des génisses vêlent à deux ans, et la conduite est très cadrée. Une étape supplémentaire vient d’être franchie vers l’optimisation économique des UGB présentes. « Nous avons défini, par rapport à notre parcellaire et système fourrager, l’objectif de 100 vêlages par an et toutes les femelles nées sur l’élevage seront élevées jusqu’au premier vêlage. » lls conservent l’équilibre actuel entre 80 % de Blondes et 20 % de Parthenaises. Jusque-là, les mâles étaient engraissés en jeunes bovins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
[Hausse des charges] Les stratégies possibles pour un système naisseur-engraisseur
La progression du prix des bovins peine à suivre celle des intrants. Littoral normand a chiffré pour l’année en cours des…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande