Aller au contenu principal

Une assurance contre le risque inhibiteur

Groupama a élaboré avec la Fnec une assurance spécifique pour prendre en charge les coûts (élevés) de la présence d’inhibiteurs dans le lait de chèvre.

Pour les 3 000 livreurs de lait de chèvre, la présence d’inhibiteurs est une crainte majeure. En effet si le lait présente une substance qui empêche le développement des bactéries lactiques, c’est tout le lait collecté dans la citerne du camion qui ne peut pas être transformé en fromage. Ces accidents restent très rares, une dizaine de cas par an en caprin. Heureusement, car c’est souvent à l’éleveur de prendre en charge la perte de ce lait non utilisable à des montants moyens voisinant les 20 000 d’euros.

Les plus lus

La nouvelle législation sur l'agriculture biologique reportée au 1er janvier 2022
Initialement programmée pour le 1er janvier 2021, l’entrée en vigueur de la nouvelle législation sur l'agriculture biologique a…
Bières : boom de l’artisanat et du local en bio
Le marché de la bière bio explose, avec un taux de progression estimé à +24 % en 2019 par l’Agence bio. Ralenti par la crise…
Offre limitée en céréales bio, une menace pour la dynamique de la demande ?
Avec la croissance de la consommation en produits bio se pose la question de l’offre. En céréales bio, ça tient… pour le moment,…
Carrefour signe six nouvelles filières bios françaises
Les Marchés
Hier, sur le salon Natexpo à Lyon, le groupe Carrefour a signé trois accords de partenariat avec six coopératives françaises (…
« L’agriculture bio s’organise partout en France »
Les Marchés
Tirée par la consommation, la production française en agriculture biologique progresse dans toutes les filières. Elle représente …
Le critère biologique des produits ne suffit plus
Les Marchés
Avec la crise sanitaire, la transformation des habitudes de consommation s’accélère, marquée par un fort développement du…
Publicité