Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Patrick Guiraud, un vigneron bioptimiste

Patrick Guiraud, vigneron bio et président du salon Millésime Bio.
© DR

Ingénieur œnologue, Patrick Guiraud a repris en 1995 le domaine familial situé en Camargue alors qu’il avait une trentaine d’années. Il a été certifié en agriculture biologique dès 1997, « pour le bien-être personnel et celui des personnes travaillant sur l’exploitation et parce que ça rapproche de la terre ». Depuis 2013, il est à la tête de Sudvinbio, l’association interprofessionnelle des vins bio d’Occitanie, organisatrice du salon professionnel annuel Millésime Bio qu’il préside également. Patrick Guiraud se réjouit de constater que le vin bio a cessé d’être marginalisé. « C’est une fierté de voir que les consommateurs nous plébiscitent et sont prêts à payer plus cher pour avoir des produits qui correspondent à leurs attentes de sécurité alimentaire. C’est ce qui permet de nous développer. Nous sommes sur un marché équitable, pas spéculatif », estime-t-il. Il souligne aussi que « la consommation de vin bio est spécifique, avec côté distribution, 40% des ventes en vente directe ». Tout en considérant qu’il fait partie d’une génération de vignerons bio « qui a une panoplie d’outils techniques à sa disposition », il regrette l’insuffisance de la recherche sur des solutions biologiques de lutte contre les maladies de la vigne. Mais il pense que « la nature est bien faite. On peut trouver des solutions si on y met les moyens ».

Les plus lus

Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Lemken France investit dans Steketee
Machinisme
Lemken France investit pour soutenir son réseau dans la distribution de la marque Steketee. 
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Être ou ne pas être en bio
Vigne
Indéniablement, le dynamisme du marché bio attire. Si sa croissance semble durable, elle s'appuie sur des piliers économiques qui…
Publicité