Aller au contenu principal

Olivier Deseine, meunier passionné depuis plus de vingt ans

Olivier Deseine, dirigeant des Moulins de Brasseuil, pousse aux conversions bio. "C’est long, c’est lent, mais cela s’accélère. »
© R. de Ceglie

Depuis 1984, Olivier Deseine fait tourner les meules des Moulins de Brasseuil pour produire des farines biologiques avec du blé d’Île-de-France. S’il en est devenu propriétaire à cette date, l’un des derniers moulins d’Île-de-France tourne au bio depuis 1972. « Nous sommes le plus vieux moulin à avoir commencé à faire du bio. En 2018, nous avons écrasé près de 7 000 tonnes de céréales », a-t-il expliqué à l’occasion d’une conférence de presse en février 2019. Et Olivier Deseine abandonne progressivement la farine conventionnelle pour se consacrer exclusivement au bio et au label rouge. Son blé vient majoritairement de France à 85 % et même d’Île-de-France pour 40 %, chose qui lui paraissait impossible il y a vingt ans. Ceci étant, il était même 100 % français avant 2014, mais « avec l’augmentation de la consommation, nous avons plus de mal à trouver du blé. Il y a une vague importante de conversions en cours. Ces surfaces sont nécessaires. L’objectif du plan ambition bio est bien de doubler les surfaces en grandes cultures d'origine biologique d’ici à 2022. Il y a une volonté d’autosuffisance en blé meunier pour limiter les importations », détaillait-il. La récolte blé en 2018 a été plus mauvaise. « Face à une consommation en hausse de 15 %, il y a un problème. Nous avons été obligés d’importer mais nous sommes très vigilants. On ne veut pas importer n’importe quoi, n’importe quelle qualité qui casserait tout ce que l’on a construit », explique-t-il. Il pousse les conversions. « J’essaie de voir les agriculteurs pour les motiver à se convertir. L’évolution passera par les jeunes. C’est long, c’est lent, mais cela s’accélère », note-t-il.

Les plus lus

[Débat] La viande bio émet-elle moins de carbone que la viande conventionnelle ?
Des chercheurs allemands ont calculé le coût carbone de certaines catégories de produits carnés, laitiers et végétaux. Le bio n'…
Le bio est plus cher : Belledonne le revendique et l'explique
Avec plus de 200 références vendues en magasin bio, l’entreprise Belledonne est un acteur engagé dans la filière française. L’…
[Edito] Réussir Bio, votre nouveau média digital 100% bio
Les filières biologiques sont en pleine croissance. Le changement d'échelle est une réalité et implique de nombreux…
[Lait bio] Les Prés rient bio cherchent à recruter de nouveaux éleveurs laitiers
Crise sanitaire oblige, c’est en petit comité que l’Agence Bio a organisé son rendez-vous 2021. La première Matinale Bio a été…
Le Synabio regrette le lancement d’un Eco-score au milieu d’une expérimentation publique
Alors qu’un collectif de 10 acteurs de l’alimentation a officiellement lancé leur Eco-score le 7 janvier dernier, le Synabio…
La Fnab veut un engagement de l’Etat français vers la bio
« Arrêtons de parler de la transition, faisons-là ! », c’est ce que demande la Fédération nationale d’agriculture biologique. La…
Publicité