Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Olivier Clanchin, un bio acteur à la tête de Triballat Noyal

Olivier Clanchin, PDG de Triballat Noyal, entreprise familiale, qui possède notamment les marques Vrai et Sojasun ainsi que les fromages Petit Billy, Merzer et Petit Breton.
© F. J.

L'entreprise fondée par la famille Clanchin, Triballat Noyal, est entrée dans le lait bio en 1975, à une époque où ce mode d’agriculture relevait du militantisme et où la diffusion de ses produits se limitait aux magasins spécialisés. « Mes parents avaient identifié des interrogations nouvelles, autant de la part des consommateurs que d’agriculteurs », explique Olivier Clanchin, l’actuel PDG. Triballat va y faire son nid en apportant l’expertise d’un artisan industriel et les recettes du marketing, au gré de ses développements : marques Tante Hélène, La Bergerie en lait de brebis, La Chèvrerie en lait de chèvre, etc. L’entreprise construit ses propres filières bio laitières et végétales (soja, plus récemment chanvre). En 1995, Triballat passe la vitesse supérieure en entrant en grande distribution avec la marque Vrai. Une manière de mettre les points sur les 'i' : « il y avait à l’époque un faux bio en linéaire » (celui de Danone NDLR). Depuis, Triballat n’a plus quitté les GMS, sans quitter « les magasins spécialisés bio qui constituent le marché vitrine pour l’entreprise, le marché le plus exigeant pour tirer l’innovation », précise le dirigeant.

Les plus lus

Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Lemken France investit dans Steketee
Machinisme
Lemken France investit pour soutenir son réseau dans la distribution de la marque Steketee. 
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Être ou ne pas être en bio
Vigne
Indéniablement, le dynamisme du marché bio attire. Si sa croissance semble durable, elle s'appuie sur des piliers économiques qui…
Publicité