Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Président d’Organic Stories
Brooks Wallin « demeure dans une logique très engagée »

Brooks Wallin, président d'Organic Stories, mais aussi géologue, géophysicien et américain.
© DR

« Américain, géologue et géophysicien, je suis en France depuis 31 ans. J’ai été banquier, j’ai travaillé chez Total France puis en 1999 je suis rentré dans la PME Le Goût de la Vie. Ça fait 20 ans que je suis dans le bio. J’ai eu la chance de reprendre en 2003 Favrichon puis en 2004 Pro Sain, deux sociétés pionnières dans le bio, gérées comme deux PME. Leur chiffre d’affaires est passé de 5,5 à 39 millions d’euros en 2018. Nous avons un taux de croissance très élevé mais nous sommes toujours dans une logique très engagée. On ne se permet pas de mettre des arômes, ni des colorants dans nos produits. On préfère le goût des aliments. On fait des produits pour la GMS mais on a décidé de limiter notre clientèle, on ne prend plus de nouveaux clients. Nous planifions notre capacité. On ne se développe pas de manière horizontale mais nous intègrons l’amont. On a déjà réuni 12 hectares dans le Sud pour cultiver des fruits et légumes bio pour Pro Sain. Pour Favrichon, on est en train de travailler sur la biodynamie avec les coopératives Corab, Cogebio et Probiolor. »

Les plus lus

Tech & Bio, deux jours pour faire le plein d’idées et de connaissances sur les productions biologiques
Portail réussir
Rendez-vous au salon Tech & Bio les 18 et 19 septembre dans la Drôme pour découvrir les techniques de production biologique…
Vignette
Innov'en Bio, reflet du dynamisme de l'agriculture biologique des Pays de la Loire
La région Pays de la Loire se veut être un acteur dynamique de la filière bio. Pour sa troisième édition, la campagne d'…
Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Publicité