Aller au contenu principal

Michel Delhommeau, un précurseur de la biodynamie en arboriculture

Michel Delhommeau, directeur général de Coteaux Nantais, entreprise de production, transformation et commercialisation de fruits, née en 1943.
© P. Gautier

« J’ai toujours vécu dans le bio, c'est mon choix de vie », annonce Michel Delhommeau. « Mes parents qui étaient maraîchers ont rejoint la famille Moreau (fondatrice des Coteaux Nantais, NDLR) en tant qu’associés en 1965. Dès les années 1967-69, il y a eu une prise de conscience. On commençait à parler de production sans produit chimique de synthèse. Le secteur des céréales y arrivait, pourquoi pas l’arboriculture ? On s’est penché sur le sujet dès 1970. A l’époque, nous étions précurseurs. En Europe, cette agriculture était seulement développée un peu en Allemagne ». En 1970, l’arrêt des traitements chez Coteaux Nantais a fait perdre 80 % de la production. Deux ans après, « Coteaux Nantais a été le premier au monde à utiliser la confusion sexuelle à grande échelle », selon Michel Delhommeau. Il rejoint l’entreprise en 1978. « On avait à l’époque beaucoup d’écarts de fruits. Je me suis formé à l’agroalimentaire pour développer la transformation » (purée de fruits, compotes et confitures…). Entre 1985 et 1990, il participe à l’élaboration du cahier des charges bio en France qui a donné naissance au logo AB. Dès 1995, l’entreprise s’intéresse à la biodynamie. « En plus de la plante, la biodynamie prenait également en compte son environnement : les sols, l’humain… Pour moi, tout ça ne fait qu’un ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
Fruits et légumes
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
La filière bio prépare son adaptation à la réglementation sur l’alimentation des élevages
Les élevages bio bénéficiaient jusqu’à présent d’une dérogation pour pouvoir utiliser 5% de matières premières d’origine…
Près de 30 000 hectares consacrés à l'agriculture biologique en Ile de France
Pour l’observatoire régional de l’agriculture biologique, animé en Ile de France par le GAB, le bilan est positif. En 2020, la…
Quel avenir de la fertilisation en agriculture bio ?
Interdiction des effluents d’origine industrielle : quel avenir de la fertilisation en AB ? Telle était la question posée dans le…
Calibio, la nouvelle usine d’aliments biologiques de la Cavac
Le groupe Cavac a mis en route Calibio, sa nouvelle usine de fabrication d'aliments biologiques.
Un nouveau président à la tête de Bio en Hauts-de-France
Réunis en fin d’année 2020, les membres du conseil d’administration de Bio en Hauts-de-France ont élu le nouveau bureau de l’…
Publicité