Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jean-Jacques Le Bris, un pionnier du légume bio breton

Jean-Jacques Le Bris est producteur de légumes bio et premier président de la commission bio du Cerafel.
© F. Jourdain

En Bretagne, la structuration de la filière du légume bio au sein du Cerafel doit beaucoup à Jean-Jacques Le Bris. Le Cerafel, association bretonne des organisations de producteurs de la Sica Saint-Pol, de l'Union des coopératives de Paimpol et de Tréguier (UCPT) et de Terres de Saint-Malo, regroupe une centaine de producteurs pour près de 20 000 tonnes de légumes vendus sous marque Prince de Bretagne Bio. Producteur de légumes à Pleumeur-Gautier dans les Côtes-d’Armor, Jean-Jacques Le Bris est parmi les premiers conventionnels de l'organisation à basculer dans le référentiel AB en 1997, à une époque où la multiplication des crises alimentaires (vache folle, poulet à la dioxine) inquiète de plus en plus les consommateurs. « C’était pour moi une démarche de progrès », dit-il. Avec lui, une dizaine de légumiers conventionnels se convertissent et convainquent Alexis Gourvennec, président emblématique du Cerafel et de la Sica, de constituer une commission dédiée. Jean-Jacques Le Bris prend la présidence de la commission bio de l’UCPT, puis de la commission bio du Cerafel. Il va conserver ce dernier mandat jusqu’à l’année dernière. Sa plus grande fierté ? « Voir que le modèle économique mis en place (stations de conditionnement agréées, emballages pour les légumes bios, certification Globalgap pour l’ensemble des exploitations, etc.) était le bon », dit-il. De son exploitation de 73 hectares qu’il conduit avec sa femme et son fils, Jean-Jacques Le Bris, 58 ans aujourd’hui, rappelle qu’en bio, « rien n’est jamais gagné, il y a toujours des impasses techniques à surmonter ». Mais il est persuadé que par l’échange d’informations techniques et le travail de la station expérimentale Terre d’Essais, la filière continuera d’avancer. 

Les plus lus

Le label bio s’exporte
Vigne
À l’export, le label bio européen est reconnu dans la plupart des pays importateurs de vin avec toutefois quelques subtilités.
Lemken France investit dans Steketee
Machinisme
Lemken France investit pour soutenir son réseau dans la distribution de la marque Steketee. 
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Quatre questions sur la réglementation bio européenne
Vigne
Dans la communication, l'utilisation conjointe du logo AB et de l’eurofeuille laisse planer un doute sur l’existence d’une…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Être ou ne pas être en bio
Vigne
Indéniablement, le dynamisme du marché bio attire. Si sa croissance semble durable, elle s'appuie sur des piliers économiques qui…
Publicité