Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures
Maria Pelletier considère qu'« il faut rester extrêmement vigilant sur la réglementation »

Maria Pelletier, PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures.
© DR

« En 1984, nous avons racheté avec mon mari le Moulin Marion aux actionnaires de l’époque. L’outil ronronnait : chiffre d'affaires de 400 000 euros, cinq salariés et du matériel plutôt vétuste. Nous l’avons tout de suite converti en bio, modèle qui correspondait à notre vision de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Nous avons cru en ce développement  bien que ce marché était loin d’être mature. Nous avons accompagné les agriculteurs, tant à la conversion au bio qu’à la valorisation de leurs productions agricoles que nous transformions dans la nutrition animale comme l’alimentation humaine, les deux étant complémentaires et permettant les rotations culturales indispensables à l’agriculture biologique et à la préservation de la biodiversité. À cette époque, on portait sur nous un regard très dubitatif, voire moqueur. Nous étions engagés dans des syndicats professionnels. Lorsque le règlement européen bio est arrivé en 1991, j’ai fait partie des groupes de travail au ministère participant à l’évolution des cahiers des charges. Je suis toujours membre du Cnab, du Synabio, d’Ecocert, et aussi présidente de Générations Futures depuis 2009. Avec le recul, je peux affirmer aujourd’hui que c’est le bio qui, de par les exigences du cahier des charges, amenant à des remises en question fréquentes et des investissements innovants, a permis un développement harmonieux de notre entreprise. Actuellement ce marché attire de nombreux acteurs, nous devons plus que jamais rester à l’écoute de nos concitoyens et consommateurs, défendre une bio exigeante, innovante et solidaire, et rester extrêmement vigilants sur l’évolution de la règlementation que certains voudraient beaucoup plus laxiste. »

Les plus lus

[Coronavirus Covid-19] La conversion en bio toujours possible durant le confinement
Fruits et légumes
Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, l’Inao a interdit aux organismes certificateurs de se déplacer sur…
Quel usage pour les huiles essentielles en élevage bovin allaitant ?
Bovins Viande
L’aromathérapie est de plus en plus en vogue. Joannick Dorso, vétérinaire conseil et formateur chez Natur’élevage (groupe…
[Coronavirus Covid-19] La Coopérative Bio d’Île-de-France réoriente ses ventes vers le détail
Fruits et légumes
Avec la fermeture de la restauration collective, son premier débouché, la coopérative francilienne a renforcé ses liens avec la…
Le quinoa d’Anjou va se décliner en bio
Les Marchés
La filière quinoa d’Anjou s’attend à une progression de l’ordre de 35 % de ses ventes cette année. La récolte des 200…
Babybio renforce son offre de produits locaux
Les Marchés
La marque d’alimentation infantile biologique du groupe Vitagermine complète ses gammes et lance les premiers produits issus de…
[Coronavirus Covid-19] Circuits courts : les réseaux des agriculteurs bio mobilisés
Fruits et légumes
Dans toute la France, les réseaux des producteurs bio sont sur le pont pour faciliter la commercialisation des productions bio en…
Publicité