Aller au contenu principal

PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures
Maria Pelletier considère qu'« il faut rester extrêmement vigilant sur la réglementation »

Maria Pelletier, PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures.
© DR

« En 1984, nous avons racheté avec mon mari le Moulin Marion aux actionnaires de l’époque. L’outil ronronnait : chiffre d'affaires de 400 000 euros, cinq salariés et du matériel plutôt vétuste. Nous l’avons tout de suite converti en bio, modèle qui correspondait à notre vision de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Nous avons cru en ce développement  bien que ce marché était loin d’être mature. Nous avons accompagné les agriculteurs, tant à la conversion au bio qu’à la valorisation de leurs productions agricoles que nous transformions dans la nutrition animale comme l’alimentation humaine, les deux étant complémentaires et permettant les rotations culturales indispensables à l’agriculture biologique et à la préservation de la biodiversité. À cette époque, on portait sur nous un regard très dubitatif, voire moqueur. Nous étions engagés dans des syndicats professionnels. Lorsque le règlement européen bio est arrivé en 1991, j’ai fait partie des groupes de travail au ministère participant à l’évolution des cahiers des charges. Je suis toujours membre du Cnab, du Synabio, d’Ecocert, et aussi présidente de Générations Futures depuis 2009. Avec le recul, je peux affirmer aujourd’hui que c’est le bio qui, de par les exigences du cahier des charges, amenant à des remises en question fréquentes et des investissements innovants, a permis un développement harmonieux de notre entreprise. Actuellement ce marché attire de nombreux acteurs, nous devons plus que jamais rester à l’écoute de nos concitoyens et consommateurs, défendre une bio exigeante, innovante et solidaire, et rester extrêmement vigilants sur l’évolution de la règlementation que certains voudraient beaucoup plus laxiste. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

« Avec la filière blé La Belle Terre, j’espère une marge proche de celles des semences »
Grandes Cultures
Mickaël Proust, agriculteur sur 300 ha de grandes cultures à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres), cultive du blé pour la filière La…
Les ONG et Interbev saluent l’initiative du Planet-Score
Les Marches
Seize ONG et l’interprofession de la viande bovine, Interbev, soutiennent le développement du Planet-Score qui prend en compte de…
4,6 % du lait européen est bio
Les Marches
En mai 2021, 4,1 % du lait collecté dans l’Union était bio, selon les données de Bruxelles. L’écart est grand selon les pays.…
La Vertueuse lance sa bière bio
Les Marches
La distillerie La Vertueuse-Saveurs des sucs en Haute-Loire a créé sa propre brasserie pour proposer une nouvelle gamme de…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
Vigne
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Le congrès mondial de la bio 2021 se tient pour la première fois en France
Les Marches
Le congrès mondial de la bio se tiendra du 6 au 10 septembre 2021 à Rennes, au couvent des Jacobins. L’édition de 2017 avait…
Publicité