Aller au contenu principal

PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures
Maria Pelletier considère qu'« il faut rester extrêmement vigilant sur la réglementation »

Maria Pelletier, PDG du Moulin Marion et présidente de Générations Futures.
© DR

« En 1984, nous avons racheté avec mon mari le Moulin Marion aux actionnaires de l’époque. L’outil ronronnait : chiffre d'affaires de 400 000 euros, cinq salariés et du matériel plutôt vétuste. Nous l’avons tout de suite converti en bio, modèle qui correspondait à notre vision de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Nous avons cru en ce développement  bien que ce marché était loin d’être mature. Nous avons accompagné les agriculteurs, tant à la conversion au bio qu’à la valorisation de leurs productions agricoles que nous transformions dans la nutrition animale comme l’alimentation humaine, les deux étant complémentaires et permettant les rotations culturales indispensables à l’agriculture biologique et à la préservation de la biodiversité. À cette époque, on portait sur nous un regard très dubitatif, voire moqueur. Nous étions engagés dans des syndicats professionnels. Lorsque le règlement européen bio est arrivé en 1991, j’ai fait partie des groupes de travail au ministère participant à l’évolution des cahiers des charges. Je suis toujours membre du Cnab, du Synabio, d’Ecocert, et aussi présidente de Générations Futures depuis 2009. Avec le recul, je peux affirmer aujourd’hui que c’est le bio qui, de par les exigences du cahier des charges, amenant à des remises en question fréquentes et des investissements innovants, a permis un développement harmonieux de notre entreprise. Actuellement ce marché attire de nombreux acteurs, nous devons plus que jamais rester à l’écoute de nos concitoyens et consommateurs, défendre une bio exigeante, innovante et solidaire, et rester extrêmement vigilants sur l’évolution de la règlementation que certains voudraient beaucoup plus laxiste. »

Les plus lus

Le bio dans les assiettes amène les collectivités à reconsidérer l’agriculture
La loi EGAlim amène les collectivités vers des problématiques nouvelles. En 2022, les repas fournis par les collectivités,…
Cristal Union veut construire une seconde filière de sucre de betteraves bio en Alsace
La seconde campagne de production de sucre de betteraves bio s’achève à la sucrerie de Corbeilles-en-Gâtinais. Le groupe Cristal…
20 % de bio local dans les cantines scolaires : des villes ont déjà franchi le cap
Le bio local est déjà une réalité dans certaines cantines scolaires. Les municipalités de Bègles et de Bruz en témoignent. Pour…
Les acteurs du bio vent de debout contre la HVE
Les acteurs de la bio veulent un changement dans l’attribution de la certification Haute Valeur Environnementale, estimée comme…
Quel avenir pour l’œuf bio
Avec des mises en place de pondeuses en croissance de 60 % de début 2017 à fin 2019, le marché de l’œuf bio s’envole. Cette année…
Nutrition animale : la croissance en bio se calme après plusieurs années d'expansion
Même si les chiffres définitifs pour le premier semestre ne sont pas encore disponibles, 2020 devrait connaître une progression…
Publicité