Aller au contenu principal

Réussir Bio : le média des professionnels du bio

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Denis Paturel, engagé dans l’œuf de la fourche à la fourchette

Denis Paturel, éleveur de poules pondeuses bio en Bretagne.
© P. Le Douarin

En Côtes-d’Armor, Denis Paturel a été un des moteurs du développement d’une production d’œufs structurée en filière, de la production des matières premières jusqu’à l’œuf conditionné et prêt à livrer. Rien ne prédisposait particulièrement Denis Paturel à faire une grande partie de sa carrière dans la production et la commercialisation des œufs bio. Sa lente évolution vers le bio a commencé par un poulailler de 5000 pondeuses conventionnelles en plein air construit par son épouse Sylvie en 1987, à Pludual. C’est pour gagner mieux sa vie, et interpellé par la réussite de voisins agriculteurs en légumes bio, que le couple décide de sauter le pas, en 1993 avec les poules et en 1994 avec les 13 hectares de terres. Après que son épouse ait construit en 1997 un second poulailler de 6000 poules sur un second site, Denis crée la société Agrobio Europe en 1998, en partenariat avec le centre de conditionnement Trégor œufs de Tréglamus, près de Guingamp. Le centre apportait l’essentiel du capital et le débouché des œufs, Denis son expertise de la production d’œufs bio et celle de l’organisation de la production végétale acquise à la coopérative. En 2016, il quitte Agribio Europe sans regret. Aujourd’hui, il termine sa carrière en conseillant les éleveurs et les entreprises dans leur transition vers l’agriculture biologique. Il reste associé avec son fils Jérémy qui a repris l’exploitation des 12 000 poules. Reconnu pour son expertise globale de la filière, Denis Paturel siège à l’Inao et au comité national de l’agriculture biologique (Cnab) comme « personnalité qualifiée » ; il représente le secteur œuf à la commission bio du syndicat national des labels avicoles (Synalaf) ; il siège à la confédération française de l’aviculture (CFA) et à l’interprofession des œufs (CNPO). Enfin, depuis début 2019, il est le nouveau président d’Inter Bio Bretagne, la plateforme d’entreprises et acteurs bretons qui contribue au développement et la promotion de l’agriculture et des produits biologiques. Des postes qui le passionnent mais il compte bien passer le relais d’ici trois ans. « Place aux jeunes, mais ils ne sont pas légion. Nos métiers manquent d’éleveurs qui s’engagent… »

Les plus lus

Pommes bio : développer un marché prometteur sans « perdre son âme »
Fruits et légumes
Restauration collective, GMS : le marché de la pomme bio se développe. Mais pour faire face à la demande, une plus grande…
Poules de réforme : un marché en statu quo
Les Marchés
Statu quo sur le marché des poules de batterie la semaine dernière. Si les opérateurs français se plaignaient des containers…
Des chèvres au milieu du gruyère
La chèvre
Christine et Simon ont repris la ferme de leur père et grand-père. Les 130 chèvres bio pâturent les vertes prairies de la Gruyère…
Asperge bio : les producteurs échangent sur leurs pratiques
Fruits et légumes
L’asperge bio regroupe les membres de son association autour des préoccupations techniques comme l’enherbement, la lutte contre…
En lait bio, des revenus qui vont du simple au triple
Lait
Une étude des Cerfrance d’Auvergne-Rhône-Alpes montre de grandes disparités de performance économique au sein des exploitations…
La Fnab lance son label Bio.Français.Equitable
Fruits et légumes
La Fnab a lancé son propre label. Premier à l’utiliser : le distributeur de surgelés Picard avec une gamme de légumes made in Sud…
Publicité