Aller au contenu principal
Font Size

Corentin Hamard construit un projet viable

Corentin Hamard, responsable filière bio de Cooperl.
© DR

Présent dans le bio depuis 1998 par son activité d’abattage et sa filiale Erca Bio, le premier groupement de producteurs de porcs français Cooperl Arc Atlantique (5,6 millions de porcs produits par an) a décidé en 2016 de s’impliquer dans la production de porcs biologiques. « Le souhait du groupe était de monter un plan de développement cohérent, impliquant tous les éléments de sa filière, de la fabrication des aliments jusqu’à la vente des produits élaborés à nos marques ou en MDD », explique Corentin Hamard, son responsable filière bio. « Nos clients traditionnels sont demandeurs de bio. À nous de leur proposer des produits qui correspondent à leurs attentes. Pas question de lancer des éleveurs dans l’aventure du bio sans assurer les débouchés. » 900 truies sont actuellement en production biologique. « Notre objectif est d’arriver rapidement à 1500 truies bio dans un schéma de type naisseur-engraisseur. Ensuite, la progression des volumes se fera en fonction de la demande. C’est une logique de flux tiré qui sécurise les producteurs. » Cooperl puise dans ses 2 700 adhérents les candidats au bio. « Ce ne sont pas des opportunistes, mais bien des éleveurs motivés par un mode de production alternatif.» L’approche technico-économique est cependant la même. « L’objectif est de monter un projet viable, avec un coût de production compétitif et des outils de production cohérents et performants », souligne Corentin Hamard. Pour cela, il peut compter sur l’ensemble des compétences du groupe, qui apporte également son savoir-faire sur les aspects techniques. « Par exemple, nous permettons l’élevage de mâles entiers en bio, grâce à nos connaissances acquises en production conventionnelle », conclut-il.

Les plus lus

Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
Grandes Cultures
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Les graines d’adventices réduites en farine
Machinisme
Plutôt que récupérer la menue paille, certains équipementiers la détruisent directement au champ.
Jardin Bio Etic cherche à se différencier
Les Marchés
La marque alimentaire de Léa Nature, anciennement Jardin Bio, poursuit sa stratégie RSE pour répondre à l’essor et à la…
Fertilité des sols : le phosphore, un défi pour la conversion à grande échelle en bio
Grandes Cultures
Plus que l’azote, le phosphore pose question dans les sols des exploitations en agriculture biologique. Il a tendance à diminuer…
Danone continue d'innover et de développer son offre bio
Lait
Danone n’est pas un gros collecteur et transformateur de lait bio, mais l’entreprise se fait remarquer par des innovations comme…
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Volailles
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
Publicité