Aller au contenu principal

Christophe Hebinger, un passionné de la sélection de plants de vignes

Christophe Hebinger dirige les pépinières viticoles Hebinger.
© DR

En 1986, Christophe Hebinger a repris les pépinières viticoles fondées par son père en 1970. Son entreprise met en pépinière 2 millions de plants par an. Il s’est engagé dans la défense de la biodiversité en privilégiant les sélections massales. Elles représentent aujourd’hui 70% de son activité. Lui et ses équipes sont prêts à traverser la France pour « donner aux vignerons la possibilité de réaliser leur sélection », et même à partir d’une micro-parcelle de vieilles vignes. « C’est une anomalie que le vigneron soit uniquement aidé pour planter des clones et pas des sélections massales. En Allemagne, ce n’est pas le cas », se désole le pépiniériste. Depuis 2002, il produit des plants issus d’une culture biologique. Il propose des porte-greffes certifiés bio et des plants nommés « Approche B »(1). Une orientation qui n’a pas été sans mal. « Au début, nous avons eu de sérieux soucis avec le mildiou », admet-t-il. Il lui a fallu trois ans pour trouver des solutions. « Je souhaite vérifier les concepts », dit ce scientifique de formation, soucieux d’effectuer des choix engagés mais réfléchis. Il s’intéresse de plus en plus à la biodynamie dont il apprécie l’approche globale « qui tient compte de paramètres naturels ». Côté consommation d’énergie, il vise 80% d’autonomie d’ici la fin de l’année. À 58 ans, il n’envisage pas du tout la retraite. « C’est trop stimulant ce qui se passe » s’enthousiasme-t-il en constatant l’essor du bio et de la biodynamie, notamment chez ses jeunes clients.

 (1) En l’absence de produit autorisé en agriculture biologique pour réaliser le traitement obligatoire des plants contre la flavescence dorée, ses plants ne peuvent être certifiés bio.

Les plus lus

[Débat] La viande bio émet-elle moins de carbone que la viande conventionnelle ?
Des chercheurs allemands ont calculé le coût carbone de certaines catégories de produits carnés, laitiers et végétaux. Le bio n'…
Le bio est plus cher : Belledonne le revendique et l'explique
Avec plus de 200 références vendues en magasin bio, l’entreprise Belledonne est un acteur engagé dans la filière française. L’…
[Edito] Réussir Bio, votre nouveau média digital 100% bio
Les filières biologiques sont en pleine croissance. Le changement d'échelle est une réalité et implique de nombreux…
Le Synabio regrette le lancement d’un Eco-score au milieu d’une expérimentation publique
Alors qu’un collectif de 10 acteurs de l’alimentation a officiellement lancé leur Eco-score le 7 janvier dernier, le Synabio…
Rétrospective 2020 : Les 10 articles bio qu’il ne fallait pas manquer
Que vous les ayez déjà lu ou que vous les découvriez maintenant, voici les 10 sujets sur les filières agricoles et…
La Fnab veut un engagement de l’Etat français vers la bio
« Arrêtons de parler de la transition, faisons-là ! », c’est ce que demande la Fédération nationale d’agriculture biologique. La…
Publicité