Aller au contenu principal

Bilan météo de l'hiver 2020-2021 : précipitations très abondantes et températures douces, avant le gel

Sur le plan météorologique, la période de décembre 2020 à février 2021 a été marquée par des températures plutôt douces et des pluies largement excédentaires par rapport aux normales saisonnières. Le phénomène s’est inversé en février et le mois de mars a été très sec. Début avril, l’état des grandes cultures était jugé bon. Bilan de cette climatologie hivernale avec des données d’Agreste et de Météo France.

© Thomas B. / Pixabay

L’épisode de gel de début avril a très fortement touché le secteur de la viticulture, de l’arboriculture et du maraîchage. En grandes cultures, le colza et les betteraves sont les productions les plus impactées. Environ 10 % des surfaces seraient concernées et certaines parcelles vont devoir être retournées.

Lire aussi dans Réussir Grandes Cultures « Gel : des pertes autour de 10 % en colza et betterave ».

Pour les autres cultures et la majorité des parcelles qui, heureusement, ont été épargnées par le gel, l’état futur des cultures est basé en partie sur la météo de l’hiver. Quel est le bilan de la fin d’année 2020 et du début 2021 ? Réponse avec la lettre de conjoncture d’Agreste, le service de statistique, d’évaluation et de prospective agricole du ministère de l’Agriculture.

Sur la période de décembre 2020 à février 2021, sur l’ensemble de la France métropolitaine, les températures ont été plutôt douces, supérieures ou égales aux normales, à l’exception de celles de début février, qui ont été particulièrement froides.

« Un épisode de froid très marqué a notamment concerné une grande moitié nord du pays du 7 au 14 février, » précise Météo France.

Les graphiques de Météo France montrent la tendance 2020-2021 par rapport à la « normale ».

Fig1
Fig2

« L’hiver 2020-2021 a été marqué par un temps très perturbé et parfois tempétueux en décembre et janvier, » précise Météo France.

Un début d’hiver très fortement arrosé

Côté précipitations, le début d’hiver 2020-2021 a été marqué par des pluies excédentaires de 50 % en moyenne sur les mois de décembre et janvier. La région du golfe du Lion et le nord-est de la Corse ont été les deux seules à ne pas connaître cette situation, précise Météo France.

Carte

En février, en revanche, la situation est redevenue déficitaire. Selon Agreste, le cumul des précipitations depuis le 1er septembre 2020 est supérieur de 6 % aux normales de saison. Ce début d’hiver très pluvieux a généré des crues et des inondations, précise Météo France. Et malgré un mois de février globalement sec, certaines stations ont enregistré des cumuls de précipitations records sur l’ensemble de l’hiver.

Tab

Pourtant, au 1er mars 2021, l’indice d’humidité des sols est déficitaire sur la majeure partie du territoire. « Le déficit de pluie fin février a asséché les sols, du moins en surface », note Agreste. Début avril, l’état des cultures était jugé « bon » par les services du ministère, mis à part l’excès d’eau en Nouvelle-Aquitaine qui a perturbé les semis ou les gelées de février dont ont souffert les légumes.

Mars très sec

Selon Agreste, le mois de mars a été majoritairement frais, excepté en toute fin de mois avec de nombreux records mensuels de chaleur battus. La pluviométrie est déficitaire de 50 % au niveau national. Le déficit varie entre 19 % dans le Nord-Est et 84 % dans le Sud-Est, il dépasse les 50 % sur la moitié ouest de la France. Excepté en milieu de mois où des pluies modérées ont concerné une grande partie du territoire, le temps a été très sec en mars, observe Agreste. En cumulé depuis le mois de septembre, les précipitations restent dans la norme au niveau national, avec un déficit de 30 % dans le Sud-Est et un excédent de 20 % dans le Sud-Ouest. L’indice d’humidité des sols au 1er avril 2021 est déficitaire.

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Ligne électrique au-dessus d'un champ
Risques de coupures d’électricité : comment les agriculteurs doivent s’y préparer
Le gouvernement demande aux préfets par une circulaire d’anticiper les risques de délestages électriques attendus pour janvier…
Publicité