Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Besoin de douceur ? Du côté d'Avranches, laine du terroir… espoir

© Lætitia Brémont – L’Eure agricole

Un habitant d’Avranches est un Avranchinais … ou un Avranchin, qui est aussi le nom de cette petite région de la Manche normande. Mais saviez-vous qu’il existe un mouton de l’Avranchin qui ne demande qu’à être connu ? Pour valoriser la laine produite par ces nobles bêtes de race locale, l’association du mouton de l’Avranchin porte un projet de marque collective. Le collectif a même pour ambition de réconcilier Normands et Bretons puisqu’il devrait rassembler sous sa bannière des bergers du Nord Cotentin, du Centre Manche, du  Calvados, de l’Orne, mais aussi de l’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor.

L’idée est de diminuer l’exportation des tontes et de favoriser l’artisanat local. Des créateurs, stylistes et entrepreneurs indépendants de la région s’intéressent à la question pour la commercialisation d’articles 100 % pure laine.

La  future « Compagnie lainière de l’Ouest » pourrait être une coopérative qui démarrerait son activité sans salariés, sur le principe d’une prestation journalière rétribuée aux éleveurs qui s’impliquent dans cette initiative. Le concept est là : promotion d’un produit naturel à l’esthétique inspirée de notre terroir. Reste à passer à l’action.

Les plus lus

Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
« L'élevage en danger » : les Safer veulent des parts sociales soumises à régulation du foncier
Relancer notre économie, s’inscrire dans la durabilité et la résilience, garantir notre souveraineté alimentaire. Les Sociétés d’…
Publicité