Aller au contenu principal

AgTech
Des « projections agroclimatiques » à l’échelle du km2 pour anticiper le climat de 2030

A quoi ressembleront les productions agricoles dans 10, 20 ou 30 ans ? Avec ses « projections agroclimatique », l’entreprise Weenat apporte des éléments de réponse et propose aux professionnels de l’agriculture une visibilité à long terme pour les accompagner dans leur transition climatique.

Quelles cultures pour 2030 et quels modes de conduite ? Les algorithmes de Weenat sont capables de simuler l’impact du dérèglement climatique pour aider les filières agricoles à s’adapter aux changements.
© Gabriel Omnès

Aider les filières agricoles à évaluer l’impact du dérèglement climatique à l’échelle d’un territoire, c’est ce que propose Weenat, entreprise nantaise spécialisée dans les solutions de météo connectée et d’agronomie de précision. Avec le lancement de ses « projections agroclimatiques », elle propose aux exploitants agricoles d’adapter leur stratégie culturale et de piloter leurs investissements matériels. Le nouvel outil est capable de générer des scénarios climatiques avec une résolution journalière et au km2 pour les années 2030, 2040 et 2050.

Les premiers effets du dérèglement climatique sont déjà perceptibles pour les agriculteurs. « Et la situation risque de s’aggraver au cours des prochaines années, avec des épisodes climatiques extrêmes qui vont devenir plus fréquents et plus intenses », alerte Emmanuel Buisson, docteur en physique de l’atmosphère et directeur R&I chez Weenat.

 

10 ans de données météo analysées

Les « projections agroclimatiques » sont le fruit de 2 ans de recherche et développement. Pour mettre au point ce service innovant, les équipes composées de data scientists, de météorologues et d’agronomes, ont analysé 10 ans de données météo sur environ 1,8 millions de points en France. A partir de ces informations, les collaborateurs ont construit une base de données climatiques avec une précision au km2 sur la période 1979-2021. Cette base a ensuite été utilisée pour calibrer un modèle de projections climatiques capable de simuler les tendances à horizon 2030, 2040 et 2050.

Le degré de précision des informations fournies est élevé. « Il devient par exemple possible d’estimer la probabilité qu'un épisode de stress hydrique survienne durant la phase de montaison sur le blé tendre », indiquent les concepteurs de l’outil. « Avec ces informations, les filières agricoles peuvent anticiper et adapter leur stratégie », poursuivent-ils. L’entreprise spécialiste des questions agroclimatiques veut amener les filières à s’interroger. « Est-il plus intéressant de continuer à produire du blé tendre (auquel cas elles savent désormais qu’elles devront investir dans du matériel d’irrigation), ou vaut-il mieux opter pour une autre culture, plus résistante au manque d’eau ? »

Des exemples peuvent être pris dans d’autres filières, comme la viticulture notamment. Pour les viticulteurs, les dates de débourrement sont un point crucial. Plus elles sont précoces, plus le risque de dégâts lié au gel est élevé. « Si un groupement viticole souhaite savoir si les épisodes de gel vont devenir plus fréquents sur son territoire, Weenat est capable de simuler l’impact du dérèglement climatique sur les dates de débourrement des vignes en 2030 », affirme l’entreprise. Des informations importantes qui pèsent sur les décisions d’équipement contre le gel, d’adaptation des cépages…

 

Une visibilité à plus long terme pour les filières agricoles

Les « projections agroclimatiques » pour 2030 sont calculées jour par jour, du 1er janvier au 31 décembre, avec une résolution au km2. Elles portent sur 15 paramètres météorologiques et permettent de suivre l’évolution de plus de 100 indicateurs agronomiques, comme le risque de stress hydrique, les sommes thermiques, le nombre de jours de gel… Par rapport aux modèles existants, l’innovation réside dans cette grille kilométrique qui permet d’obtenir des données à l’échelle d’une exploitation, voire d’une parcelle.

La start-up de l’AgTech entend ainsi apporter aux filières agricoles des « données tangibles pour évaluer l’impact du climat de demain sur leur activité », leur offrant ainsi la possibilité d’une « visibilité à plus long terme pour les accompagner dans leur transition climatique ».

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Publicité