Aller au contenu principal

Agriculteurs, comment vous préparer aux salons de la rentrée ?

En temps de Covid, les salons agricoles de la rentrée auront bien lieu mais le pass sanitaire sera de rigueur. Pour tous les professionnels de l'agriculture, ce précieux sésame est le moyen de pouvoir se retrouver après une année où ces manifestations ont été annulées. Tout est mis en place pour accueillir le public dans le respect des mesures sanitaires. De quoi rassurer les visiteurs qui sont attendus nombreux. Le point sur les 6 manifestations qui vont se dérouler en septembre et octobre.

Les organisateurs des salons agricoles de la rentrée vont accueillir cette année les visiteurs avec les contraintes dues à la crise Covid.
© Chambre d'agriculture de la Drôme

Vaccination, pass sanitaire, port du masque, respect des distances barrière… La crise sanitaire est là et fait désormais partie de notre quotidien. Pour se déplacer dans les lieux publics, dans les restaurants, les cafés, les cinémas… il faut désormais montrer patte blanche. Des contraintes que chacun doit accepter mais qui ne sont pas un obstacle aux déplacements.  Après une année de rendez-vous et d’événements annulés, les manifestations reprennent. Les salons agricoles de la rentrée auront bien lieu et s’apprêtent à accueillir les visiteurs, en s’organisant pour respecter les mesures imposées en tant de pandémie. Pour rentrer sur les salons, le pass sanitaire sera de rigueur.

Il est donc nécessaire de présenter :

. une attestation de vaccination (2 injections réalisées + un délai de 7 jours révolus après la date de la 2ème injection, ou 1 injection réalisée + un délai de 7 jours révolus après la date d'injection pour les personnes ayant eu un antécédent de Covid, ou une vaccination avec injection unique + un délai de 4 semaines pour le vaccin Johnson&Johnson)

. ou la preuve d’un test négatif PCR ou antigénique ou auto-test réalisé sous la supervision d'un professionnel de santé datant de moins de 72 heures,

. ou le résultat d’un test PCR ou antigénique positif attestant du rétablissement de la maladie Covid, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Cette vérification dès la porte des différentes manifestations permettra ensuite l'accès aux buvettes et aux espaces de restauration sans nouveau contrôle.

Voici ce que chaque salon met en place pour accueillir sereinement les visiteurs.

 

Foire de Châlons, du 3 au 13 septembre 2021, à Châlons-en-Champagne (Marne)

En 2019, la Foire de Châlons a accueilli 270 000 visiteurs et 800 exposants. Cette année, pas de jauge : le salon champenois se prépare à la même affluence. Aucune désaffection du côté des exposants n’est enregistrée assurent les organisateurs et les exposants habitués de la manifestation, y compris ceux venant du monde entier, seront là. Pour rentrer sur le site, visiteurs et exposants devront être munis du pass sanitaire ou effectuer un test antigénique. L’organisation de ces contrôles sera assurée par la Protection civile.

Pour ceux qui n’auront pas réservé leur billet en ligne, une billetterie accueillera le public à l’entrée du salon.

Concernant le port du masque, les organisateurs du salon attendent la décision du préfet. Il sera recommandé, voire obligatoire, au moins dans les bâtiments. Pour respecter les mesures barrières, les visiteurs devront suivre des sens de circulation. Du gel hydroalcoolique sera disponible sur tous les stands. Des collecteurs spécifiques pour les masques usagés seront mis à la disposition du public.

Le contrôle étant effectué à l’entrée, l’accès aux espaces de restauration sera libre et il sera possible aux exposants de proposer boissons et nourriture sur les stands.

Innov-Agri, à Outarville (Loiret), du 7 au 9 septembre

Tout est prêt pour accueillir les visiteurs dans le Loiret sur Innov-Agri. Lors de la précédente édition, en 2018 puisque le salon prévu en 2020 n’a pas eu lieu en raison de la crise Covid, le salon avait accueilli 75 000 visiteurs et 252 exposants. Cette année, les organisateurs attendent un public sensiblement identique en nombre. Il n’y aura pas de jauge et la baisse de visiteurs étrangers n'affectera pas la manifestation. Le salon en plein air en accueille peu et la plupart d’entre eux (95 %) viennent des pays de l’Union européenne.

Le protocole sanitaire à respecter est détaillé sur le site du salon. Des tests de dépistage antigéniques pourront être effectués à l’entrée pour les visiteurs ne disposant pas de pass sanitaire ou de test de dépistage valide.

En raison du contexte sanitaire, il est vraiment conseillé de s’inscrire en amont, via Internet, pour obtenir son e-badge d’accès au salon. Sur le site, en raison du Covid, les bornes de saisie sont interdites. Pour ceux qui sont dans l’incapacité de demander leur badge sur Internet, il risque donc d’y avoir de l’attente à l’entrée du salon.

Précisons que contrairement à ce qui avait été annoncé initialement, suite à un arrêté préfectoral intervenu le 27 août, le port du masque sera obligatoire sur l’ensemble du site.

Tech Ovin, à Bellac (Haute-Vienne), les 8 et 9 septembre

En 2019, Tech Ovin a accueilli 14 395 visiteurs sur son site de Bellac dans le Limousin. Cette année, il n'y aura pas de jauge et les organisateurs attendent le même nombre de visiteurs sur les 3,5 ha du site. Compte tenu du contexte sanitaire, une baisse des visiteurs étrangers est probable mais la fréquentation des éleveurs ovins de l'Hexagone devrait être soutenue. « Nous misons sur le fait que Tech Ovin’ n'a lieu que tous les deux ans donc il y a une attente forte, » commente Nicolas Faurie, directeur.

La pré-inscription est conseillée sur la billetterie en ligne mais il sera possible d'acheter les entrées sur place. Les pass sanitaires seront contrôlés à l'entrée et pour les visiteurs ne disposant pas de pass sanitaire ou de test valide, des tests antigéniques pourront être réalisés durant les deux jours.

Le port du masque ne sera pas obligatoire dans les zones de plein air et recommandé sous les chapiteaux.
 

Le Space, à Rennes (Ille-et-Vilaine), du 14 au 16 septembre

Cette année, le Space aura lieu du 14 au 16 septembre. Une formule trois jours par rapport aux quatre jours des éditions précédentes. Un Space sans vendredi qui répond à une « demande très forte de la part des exposants, » explique Anne-Marie Quéméner, commissaire générale du Space, et n’a rien à voir avec le contexte sanitaire. « La décision était prise l’an dernier, » explique-t-elle.

En 2019, le salon rennais a accueilli 105 000 visiteurs et 1300 exposants. Cette année, les exposants ont de nouveau répondu présents. Ils seront 1100, ce qui est une « participation importante, » note la commissaire, compte-tenu de la pandémie.

Les visiteurs devront tous avoir un titre d’accès nominatif et les organisateurs du salon recommandent de s’inscrire en ligne avant la venue, en rentrant son code invitation sur la plateforme. Ceux qui n’auront pas de billet auront la possibilité d’en obtenir un à la billetterie à l’entrée du salon.

Les visiteurs devront également être en règle vis-à-vis du protocole sanitaire via la vaccination ou les tests de dépistage. « Si on veut venir au Space et en profiter, il faut le faire avant, » conseille Anne-Marie Quéméner.

Pour ceux qui n’auront pu s’organiser autrement, se faire tester à l’entrée du salon sera possible. Deux pôles de tests organisés par un labo privé sont prévus.

Dans l’enceinte du salon, le port du masque sera obligatoire en intérieur et fortement recommandé à l’air libre.

Des recommandations ont été faites également aux exposants pour qu’ils mettent à disposition sur les stands du gel hydroalcoolique pour les visiteurs. Il leur est conseillé également de ne pas proposer de nourriture à partager dans un seul contenant.

« Toutes ces mesures rentrent dans les habitudes, » constate Anne-Marie Quéméner et « c’est pour garantir la sécurité ». Difficile de prévoir quand le contexte sanitaire tendu pourra se détendre. « Il ne faut pas attendre que la situation soit revenue à la normale, » souligne la commissaire. « Il ne faut pas que ce soit un frein à la visite ».

Tech & Bio, à Bourg-lès-Valence (Drôme), du 21 au 23 septembre

Le salon Tech & Bio a lieu tous les deux ans, au lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence dans la Drôme. En 2019, 20 500 visiteurs ont été accueillis sur le site de 50 ha en 2 jours. Cette année, il se déroulera sur 3 jours, du 21 au 23 septembre, avec une jauge à l’instant t de 5000 personnes. Entrées et sorties seront comptabilisées pour ne pas dépasser le nombre autorisé de personnes présentes en même temps dans l’enceinte du salon.

Les pass sanitaires seront contrôlés à l’entrée. Pour ceux qui devront se faire tester, les organisateurs du salon mettent à dispositions les coordonnées de pharmacies avec lesquelles un partenariat a été passé. Six officines situées à moins de 10 minutes en voiture seront en mesure d’accueillir les visiteurs.

Pour éviter l’attente à la billetterie, les organisateurs du salon conseillent de s’inscrire en ligne, solution qui permet d’obtenir des tarifs réduits de l’ordre de 50 %.

La mairie de Bourg-les-Valence impose le port du masque dans les lieux de conférences couverts et l’encourage fortement pour les lieux en extérieur. Pour la restauration (5 food-trucks, 4 snacks et un bistrot-restaurant), les distances barrières seront de mise. Les organisateurs recommandent aussi aux exposants de privilégier les contenants individuels pour la nourriture proposée sur les stands.

Pour compléter les mesures barrières, un sens de circulation sera imposé au niveau de 2 passerelles.

Laurence Monnet, en charge de la logistique sur le salon, espère que la majorité des visiteurs seront munis du pass sanitaire. C’est la solution à privilégier pour faciliter l’entrée. « Le but est que ça se passe bien » assure-t-elle.

Le Sommet de l’Elevage, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), du 5 au 8 octobre 2021

Bonne nouvelle : sauf inversion de la tendance sanitaire actuelle en Auvergne, le masque ne sera pas obligatoire au Sommet de l’Elevage, à Clermont Ferrand du 5 au 8 octobre. C’est la décision prise par le préfet, en concertation avec l’ARS, l’Agence régionale de santé. La dynamique de circulation en Auvergne est en effet plus faible que dans beaucoup de régions et la tendance est à la baisse. Ceux qui le souhaitent pourront porter le masque mais la décision va éviter « la guerre avec tout le monde » souligne Jean-François Blanc. Il n’y aura pas de jauge non plus. « La seule et unique contrainte sera le pass sanitaire, » précise le responsable commercial du salon. En 2019, le Sommet de l'élevage a accueilli 95 000 visiteurs. Cette année, le potentiel est le même et l’objectif est de tendre vers ce chiffre. Mais « c’est une année tellement inédite » qu’il est difficile de faire des prévisions, concède Jean-François Blanc.

Pour ceux qui ne seront pas munis d’un pass sanitaire ou d’un test de dépistage valide, des tentes seront aménagées à l’entrée du salon pour le dépistage. Mais à en juger par les statistiques de 2 matchs qui se sont déroulés récemment à Clermont-Ferrand, le recours à cette solution devrait concerner moins de 1 % des visiteurs. « Il y a assez peu de personnes qui se présenteront en ayant besoin de faire le test sur place, » prévoit Jean-François Blanc.

Les organisateurs du salon encouragent les visiteurs à se préinscrire en ligne mais la raison sanitaire n’est pas déterminante sur ce point. Il s’agit surtout pour ceux qui le feront de pouvoir bénéficier des outils digitaux qui seront proposés sur le salon.

Ce qui change cette année est donc le contrôle sanitaire à l’entrée. A l’intérieur du salon, en revanche, ce sera « le monde d’avant, » assure Jean-François Blanc. Aucune consigne, aucune contrainte ne seront imposées. A chaque exposant de mettre en place les mesures qu’il souhaite, ce qui peut être éventuellement « une manière de communiquer, » suggère-t-il.

« Le pass sanitaire n’est pas une contrainte supplémentaire mais le moyen, enfin, de se retrouver, » se réjouit Jean-François Blanc. « Il faut le vivre positivement et faire ce qu’il faut pour l’obtenir ». Et surtout venir !

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Eric Piolle, actuel maire de Grenoble, et candidat aux primaires écologistes souhaite que la filière de l’élevage se transforme pour aller davantage vers des fermes de petites tailles.
Eric Piolle : « Je propose de créer 25 000 fermes communales et agroécologiques »
Eric Piolle, actuel maire de la ville de Grenoble, se présente aux primaires écologistes (premier tour du 16 au 19 septembre…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Le prix de la coque d'un bâtiment d'élevage aurait augmenté de 31% depuis 2018.
La flambée des prix des matériaux de construction leste les coûts de l’élevage
Bois, acier, isolants, tôles… Les matériaux de construction voient leurs prix s’envoler depuis l’automne dernier et cela pèse sur…
Macron et jeunes agriculteurs
Jeunes agriculteurs : Emmanuel Macron met Océane, 19 ans, à l’honneur
Le président de la République, en déplacement à la foire agricole des Terres de Jim, en a profité pour saluer le dynamisme des…
Publicité