Aller au contenu principal

« Adoptez un chêne truffier », la proposition d'un producteur de truffe d’Aquitaine

L’entreprise Aléna propose de suivre l’aventure de la truffe en adoptant un chêne truffier. Pour 750 €, il est possible de jeter son dévolu sur un chêne truffier d’une jeune truffière du Périgord et de recevoir des truffes.

Les truffes noires proposées dans le cadre de l’opération de parrainage sont élevées dans des truffières qui recréent le biotope naturel.
© Nadine Massat (archives)

Après les oliviers, les pieds de vigne, voici qu’il devient possible d’adopter un chêne truffier. L’entreprise Aléna propose au public un programme de parrainage. En investissant la somme de 750 €, le parrain ou la marraine peut sélectionner un chêne truffier du Périgord dans une jeune truffière de 9000 arbres, sur un domaine de 30 ha plantés à Gout-Rossignol en Dordogne.

L’objectif des initiateurs de ce projet est de « faire bouger les lignes de ce secteur pour le moins obscur ». Guillaume Gé, fondateur de l’entreprise basée en Gironde, n’hésite pas à dénoncer dans Konbini food « des prix très élevés et une qualité du produit laissant souvent à désirer, quand il ne s’agit pas de brisures de basse qualité présentées comme véritable incorporation de truffes ».

Des truffes pendant cinq ans

Rien à voir avec les produits que recevront pendant cinq ans ceux qui se seront lancés dans l’aventure de l’adoption d’un chêne truffier. Ces truffes noires sont élevées dans des truffières « qui recréent le biotope naturel parfait du XIXe siecle » précisent les organisateurs de l’opération de parrainage. « Les truffes sont ensuite récoltées à pleine maturité, lavées, brossées et canifées à la main, puis triées trois fois avant d’être expédiées à leur propriétaire ». (Canifer consiste à inciser la truffe avec un petit couteau à lame effilée et pointue pour s'assurer de sa qualité.)

La truffe d'Aquitaine n’est pas réservée aux plus grands chefs de la gastronomie. Le contrat d’adoption est accessible à tous, en ligne.

 

 

Les plus lus

Nicolas Meyrieux, youtubeur et comédien.
Ce célèbre youtubeur a radicalement changé sa vision de l’agriculture
« Je ne pense pas qu’on puisse vivre de la permaculture », c’est le constat de Nicolas Meyrieux, comédien, auteur de vidéos et de…
Vaches en France
La fin des aides Pac pour l’élevage demandée par une initiative citoyenne européenne
Bruxelles vient d’enregistrer une initiative citoyenne européenne qui demande l’arrêt des subventions pour l’élevage et réclame…
Les agriculteurs ukrainiens tentent de semer dans des champs minés
Héros de la deuxième ligne, les agriculteurs ukrainiens participent à l’effort de guerre en continuant coûte que coûte à…
Remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
[Vidéo] AgroParisTech : de jeunes diplômés appellent leurs camarades agronomes à déserter
La cérémonie des remises de diplômes d’ingénieurs agronomes 2022 de la grande école parisienne AgroParisTech a été marquée par le…
exploitation agricole du sud de la France
Perte de 6 millions d’exploitations agricoles d’ici à 2040 : quel pays résistera le mieux en Europe ?
Le nombre de fermes dans l’Union européenne devrait passer de 10 à 3,9 millions entre 2016 et 2040 selon une étude européenne. Un…
Discours de 8 jeunes diplômés lors de la remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
Découvrez la réaction d'AgroParisTech au discours choc de 8 étudiants
L’école d’ingénieur en agronomie répond dans un communiqué au buzz créé par la vidéo du discours radical de huit de ses jeunes…
Publicité