Aller au contenu principal

Actes de cruauté sur chevaux : les propriétaires doivent faire preuve de vigilance

Plus d’une dizaine de chevaux ont été tués en France ces derniers mois. A chaque fois, c’est le même scénario : les animaux sont retrouvés morts et mutilés. Pour mettre fin à ces actes de cruauté, vigilance et prudence sont recommandés aux éleveurs de chevaux.

© Alexander Bruzek / flickr

Les mystérieux actes de violence envers des chevaux ont commencé il y a plusieurs mois. Ils ont eu lieu un peu partout en France : en Vendée, dans la Somme, le Rhône, le Puy-de-Dôme, en Seine-Maritime, en Saône-et-Loire. Ces derniers jours, la liste est venue s'allonger avec de nouveaux cas dans la Loire, le Jura, l'Essonne et les Côtes-d'Armor. A chaque fois, le constat est le même : les chevaux sont retrouvés morts et mutilés. « Au total, plus d’une dizaine d’animaux auraient ainsi été tués dans l’Hexagone », précise Terres et Territoires.

Près d'une quinzaine de cas dans l'Hexagone

Ce 19 août, ce sont près d'une quinzaine d'animaux que l'on dénombre dans ce macabre comptage. Des enquêtes sont en cours dans différents départements et, ce mercredi 19 août, la Fédération française d’équitation (FFE) a annoncé qu’elle se portait partie civile aux côtés des propriétaires de chevaux. « On ne peut être qu’horrifié devant ces actes de cruauté qui se multiplient », réagit Serge Lecomte, président de la FFE. « J’en appelle à la vigilance de tous pour mettre fin au plus vite à ces atrocités », dit-il encore dans le communiqué.

Terres et Territoires relaie pour sa part le message de la Fédération nationale du cheval (FNC) qui appelle aussi les propriétaires de chevaux à la vigilance et à la prudence. « Il vous est recommandé de ne pas intervenir directement », indique la fédération, « mais de procéder au relevé de tous éléments susceptibles d’aider les forces de l’ordre ».

Prévenir et déposer plainte en cas d’atteinte aux personnes, aux animaux, aux bâtiments ou au matériel, telles sont les préconisations de la FNC. Il faut aussi « faire remonter les actes auprès de la FDSEA de votre département. L’adresse mail à disposition est : stopagribashing@reseaufnsea.fr

« Conformément à la convention signée avec le ministère de l’Intérieur et la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), toutes les informations seront immédiatement transmises aux services compétents afin d’optimiser et coordonner les enquêtes de police et de gendarmerie », précise la FNC.

Les motivations des auteurs demeurent inconnues et pour l'heure, le mystère reste entier.

 

Lire l’intégralité de l’article « Equidés retrouvés morts et mutilés : appel à la vigilance » dans Terres et Territoires.

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Publicité