Aller au contenu principal

Production d'énergie
6 conseils pour un projet en agrivoltaïsme réussi

Si l’agrivoltaïsme possède un cadre législatif propre, les projets de centrale solaire en sont encore à leur balbutiement. Les repères manquent, tant aux agriculteurs qu’aux acteurs du monde agricole, pour les guider et faire les bons choix. L’association France agrivoltaïsme, composée d’agriculteurs, d’énergéticiens et de techniciens du secteur, a publié une série de conseils pour bien se lancer.

© France agrivoltaïsme

Face à la « multiplication des projets agrivoltaïques », l’association France agrivoltaïsme veut accompagner les acteurs de la filière, agriculteurs et énergéticiens, pour « ne pas pénaliser le développement de cette jeune filière » qui pourrait pâtir de la multiplication de « projets alibis ou opportunistes ».

Si une loi encadre l’agrivoltaïsme de manière claire, la jeune association entend favoriser un lancement de filière sain. Le guide établissant six bonnes pratiques qu’elle met à disposition sur son site invite à suivre une méthode de travail basée sur l’expertise et le suivi sur la durée des projets, avec des indicateurs mesurables. Elle suggère aussi de prendre en compte un certain nombre de points pour rendre les pratiques agricoles et énergétiques plus durables.

 

  1. Respecter les exigences règlementaires 

Le guide recommande de prendre en compte les expertises sur l’environnement : eau, sols, écologie, énergie, pollutions, nuisances et agronomie. Il préconise aussi de réaliser des suivis sur les thématiques transversales de la RSE : sol, eau, énergie et organismes vivants : leur fréquence et les indicateurs doivent être adaptés au contexte et être corrélés au suivi de la production agricole. Le suivi permet ainsi d’adapter si besoin les parcs selon les évolutions du projet agricole.

 

  1. Préserver la qualité des sols agricoles

Le guide invite à s’assurer de la protection des sols et de suivre leur état physique, chimique et biologique. Il rappelle que le projet agrivoltaïque doit maintenir, voire améliorer la qualité du sol et ce, pendant et après l’exploitation. Une attention doit être portée au moment de la conception du projet au tassement en l’évitant au maximum.

 

  1. Préserver la biodiversité et les paysages

Le conseil est à la fois d’ordre esthétique et biologique. Esthétique : le projet doit s’intégrer au paysage ; biologique : le parc doit s’adapter à l’écosystème, il s’agit de ne pas couper de bosquets ou de conserver les haies. Par ailleurs, l’association recommande de mettre en place une conduite favorisant la biodiversité, que ce soit de la fauche tardive, des effaroucheurs, de la conduite à basse vitesse.

 

  1. Préserver les ressources en eau

La mise en place d’un parc de panneaux photovoltaïques peut être le moment de repenser le raccordement à l’eau potable, pour l’abreuvement des animaux par exemple ou les systèmes d’irrigation. Le conseil est de viser la réduction de l’usage d’eau en investissant dans des équipements plus efficients : outils d’aide à la décision ou permettant la baisse d’évapotranspiration, par exemple.

 

  1. Participer à la neutralité carbone

Les systèmes agricoles sont engagés, comme le reste de la population, aux ambitions de neutralité carbone à 2050, décidée au niveau européen et national. A ce titre, les projets agrivoltaïques peuvent occasionner la mise en œuvre d’un bilan carbone, sur le site du parc ou de l’exploitation. Celui-ci permettant ensuite de déboucher sur des actions « mesurables et concrètes ». Dans ce sens, l’autoconsommation d’une partie de l’électricité produite peut être favorable, tout autant qu’une consommation à l’échelle locale. Enfin, le projet lui-même doit évaluer son empreinte : cycle de vie des panneaux notamment.

 

  1. Pérenniser l’exploitation agricole et créer de l’emploi

Pour conserver l’état d’esprit de la loi qui encadre les projets agrivoltaïques, l’association recommande d’impliquer les exploitants ou futurs exploitants dans la conception du projet, aussi bien qu’un acteur tiers et indépendant : chambre d’agriculture, coopérative, bureau d’études. Le souci étant de préserver les objectifs agricoles avant la production d’énergie. Un accompagnement recommandé aussi sur la durée de vie de la centrale photovoltaïque pour « orienter l’agriculteur en cas de difficultés techniques ».

 

Plus loin

Les plus lus

« Il va falloir démondialiser l’agriculture » selon Jean-Marc Jancovici

Face aux défis qui attendent l’agriculture, une forme de protectionnisme sera nécessaire selon l’ingénieur consultant en…

Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, dans un de ses champs à Trocy-en-Multien, en Seine-et-Marne.
Arnaud Rousseau répond aux critiques avant le Salon de l’agriculture

A quelques jours de l’ouverture du Salon de l’agriculture et après le fort mouvement de contestation agricole, le président de…

Bérénice Walton devant ses vaches Bazadaises
Agriculture et climat : quatre familles d’agriculteurs à l’honneur sur M6

La chaîne M6 diffuse ce dimanche 11 février en prime time un documentaire de Zone interdite coproduit par Edouard Bergeon et…

Jean-Marc Jancovici, ce lundi 5 février sur RTL.
« Produire plus propre et moins cher : une équation impossible pour les agriculteurs » selon Jean-Marc Jancovici

Le spécialiste de l’énergie Jean-Marc Jancovici a réagi ce matin sur RTL à la colère des agriculteurs et aux mesures prises…

David Forge, agriculteur, sur son exploitation agricole en Touraine.
Ce qui bloque l’agriculture française, selon le céréalier David Forge

L’agriculteur tourangeau David Forge explique sur sa chaîne youtube pourquoi il est de plus en plus dur de dégager un revenu…

Paysage agricole au printemps avec des haies
Gérer les haies : pourquoi est-ce un tel casse-tête pour les agriculteurs ?

Pour montrer à quel point leur travail est compliqué par la réglementation française et européenne, les agriculteurs qui se…

Publicité