Aller au contenu principal

48 h pour mettre les villes au vert

Sur les toits, sur les trottoirs, sur les murs, les traces de sa présence sont de plus en plus visibles. L'agriculture urbaine existe bel et bien... et se fête. Râteaux, bêches et brouettes ont rendez-vous en avril pour la troisième édition des 48 h.

 

Des fraises dans les containers d’Agricool, des projets de culture de houblon sur les toits de l'opéra Bastille avec Topager, des champignons et autres légumes dans le Bunker comestible de Cycloponics, des plantes aromatiques en boîte sur les étagères de la FarmBox. Les expériences se multiplient. On les appelle les fermes urbaines, les  fermes verticales, ou les smart farms en Californie. Toutes ces start-up pleines d’idées et d’énergie poussent et imposent un nouveau concept : celui de l’agriculture urbaine.

L'idée s'enracine petit à petit dans les villes et commence à changer le paysage urbain du 21è siècle. Les citadins se reconnectent à l'agriculture et commencent à porter un autre regard sur leur alimentation.

Le sujet est devenu très médiatique et intéresse désormais les JT aux heures de grande écoute. Les villes cherchent des bonnes volontés, comme par exemple à Liège en Belgique.

Pour fédérer ce grand mouvement végétal, il fallait un événement. Et c'est ainsi, qu'en 2016, sont nées Les 48 h de l'agriculture urbaine. Les organisateurs de la manifestation ont la volonté de créer partout en France un "moment fort, à l'image de la Fête de la musique".

La troisième édition aura lieu les 21 et 22 avril 2018. 15 grandes métropoles ont déjà répondu à l'appel et la liste devrait s'allonger. Comestible ou sauvage, à chacun son style, mais plus de 100 000 végétaliseurs des villes sont attendus.

 

Voir aussi : 

Des champs sur nos toits ou comment Paris se convertit à l'agriculture

Vert et durable à tous les étages - Paris fait pousser du lien entre urbains et ruraux

Des graines d'agriculture urbaine germent à Bordeaux

Merci Raymond - Un collectif qui végétalise les villes de France

Un jour, un livre - Pourquoi ça pousse sur le bitume ?

Les petits jardins urbains font pousser le bien manger

Paris délivre des permis de végétaliser

Le vert colore durablement les grandes villes

 

 

 

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité