Aller au contenu principal

Solaire thermique, réseau d'eau chaude, diagnostic
[VIDEO] 4 idées pour faire des économies d'énergie dans les élevages

Le poste énergie devient crucial dans le contexte d'explosion des prix. Au Space, la rédaction a relevé quatre idées pour faire des économies d'énergie dans les élevages. S'il vaut mieux commencer par faire un diganostic pour avoir une vision précise de la situation, les installations comme les trackers solaires, centrales thermiques solaires ou réseaux d'eau chaude permettent de réduire la facture d'environ 50%, à condition, bien entendu, d'investir un peu au départ.

 

 

Idée n°1 : faire un diagnostic de ses bâtiments d'élevage

Un diagnostic énergie peut être réalisé pour tous les types d'élevage. "C'est une petite prestation, détaille Laurent Somer, conseiller énergie, climat et agroforesterie à la Chambre d'agriculture de Bretagne, qui consiste à regarder les factures, les niveaux de consommation, kilowattheures électriques, tonnes de propane, litres de fioul, etc., et les comparer aux références pour voir si l'élevage est performant ou s'il pourrait faire des économies sur certains postes". Le diagnostic permet aussi de distinguer chauffage et électricité pour cibler les points à améliorer. Ainsi, en élevage laitier, c'est le tank à lait qui est le plus gros consommateur d'électricité. Pour faire baisser la facture, il est possible d'installer un pré-refroidisseur (de l'ordre de 6 000 euros). En élevage porcin, c'est le chauffage qui représente 50% de la consommation électrique. Le conseiller préconise plusieurs solutions : pompe à chaleur,  lisiothermie, récupération de calories dans la gaine de ventilation, chauffage bois. Ce dernier est par ailleurs la solution numéro 1 pour les élevages de volailles, "où les solutions sont moins nombreuses", admet le conseiller. Pour l'ensemble de ces solution, le retour sur investissement est de l'ordre de 7 à 8 ans et la réduction de la consommation électrique, de 50 %.

Laurent Somer, conseiller énergie, climat et agroforesterie à la Chambre d'agriculture de Bretagne.
 

 

Idée n°2 : installer un réseau d'eau chaude est une première étape pour modifier sa source d'énergie

C'est Gilles Houzé, responsable commercial chez Asserva énergies qui le dit : "90% des élevages porcins sont équipés en électricité, IRC, radiant ou lampe électrique. La première solution pour pouvoir s'ouvrir, demain, à un choix de sources d'énergie différentes, c'est d'installer un réseau d'eau chaude". Le réseau peut ainsi alimenter du caillebotis chauffant pour des post-sevrage, de la plaque eau chaude, de l'aérotherme eau chaude, du tuyau acier dans les salles ou de l'ailette. "On va pouvoir ensuite déterminer quelle source d'énergie on va vouloir pour chauffer cette eau : géothermie, aérothermie, bois, biomasse, méthanisation, revalorisation des gaz issus des fosses couvertes, etc." Un éleveur peut ainsi pour des soucis de budget, installer un réseau d'eau et une chaudière gaz propane, en vue, par la suite de compléter son installation, "dans cinq ans, s'il veut mettre une pompe à chaleur par exemple, le réseau est existant et la chaudière sera là en cas de pépin".

Gilles Houzé, conseiller énergie chez Asserva, détaille tout ce que le réseau d'eau chaude peut alimenter dans un élevage, porcin notamment.
Gilles Houzé, conseiller énergie chez Asserva, détaille tout ce que le réseau d'eau chaude peut alimenter dans un élevage, porcin notamment.
© DB
 

 

Idée n°3 : monter un tracker solaire qui suit le soleil comme un tournesol

Le tracker solaire est un panneau photovoltaïque qui pivote pour accompagner les mouvements du soleil à l’instar du tournesol. La coopérative bretonne Les Poulets de Janzé a récemment engagé l’achat d’une soixantaine de trackers solaires pour 60 adhérents (sur les 170 de la coopérative) auprès du fournisseur local Okwind et qui seront installés d’ici novembre 2022.

La coopérative Les poulets de Janzé a adopté une soixantaine de trackers solaires pour alimenter une partie de ses élevages.
La coopérative Les poulets de Janzé a adopté une soixantaine de trackers solaires pour alimenter une partie de ses élevages.
© DB

 

Les trackers fourniront une partie de l’énergie des bâtiments de volailles en autoconsommation. « Sur la production annuelle d’un tracker, révèle Benoît Pineau, responsable de marché avicole Okwind, le niveau d’autoconsommation est de l’ordre de 75 à 90%, selon les types d’élevage ». Les Poulets de Janzé, en Label rouge, ont un niveau d’autoconsommation de l’ordre de 40% puisque les animaux sont davantage en extérieur. Le reste de l’électricité produite est revendue à un fournisseur d’énergie ou « troquée », via le système de batterie virtuelle qui permet à l’éleveur de consommer l’équivalent de l’énergie qu’il a produite à un autre moment. « Nous allons produire l’intégralité de la consommation des Poulets de Janzé sur l’année prochaine », se félicite Mickaël Auroy, responsable technique de la coopérative.

Benoit Pineau, responsable de marché avicole Okwind.
Benoit Pineau, responsable de marché avicole Okwind.
© DB
 

 

Idée n°4 : Une centrale solaire thermique pour le stockage d’eau chaude

La centrale thermique solaire de la société mayennaise Fengtech
La centrale thermique solaire de la société mayennaise Fengtech
© DB

 

Sur la base de la technologie thermosiphon, des tubes sous vide captent les rayonnements du soleil, l’eau est ensuite stockée dans des ballons. La solution permet de chauffer de l’eau pour l’exploitation, dans le cas d’élevage de veau, par exemple, mais aussi pour chauffer des bâtiments agricoles. « Avec cette technologie, on vise en général, pour une ferme, 50% de réduction sur la facture d’énergie », indique Liqun Feng, fondateur de la société mayennaise Fengtech basée à Laval. Le système est particulièrement adapté au climat du nord-ouest de la France et de l’Europe en général où le ciel est changeant est nuageux et où les lumières indirectes sont plus nombreuses. « Le système récupère les chaleurs des lumières directes, indirectes et la réflexion de la lumière du sol. « C’est comme ça qu’on va renforcer le captage de lumière et de chaleur ». L’innovation a reçu une étoile aux InnovSpace 2022.

Liqun Feng, fondateur de Fengtech.
Liqun Feng, fondateur de Fengtech.
© DB

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité