Aller au contenu principal

[Plan de relance agriculture] 10 millions d’euros pour aider les jeunes agriculteurs à faire leur bilan carbone

218 structures sont agréées pour le dispositif Bon Diagnostic Carbone. Les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans sont invités à les contacter directement pour un diagnostic subventionné à 90%.

Diagnostic
© Réussir SA

Doté de 10 millions d’euros, le dispositif Bon Diagnostic Carbone instauré dans le cadre du plan France Relance est accessible depuis ce week-end à tous les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans. Après une première phase d’appel à projets, opérée par l’Ademe, ayant permis d’agréer des structures reconnues pour leur expertise sur le sujet, le dispositif est accessible depuis le 30 avril. Les jeunes agriculteurs sont invités à contacter directement l’une de ces 218 structures situées sur l’ensemble du territoire.

Le diagnostic Carbone permettra aux jeunes agriculteurs d’identifier les leviers d’actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et développer le stockage de carbone. L’agriculteur disposera d’un rapport individualisé avec un plan d’actions et un suivi personnalisé.

Lire aussi : Le plan de relance encourage les jeunes à s’investir dans le bas carbone

« Le dispositif est subventionné à hauteur de 90%. Conçu de manière très simple, aucune avance de trésorerie n’est demandée. L’exploitant ne devra participer qu’à hauteur de 10%, soit une participation de l’ordre de 250 euros », indique le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

Lire aussi : Plan protéines : nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros pour aider les agriculteurs à s’équiper

« Face à l’accélération des effets du changement climatique, la mobilisation de jeunes générations est déterminante. Le Bon Diagnostic Carbone permet à chaque jeune agriculteur installé d’activer les différents leviers dont il dispose pour améliorer son impact et identifier les actions les plus efficaces pour y parvenir. Cette mesure vient renforcer le rôle des agriculteurs en tant que porteurs de solutions pour capter plus de carbone dans les sols », argumente Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture.

Lire aussi : Bientôt 25 % des éleveurs dans la ferme laitière bas carbone

Pour inciter les jeunes agriculteurs à se faire diagnostiquer, le ministère met en avant le fait qu’ « au-delà de l’avantage certain pour l’environnement, cette mesure apport également un avantage économique pour les agriculteurs ». Le plan d’actions et les recommandations établis lors du diagnostic s’appuieront sur les méthodologies du Label Bas Carbone.

Lire aussi : [Changement climatique] Le label Bas carbone validé pour les haies

« Cela permettra de diriger des financements vers des agriculteurs porteurs de projets vertueux pour le climat. Concrètement, une fois labellisé, un exploitant pourra obtenir des crédits carbone valorisables auprès d’entreprises agissant pour la compensation de leur empreinte environnementale », explique le ministère de l’agriculture.

Voir les 218 structures agréées : ici

 

Les plus lus

Anne Mottet
Anne Mottet, femme de Thomas Pesquet, défend le plancher des vaches
Chargée de la politique d’élevage à la FAO, l’ingénieure agronome et docteur en agro-écosystème Anne Mottet démontre brillamment…
Protéines
Plan protéines : nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros pour aider les agriculteurs à s’équiper
Après le succès du premier, un deuxième appel à projets pour l’aide aux investissements en matériels et agroéquipements dans le…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Retraités agricoles
Retraites : 100 euros de plus par mois pour 227 000 anciens agriculteurs dès décembre
Jean Castex va annoncer ce vendredi 23 avril au matin à Luzillat dans le Puy-de-Dôme la mise en œuvre de la revalorisation des…
Gel
Une deuxième vague de froid, plus humide, attendue après le pire gel qu’ait connu l’agriculture française depuis 1950
Les agriculteurs français viennent de vivre un épisode de gel catastrophique et doivent se préparer au retour d'un froid, moins…
L'enjeu de l'éco-régime pour les agriculteurs français dans la réforme de la Pac
Les éco-régimes ont vocation à augmenter de manière significative le niveau des ambitions environnementales de la Pac. Ces aides…
Publicité