Aller au contenu principal

Une interface gratuite pour faciliter le suivi des commandes de volailles

Fin octobre, une start-up nantaise a lancé une interface gratuite qui simplifie la gestion des ventes directes des éleveurs aux clients professionnels.

Lancée en octobre 2021, l'interface Lisy est en partie gratuite.
Lancée en octobre 2021, l'interface Lisy est en partie gratuite.
© Lisy.co

Créée en mars 2021, la start-up Lisy.co a lancé fin octobre son interface digitale pour les producteurs pratiquant la vente directe, notamment aux non particuliers (restaurants, magasins, collectivités). « Nous avons voulu simplifier les tâches administratives des producteurs, très souvent contraignantes, surtout quand ils se lancent dans la vente directe, explique le cofondateur Sébastien Hubert. Ils sont souvent noyés par la gestion des commandes qui leur sont passées à tout moment par téléphone, SMS, WhatsApp, etc. »

Lisy.co n’est ni une « place de marché numérisée » (NDLR : comme La Ruche qui dit oui) qui a pour but de donner de la visibilité à un producteur, ni un système digitalisé de gestion de stocks et de comptabilité, qui peut être sophistiqué et onéreux dans la durée. Il s’agit aussi de fluidifier le relationnel entre le fournisseur et ses acheteurs professionnels, revendeurs au détail ou utilisateurs.

Un tableau de suivi convivial

Tout part d’un catalogue de produits à créer (ou à télécharger s’il existe) avec des informations (photo, prix, disponibilité, origine…) modifiables à tout moment, pour des promos par exemple. Ce catalogue est aussi personnalisable, comme le prix adaptable à un type de clientèle.

Préalablement référencé sur l’interface sécurisée, le client coche sa liste de courses sur le catalogue, indique la date de livraison souhaitée et valide sa commande. Puis, l’interface informe les deux parties en temps réel.

Le producteur-fournisseur organise la réponse aux commandes et suit en continu leur état d’avancement sur l’écran de suivi, tout comme le client. Les quatre étapes du processus d’achat sont clairement matérialisées : la validation de la commande (envoi automatisé du bon de commande) qui enclenche la préparation du colis à livrer (édition du bon de livraison), la livraison en cours ou réalisée (édition d’une facture) qui déclenche l’attente du paiement et enfin la clôture de la commande et son transfert dans l’historique, une fois que la marchandise a été payée. Cet écran est partagé avec le client qui reçoit les notifications, uniquement pour la commande qui le concerne, ce qui lui permet aussi de suivre l’avancée du processus.

Lancée en octobre avec une trentaine d’utilisateurs connectés en Loire-Atlantique, l’interface est en phase de rodage. « Ce n’est que le début et nous espérons que Lisy va vite se développer par effet boule de neige, avec chaque utilisateur satisfait (client ou producteur) qui en parlera autour de lui. »

Des options payantes pour durer

Pour s’assurer une pérennité économique, Sébastien Hubert et son associé Olivier Bachard vont lancer des options payantes, via un abonnement mensuel. Il s’agit notamment de la gestion administrative du côté des fournisseurs mais aussi des acheteurs, comme l’automatisation des commandes, de la facturation, des paiements ou encore la prédiction des commandes.

Par ailleurs, Lisy.co voudrait devenir un « agrégateur » fonctionnant comme un hub d’interconnexion entre d’autres plateformes ou services digitaux. Pour le moment, les acteurs des circuits courts sont séparés et leurs systèmes fermés ne communiquent pas entre eux. « Il y a beaucoup à faire pour mutualiser la logistique des livraisons, explique Sébastien Hubert. Il va nous falloir établir une feuille de route commune et discuter avec ces acteurs. » Dans le cadre du concours Agreen startup, Lisy a été primé au salon Tech’Elevage qui s’est tenu au mois de novembre 2021.

 

« Lisy me fait gagner du temps »

Catherine Ménard, éleveuse de lapins à Gesté (Maine-et-Loire)

 

 
Eleveuse de lapins conventionnels  à Gesté (49), Catherine Ménard fait de la vente directe depuis 2019.
Eleveuse de lapins conventionnels à Gesté (49), Catherine Ménard fait de la vente directe depuis 2019. © Lapins des Landes

 

« En mars 2015, je me suis installée en élevage de lapins (600 cages mères) après avoir été dix ans animalière chez un sélectionneur de lapins. Je pratique la conduite en bande, avec environ 5000 lapins à abattre toutes les six semaines. Depuis 2019, j’ai développé la vente directe vers des particuliers (plusieurs centaines), mais aussi vers des professionnels de collectivités (une vingtaine) auxquels je vends une gamme ciblée (lapin frais, entier ou désossé en émincé). La Loi Egalim m’a beaucoup aidée. J’écoule ainsi environ 20 % de ma production en direct, en toute transparence avec ma coopérative Terrena.

La plateforme Lisy, que j’utilise depuis peu, correspond à mes besoins d’organisation administrative. Elle est simple et efficace. Tout ce qui correspond à l’activité « pro », avec des prix HT passe par là. Le regroupement m’a fait gagner du temps.. Avant, la gestion des pros et des particuliers était commune. Lisy est très complémentaire de mon site Lapins des Landes dont l’accès est ouvert aux particuliers pour la vente en TTC. L’interface permet ainsi de cadrer la relation fournisseur-client. C’est aussi apprécié de mes clients. »

En savoir plus sur Lisy.co

Ingénieur arts et métiers, Sébastien Hubert a travaillé 7 ans en Loire-Atlantique pour le compte d’une enseigne de hard discount. Il avait envie de mettre en avant les produits et les producteurs locaux avec son associé informaticien Olivier Bachard, proche du milieu agricole. Forte de six personnes, la start-up Lisy.co est hébergée à Nantes par Village by CA. Elle a été soutenue par la structure d’aide à l’innovation Atlanpole et collabore avec la Région Pays de la Loire dans le cadre d’un appel d’offres à projets sur les circuits courts. Avec 420 000 euros de financement participatif, Lisy.co assure avoir les reins assez solides pour assurer son développement.

Les plus lus

David Labbé en action fin janvier sur un barrage filtrant de la RN 12 dans les Côtes d'Armor
Contestations agricoles : « Nous sommes prêts à repartir au combat » explique cet éleveur de volailles

Producteur de poulets lourds en Côtes-d’Armor, David Labbé a largement participé aux mouvements agricoles. L’éleveur syndiqué…

Bien-être animal : L’association antispéciste L214 doit cesser de dénigrer la marque Le Gaulois

Assignée en référé par le groupe LDC, l’association antispéciste L214 a été condamnée le 22 février à faire cesser…

Grippe aviaire : quels sont les départements qui vaccinent le plus de canards ?

Le dernier bilan de la campagne de vaccination contre l’influenza aviaire (IA) détaille la répartition géographique de l’…

Sébastien Mahé, éleveur de poules pondeuses plein air : « Les arbres sur les parcours contribuent à diminuer le stress des animaux, et donc indirectement celui de ...
« Je plante des arbres pour inciter mes poules à explorer le parcours »

Éleveur de poules pondeuses plein air, Sébastien Mahé a démarré un programme de plantation du parcours de 8,5 hectares en…

Il faut garder une structure en rythme de croisière avec des outils opérationnels, conformes en termes de biosécurité, de bien-être et d’environnement, et performants ...
Transmission - Comment améliorer l'attractivité de son exploitation avicole

En analysant les forces et faiblesses de son exploitation, il est possible d’améliorer son attractivité pour faciliter sa…

Eleveur dans poulailler bâtiment poulet
Les installations d'éleveurs en volailles de 2022 en 5 infographies

Comment évolue le nombre des installations ? Quel est leur profil ? Cette photographie des éleveurs installés…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)