Aller au contenu principal

"Un valet de ferme remplace la brouette", explique ce producteur d'oeufs 

Après plusieurs années de travail manuel, Yves-Marie Beaudet est passé au valet de ferme porte-outils qui améliore nettement le confort de travail.

Avec ses 42 000 poules plein air logées en volière et ses 15 000 poules bio, Yves-Marie Beaudet et ses salariés ont de quoi faire lorsqu’il faut couper la végétation au ras des clôtures ou décroûter les jardins d’hiver ainsi que les couloirs des bâtiments. Depuis cinq ans que l’alternative à la cage est en marche chez lui(1), toutes ces tâches étaient accomplies « à la brouette et à l’huile de coude dans le bâtiment et à pied avec un rotofil ou un motoculteur muni d’un fléau à l’extérieur », rappelle l’éleveur.

C’est la dégradation récente de l’état de la litière des poules – peut-être provoquée par l’envolée du prix des matières premières – qui l’a poussé vers un valet de ferme, une solution moins chronophage et surtout moins pénible. « Aujourd’hui, pour garder ses salariés, il faut offrir de bonnes conditions de travail. La mécanisation en fait partie. »

Compact et manœuvrable

Il y a quelques mois, après avoir cherché sur internet, il a opté pour un valet de ferme Avant, choisi pour ses caractéristiques techniques et tout autant pour la proximité du SAV d’Ouest Motoculture.

 

 
Grâce au faible encombrement, Yves-Marie Beaudet circule aisément dans les couloirs du bâtiment volière « même en présence des poules, qui s’écartent ». © P. Le Douarin
« J’ai pris le modèle 423 avec le bras télescopique qui monte jusqu’à 2,80 mètres, suffisant pour verser les fientes dans le godet du gros télescopique JCB. Car on manutentionne aussi une soixantaine de camions de fientes par an. »

 

L’achat lui est revenu à 23 000 euros, comprenant le godet pour matières premières légères et le débroussailleur frontal à fléaux de 1,20 mètre de large

Les avantages qu’il y voit sont la manœuvrabilité du système articulé et la compacité (moins de 1 m de large et 2 m de haut) permettant de circuler dans les couloirs étroits. « Aux premiers usages, la prise en main est différente par rapport au télescopique à châssis fixe. »

Avec cette marque ayant le poste de pilotage en partie avant (à l’arrière pour les autres marques), la marche en arrière exige de la vigilance. En effet, l’arrière se déplace latéralement alors que le conducteur reste dans l’axe.

Utilisations potentielles

 

 
Équipée en balayeuse frontale.la gamme Avant est vaste, tant pour ses modèles de chargeurs articulés télescopiques que pour ses accessoires. © Avant
Côté gain de temps, il n’y a pas photo. « Pour nettoyer les bordures intérieures et extérieures du parcours de dix-sept hectares, plus celles des séparations et les abords des cinq trackers solaires, il me faut à peu près six heures » témoigne Frédéric, un des salariés. Soit environ deux kilomètres à l’heure en étant confortablement assis avec un engin facile à conduire : une pédale pour avancer, une autre pour reculer et un engin qui stoppe dès qu’on cesse d’appuyer.

 

En revanche, vu son poids d’une tonne, le valet n’est pas utilisable sur le plancher de bois de l’étage supérieur du bâtiment, mais ce n’est pas problématique, « vu que ça croûte beaucoup moins, sans doute parce que la chaleur du dessous sèche le plancher ».

 

 
La gamme Avant peut être équipée en nettoyeur frontal haute pression. © Avant
« Le système de verrouillage des outils est assez pratique à enclencher », complète Yves-Marie, faisant la démonstration en une trentaine de secondes. Le passage du godet au débroussailleur se résume au déclipsage manuel de deux ergots bloquant le godet, plus le branchement hydraulique en Mach system. De plus, cette marque propose de nombreux outils dans son catalogue (balayeuse, nettoyeur de sol, lame, fourche…). Et il ne lui manque qu’une cabine fermée pour un confort maximal…

 

(1) il détient aussi 100 000 poules en cage.

Données techniques

Largeur standard de 1,05 m en roue de 23 x 8,5-12 (93 cm en roue 5,7-12 chez Yves Marie-Beaudet)

1,97 m de hauteur et 2,20 m de longueur

Motorisation diesel Kubota D902 (22 ch) à conduite hydrostatique

Siège sur l’avant

Débit hydraulique de 34 l/min

Levage jusqu’à 2,80 m et 550 kg de charge de basculement

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Grippe aviaire : une pression virale inédite
  En France, comme en Europe, le nombre de foyers d’influenza H5N1 hautement pathogène va grandissant, en lien avec des contacts…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Robots avicoles : Tibot cesse ses activités
  Plombée par la Covid-19, puis la grippe aviaire et la guerre en Ukraine, la start-up avicole Tibot technologies est en cours de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)