Aller au contenu principal

[VIDEO] Litière des poulaillers : un scarificateur Benza qui fait le job

Le brassage de la litière contribue à améliorer le taux de pododermatites des poulets, mais il ne remplace pas totalement le repaillage.

Jusqu’à présent il n’y avait pas en France d’offre satisfaisante en équipements de mélange de litière avicole. Peut-être faute de demande et parce que cette pratique ancienne était tombée en désuétude, à la suite d’interrogations sur son impact sanitaire (résurgence de coccidies ?) et sur la qualité de l’ambiance après brassage (relargage d’ammoniac). Les éleveurs qui voulaient entretenir la litière se contentaient de motoculteurs lents et peu maniables qui donnaient un résultat moyen. C’était le cas d’Olivier Rousseau, producteur de poulets et de dindes en Ille et Vilaine. « Avec le motoculteur j’obtenais une litière hétérogène avec des mottes grossières. De plus, il fallait mobiliser deux personnes, l’une au motoculteur et l’autre pour écarter les oiseaux. » Sur les conseils d’un technicien, Olivier Rousseau a testé et adopté en 2018 un scarificateur venu d’Espagne. « Maintenant, j’obtiens une litière bien émiettée et homogène. Surtout, j’ai vu l’impact sur le taux des pododermatites. » Pour l’instant, sa grille de paiement n’en tient pas compte, même si la notation est indiquée sur sa fiche de résultats. Il y a eu un avant et un après. « Sans rien changer d’autre, je suis passé de 10 à 20 % de taux de conformité entre 55 et 70 %. Je suis convaincu que les deux sont liés. »

Trois passages en poulet

Les sols des bâtiments d’Olivier Rousseau sont en terre battue recouverte de copeau en dinde et de « farine » de paille en poulet, obtenue par un broyage à façon avec des marteaux rotatifs. Avant la mise en place, il prend bien soin de préchauffer le sol nu, puis la litière pour qu’elle reste sèche et chaude. « En poulet, je passe le scarificateur vers 8-10 jours ; ensuite une fois par semaine jusqu’à 25 jours. Soit trois fois. Le premier passage me fait économiser l’enlèvement manuel du papier de démarrage, une tâche relativement fastidieuse. Le résidu est broyé et contribue à absorber l’humidité. À cet âge, je ne brasse pas la litière sous les radiants, restée bien sèche. » En dinde, le brassage commence vers l’âge de 21 jours pour se terminer vers 70 jours, avec une fréquence liée à l’état de la litière, « sans attendre qu’elle ne soit dégradée. » L’éleveur compte au maximum 1 h 45 d’intervention pour 1 500 m2, relevage et abaissement des lignes compris. Il préconise deux personnes en poulet, alors qu’une seule suffit avec les dindes plus mobiles. Olivier a virtuellement séparé chaque bâtiment en trois segments, eux-mêmes divisés en trois zones. Pour ne pas séjourner trop longtemps dans le même segment, il travaille une seule zone par segment, puis passe au suivant en respectant un ordre de passage. « Le brassage n’exonère pas de recharger en litière, pour absorber l’humidité des fientes qui s’accumulent avec l’âge, souligne Olivier Rousseau. Les oiseaux ont besoin de confort et j’aime les voir avec de la paille ou du copeau. » Il répand la litière manuellement avec le tuyau à propulsion pneumatique. En poulet, il recharge une à trois fois selon la saison et l’état des fientes. En dinde, c’est autant de fois que nécessaire, surtout dans les zones humides autour des mangeoires. En définitive, avec cet outil qui lui a permis d’améliorer son taux de pododermatites, Olivier Rousseau n’envisage pas de bétonner les sols de ses poulaillers.

 
Olivier Rousseau en démonstration avec le sacrificateur sans les roues pivotantes. En conditions de travail réelles, les lignes sont relevées et l’opérateur porte un masque antipoussière. © P. Le Douarin

 

 

Un engin trouvé en Espagne

Conçu pour brasser la litière de paille broyée, le scarificateur Benza est commercialisé par Bernard Motoculture en Bretagne, Normandie, Pays de la Loire. Fin août Michel Bougis, chargé des ventes, annonçait une vingtaine de machines vendues depuis deux ans. « C’est pour répondre à la demande d’un producteur de dinde des Côtes d’Armor que nous avons découvert cette machine en Espagne. Puis le bouche-à-oreille a fait son effet. » L’axe de 73 cm porte deux rangées de fers plats pivotants. Il est entraîné par un moteur thermique de 9 CV. C’est la grande vitesse de rotation qui assure le brassage intime de la litière par les fers. La hauteur de l’axe est réglable. L’engin se pilote comme un motoculteur, avec deux vitesses et une marche arrière. La version la plus vendue correspond au modèle autotracté avec deux roues avant pivotantes, ce qui évite de soulever l’engin pour repartir dans l’autre sens. « Beaucoup de femmes interviennent en poulailler a constaté Michel Bougis. Pour elles, c’était très difficile avec le premier modèle à roues fixes qui pèse jusqu’à 125 kg. À ma demande, le fabricant a installé les roues pivotantes pour manœuvrer facilement et la déconnexion d’une roue arrière le fait tourner plus court. » Benza propose un modèle moins sophistiqué, avec un axe muni de fers recourbés (comme un motoculteur) qui convient mieux à de la litière grossière. Il fait 45 cm de large et n’a pas de roues pivotantes (poids de 73 kg). Le prix catalogue de ces deux machines est de 3 600 euros HT.

 

 

 

Moins de repaillage chez Dominique Laizé

Éleveur de poulets à Parigné en Ille et Vilaine, Dominique Laizé a fait trois lots avec son scarificateur Benza. « La machine rend la litière plus souple, confirme l’éleveur, mais je n’ai pas vu d’impact sur le taux de pododermatites. » Il le met sur le compte de sa paille initialement mal broyée et de qualité médiocre. « Je commence à le passer vers 3-4 jours jusqu’à trois semaines, à raison d’un passage tous les 4-5 jours. Et je ne rajoute plus du tout de litière neuve comme avant. » La durée d’une intervention est d’environ 1 h 30 pour 17 longueurs réalisées dans son 1 200 m2 « Il faut être deux pour passer l’appareil et ranger les poulets, surtout au premier passage. Au second, les poulets reviennent vite à leur place. »

 

Brasser en poules repros aussi…

Installé à Lanrodec dans les Côtes d’Armor, Éric Guéno utilise le scarificateur Benza une fois par semaine sur ses poules et coqs repros chair, entre l’âge de 28 à 42 semaines (1). Au-delà, c’est inutile car la litière est devenue friable et souple. « Je l’ai acheté cette année pour décroûter sous les lignes où se perchent les poules. J’en suis très satisfait. Enlever ces croûtes à la fourche et ajouter du bouchon de paille sur les zones trop humides est vraiment très pénible. » Il compte environ 3 heures pour son 1 500 m2 qui loge 10 000 poules. « Il est efficace. Avec ses roues pivotantes, il est beaucoup plus maniable qu’un microtracteur et il coûte moins cher. » Quant au bruit, il lui a suffi d’habituer les animaux une seule fois en faisant tourner le moteur sans travailler la litière.

(1) Les animaux sont mis en place à l’âge de 21 semaines.

Les plus lus

Passé du lait à la volaille, Emmanuel Rochelle n'envisageait pas de faire le saut vers une production de poulet conventionnel.
"Je suis passé du lait à la volaille, avec mon poulailler statique équipé d'un jardin d'hiver"

Après avoir hésité entre la pondeuse plein air et la volaille Label rouge, Emmanuel Rochelle a finalement choisi un poulailler…

Grippe aviaire : mise en place progressive de la vaccination à un jour dans les couvoirs de canards

Demandée par la profession, la vaccination contre l’influenza aviaire à un jour et au couvoir va passer par une phase pilote…

Olivier Mevel est enseignant maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale en sciences de gestion, commerce, logistique et distribution. Il est aussi ...
Olivier Mével : « La filière du poulet label rouge devrait se réarmer ! »

Selon Olivier Mevel, consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires, la filière Label rouge souffre d’un…

Volailles label rouge : Comment mieux occuper les bâtiments

Lorsque l’offre de poulets label rouge ne peut être résorbée par un accroissement de la demande ou par un élargissement du…

Pascal Laurent accompagné de son technicien Guillaume Gannat (à gauche) : « Poser le diagnostic et trouver l’agent responsable a été un premier soulagement. Je ...
« Le virus variant Gumboro a été vraiment insidieux sur mes poulets lourds »

Chez Pascal Laurent, un virus réassortant de la maladie de Gumboro, responsable d’immunodépression sur ses poulets lourds…

L'opérateur dépose le plateau à sexer. Les deux scanners d’IRM sont protégés dans un caisson pour assurer la sécurité du personnel et la propreté .
Bien être animal : L’ovosexage d’Orbem opérationnel au couvoir Lanckriet

Le dispositif Genus Focus inventé par la start-up munichoise Orbem a pris son envol dans les deux sites français qui l’ont…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)