Aller au contenu principal
Font Size

Un bâtiment de pondeuses en code 2+ au coût maîtrisé

Pauline Le Balch a repris l’atelier de poules reproductrices de sa mère et a fait le choix de passer aux poules d’œufs de table en code 2 +.

À Loguivy-Plougras, dans les Côtes-d’Armor, l’installation de Pauline Le Balch a été rondement menée. En septembre 2018, la jeune femme — alors en pleine période de réflexion — rencontre la société Nutréa au Space à Rennes. En avril, le dernier lot de poules reproductrices chair est réformé par sa mère Anne-Marie qui prend sa retraite. Fin août, les 15 000 poules pondeuses d’œufs de consommation ont été mises en place. « Il ne fallait pas que cela traîne, justifie Pauline, car pendant tout ce temps l’argent ne rentrait pas. » Salariée de sa mère depuis deux ans et demi, la jeune femme de 24 ans s’est en effet installée sans aide, exceptée celle du PCAE de 30 000 euros. « J’avais envie de changement, mais sans quitter les poules. Depuis l’âge de 3 ans, j’ai toujours tourné autour dans cet élevage et je voulais continuer, mais autrement. L’œuf de consommation était une évidence. » Pour se rassurer, ainsi que le Crédit mutuel de Bretagne qui l’a financée, elle a préféré poursuivre le système d’intégration. Elle a signé un engagement sur sept lots. Nutréa fournit les poulettes prêtes à pondre, l'aliment, le suivi technique, et s'occupe de la vente des œufs. « Si elle le souhaite, Pauline aura la possibilité de changer son contrat dans deux ou trois lots », précise Olivier Madec, le responsable œuf de l’organisation de production Nutréa-Triskalia. Les œufs iront alimenter le centre de conditionnement Galline Frais situé près de Lille, qui est un client historique de Nutréa pour tous les types d’œufs de table.

Lumière naturelle, jardin d’hiver et aliment tracé non OGM

En acceptant de construire une extension extérieure couverte qui sert d'aire d'exercice (l'intérieur est en caillebotis intégral), Pauline Le Balch s’est alignée sur le cahier des charges des œufs de code 2+ du client final. Il s’agit d’une enseigne de la grande distribution vendant à sa marque un œuf issu de poules élevées au sol dans des bâtiments bénéficiant de l’éclairage naturel et d’un jardin d’hiver. Pour ce faire, 3% de surface transparente a été intégrée aux volets d’admission d’air (le bâtiment restant en ventilation statique). Le matériel intérieur a été complètement changé avec un caillebotis sur 15 mètres de large permettant de supporter les perchoirs, les lignes de pipettes et d’alimentation, ainsi que le pondoir passé en deux niveaux. Quant au jardin d’hiver bétonné, il a été l’objet d’une grande attention. « J’ai travaillé avec des artisans locaux qui ont fait une charpente métallique sur mesure pour avoir une double pente suffisamment haute pour pouvoir nettoyer avec un tracteur. » L’extension est suffisamment large (7,4 m) pour loger 15 000 poules à 9 par m2 utilisable. Pauline estime qu'elle lui a coûté environ 100 000 euros, sachant que l'investissement total se situe entre 20 et 25 euros par poule logée. Selon Nutréa, ce type de bâtiment, déjà amorti et pas trop grand, convient à ses besoins pour fournir un marché en expansion, mais qui se cherche encore. Bien malin celui qui peut prévoir le prix des œufs de code 2 lorsque ceux de code 3 auront presque disparu des rayons des GMS. D’où l’intérêt d’un code 2 haut de gamme dont le prix de reprise risque de moins baisser que ceux produits en volière sans jardin d’hiver et avec de grands troupeaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)