Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une campagne de promotion de la dinde sur les réseaux sociaux

« Remettre la dinde dans le quotidien des Français », telle est l’intention du Cidef — le comité dinde — avec la campagne qu’il lance avant la saison estivale.

 © Cidef
© Cidef

L’interprofession de la volaille veut inciter les consommateurs à reconsommer de la dinde et dynamiser leurs achats dans les magasins, afin que les GMS élargissent durablement le linéaire dinde. « En concertation avec les marques, nous lançons une campagne de promotion sur trois ans, explique Yann Brice, le directeur du Cidef. Cette première année, elle aura lieu en deux temps : l’une avant l’été sur les réseaux sociaux et l’autre à l’automne en GMS, mais aussi dans la restauration collective pour les jeunes, du collège à l’université. » Le message porte sur les propriétés nutritionnelles de cette viande, à la fois riche en protéines et moins calorique. Quatre axes de communication ont été retenus : la nutrition-santé (« nourris ton corps »), l’équilibre et le bien-être, la diversité de consommation de volailles et le goût (« donnes du goût à ta vie »).

Sur les réseaux sociaux, ces messages sont portés par Florian Barbarot, récent gagnant de l’émission Top Chef. « Cuisinier dans l’âme et sportif dans l’esprit », il prend la parole dans des séquences de 6 secondes et 20 secondes, visibles sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube. Fait original, Deezer diffusera également une annonce, souligne Yann Brice. D’autres influenceurs prendront le relais pour viser des cibles spécifiques (séniors, familles, médecins et nutritionnistes). Un site web dédié est également créé : www.jaimeladinde.fr.

Provoquer un effet levier pour les marques

À l’automne (3 ou 4 semaines en octobre et novembre), les GMS mettront en valeur les produits de dinde à travers des supports d’animation communs (kakémonos, habillages de bacs, affiches, stickers) que les marques auront le loisir de renforcer par leur propre communication. À peu près dans le même temps, les consommateurs de demain seront sensibilisés dans les restaurants scolaires qu’ils fréquentent (Sodexo, Elior et restaurants en gestion non concédée…). Compte tenu de sa forme digitale, cette campagne ne devrait pas coûter plus de 300 000 euros par an, avance Yann Brice. Par ailleurs, le Cidef compte sur l’effet levier d’une autre campagne multipays (Allemagne, Italie, France, Pologne, Pays-Bas, Belgique), cofinancée par l’Union européenne à 80 % et pilotée par l’Avec, l’association des abatteurs européens de volailles. Avec une communication commune et la possibilité de choisir l’espèce, la France a ciblé la dinde, tout comme l’Allemagne et la Pologne. Sur un montant global de 5,5 millions d’euros sur deux ans (dont 1,5 million pour la France), il en coûtera 300 000 euros aux professionnels français. Déposé au mois d’avril, le projet a de fortes chances d’aboutir. Réponse en septembre et démarrage en janvier 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)