Aller au contenu principal

Au Salon EuroTier
Plein feu sur les volières de pondeuses

Au salon des productions animales d’Hanovre qui s’est déroulé du 15 au 18 novembre, une place de choix a été donnée aux systèmes d’élevages des poules pondeuses.

Le salon EuroTier est à l’élevage mondial ce qu’étaient les grands magasins de La Samaritaine dans le Paris des années 60 : « on y trouve de tout ! » D’où son attractivité et son succès mondial. En ce qui concerne le matériel d’élevage des poules pondeuses, c’est la volière qu’une quinzaine de fabricants avaient choisi de mettre en avant, sauf l’Espagnol Zucami et l’Allemand Salmet.

Trois familles de volières

Les volières peuvent être classées dans trois catégories, à mesure que leur conception s’éloigne de celle de la cage collective aux normes européennes.

1-Il y a d’abord les modèles s’apparentant de près à une cage dont on aurait supprimé des cloisons de séparation, gardé la ligne intérieure d’alimentation et les rideaux du nid sur grillage, et posé un capot pour protéger la bande de transport des œufs. Dans ces systèmes aux niveaux identiquement équipés, les poules montent en sautant de part et d’autre du couloir qui reste étroit. Ce type de volière peut convenir aux éleveurs des pays où le marché de l’œuf « hors cage » est encore incertain et en devenir. Selon l’évolution du marché, ce sera une cage collective ou une volière. C’est typiquement le cas des USA.

2- Dans la seconde catégorie, la plus nombreuse en termes de modèles, on trouve des systèmes intermédiaires plus ouverts, avec des pondoirs automatiques clos, souvent sans fond de nid relevable, ayant encore des étages de même largeur. Le couloir de circulation se trouve hors de la structure. L’objectif est de répondre aux attentes des consommateurs, sans pour autant pénaliser l’aspect économique en gardant une densité de poules élevée.

3- La troisième catégorie rassemble les structures les plus ouvertes. Les niveaux peuvent être décalés et avoir une largeur décroissante avec la hauteur d’installation. Les pondoirs sont de vrais nids automatiques, avec des fonds relevables. L’implantation de leurs équipements tient plus compte de : comment la poule se déplace, où elle mange, boit et dort, et de comment l’éleveur peut y travailler dans de bonnes conditions.

Une somme de détails font la différence

Outre le prix, la diversité entre modèles repose sur une somme de détails techniques : solidité de la structure, nombre de niveaux (trois au maximum) et largeur (dégradé en escalier), munis d’un ou deux tapis à fientes, emplacement du tapis de transport des œufs (devant, derrière ou sous le nid), conception et emplacement des supports (plateau, perchoir) permettant aux poules de se déplacer, position des équipements (pipettes, chaîne d’alimentation, nid au fond ou au milieu de la structure), disposition des couloirs de visites (vide ou non de poules), accessibilité pour la maintenance et pour la conduite quotidienne (ponte hors nid, morts), systèmes de récupération des œufs pondus sur le caillebotis, densité animale au mètre carré de sol.

Si aucune volière ne vous convainc, vous pouvez tenter les structures mobiles pour élever des poules de luxe en plein air. En Allemagne, ce mode d’élevage en petits lots est prisé en production biologique, comme on pouvait le constater sur le stand de l’association Bioland. Chez Rowa, proposant des modèles allant de 30 à 900 poules, le module pour 350 oiseaux était à 42 000 euros tout équipé, soit 120 euros par poule, sans l’option panneau solaire !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
La gestion en flux tendu des plannings de ramassage est ressortie comme un point bloquant majeur à l'observance de la biosécurité.
Aider les équipes de ramassage de volailles à intégrer la biosécurité
De bonnes conditions d’accueil, un planning de ramassage bien anticipé et une meilleure communication entre acteurs sont autant…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)