Aller au contenu principal
Font Size

Pas de fertilisants d’élevages « industriels » en bio

Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021 © P. Le Douarin
Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021
© P. Le Douarin

Le Comité national d’agriculture biologique (Cnab) de l’Inao aurait confirmé le 11 juillet dernier sa décision du 19 décembre 2018 d’interdire l’usage des fertilisants issus d’effluents provenant d’élevages non biologiques de volailles en cage ou d’animaux élevés sur caillebotis intégral. La date de mise en application n’était pas été officiellement confirmée début août, mais il est très probable que ce sera le 1er janvier 2021. Elle a été décalée d’un an. Le Cnab a précisé la définition du terme « industriel ». En plus d’être en cage ou sur caillebotis intégral, les élevages industriels seront ceux dont l’effectif dépasse les seuils limites EIE définis au niveau européen (directive 2011/92/UE) : plus de 60 000 places de pondeuses, plus de 900 truies en naissage et de 3 000 places de porcs en engraissement, plus de 85 000 places de poulets.

Un tiers du blé bio non fertilisé

En pratique, les opposants ont une année supplémentaire pour faire valoir leurs arguments. Et parmi ceux-ci, il y a le risque de manquer d’azote et de phosphore pour les cultures. Le nombre d’agriculteurs Bios ayant recours à l’achat de fertilisants est loin d’être négligeable. Selon, une enquête de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne, 27 % des 239 fermes enquêtées utilisent des intrants provenant d’élevages qui seront interdits, autant celles sans élevage (28.7 %) qu’avec (26.3 %). Fin juin, le syndicat national des fabricants de fertilisants organiques (Afaïa) estimait que ses adhérents manqueraient de 4800 t d’azote et de 5000 t de phosphore à la vente. C’est l’azote nécessaire pour 50 000 ha de blé, soit le tiers de la sole française. Et c’est une estimation jugée basse. Ces deux éléments proviennent principalement de deux produits normalisés, les fientes de poules déshydratées et l’engrais issu de lisier de porc. Avec la nouvelle réglementation, leur volume sera très faible en porc et divisé par dix en volaille (environ 20 000 t disponibles). Comme les alternatives riches en azote sont onéreuses (corne, farine de plume, farines animales), cela va entraîner des importations de fertilisants venant de pays ayant des critères différents estime l’Afaïa.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)