Aller au contenu principal

Pas de fertilisants d’élevages « industriels » en bio

Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021 © P. Le Douarin
Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021
© P. Le Douarin

Le Comité national d’agriculture biologique (Cnab) de l’Inao aurait confirmé le 11 juillet dernier sa décision du 19 décembre 2018 d’interdire l’usage des fertilisants issus d’effluents provenant d’élevages non biologiques de volailles en cage ou d’animaux élevés sur caillebotis intégral. La date de mise en application n’était pas été officiellement confirmée début août, mais il est très probable que ce sera le 1er janvier 2021. Elle a été décalée d’un an. Le Cnab a précisé la définition du terme « industriel ». En plus d’être en cage ou sur caillebotis intégral, les élevages industriels seront ceux dont l’effectif dépasse les seuils limites EIE définis au niveau européen (directive 2011/92/UE) : plus de 60 000 places de pondeuses, plus de 900 truies en naissage et de 3 000 places de porcs en engraissement, plus de 85 000 places de poulets.

Un tiers du blé bio non fertilisé

En pratique, les opposants ont une année supplémentaire pour faire valoir leurs arguments. Et parmi ceux-ci, il y a le risque de manquer d’azote et de phosphore pour les cultures. Le nombre d’agriculteurs Bios ayant recours à l’achat de fertilisants est loin d’être négligeable. Selon, une enquête de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne, 27 % des 239 fermes enquêtées utilisent des intrants provenant d’élevages qui seront interdits, autant celles sans élevage (28.7 %) qu’avec (26.3 %). Fin juin, le syndicat national des fabricants de fertilisants organiques (Afaïa) estimait que ses adhérents manqueraient de 4800 t d’azote et de 5000 t de phosphore à la vente. C’est l’azote nécessaire pour 50 000 ha de blé, soit le tiers de la sole française. Et c’est une estimation jugée basse. Ces deux éléments proviennent principalement de deux produits normalisés, les fientes de poules déshydratées et l’engrais issu de lisier de porc. Avec la nouvelle réglementation, leur volume sera très faible en porc et divisé par dix en volaille (environ 20 000 t disponibles). Comme les alternatives riches en azote sont onéreuses (corne, farine de plume, farines animales), cela va entraîner des importations de fertilisants venant de pays ayant des critères différents estime l’Afaïa.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

De nouvelles règles de production pour les œufs label rouge
En discussion depuis 2018, les nouvelles conditions de productions communes de la production d’œufs de poules label rouge sont…
Nathalie Mordelet avec ses poulettes pendant leur enlèvement : « Il faut être ferme avec les poules, sinon elles ont vite fait de gagner la partie à nos dépens. » © P. Le Douarin
Poules pondeuses : les six premières semaines sont cruciales
En production d’œufs sous modes alternatifs, les deux premiers mois de la mise en route des poules conditionnent énormément le…
« Sur les quatre lots en volière, pas un n’a eu les mêmes comportements. C’est à moi de réagir et de m’adapter aux poules comme elles s’adaptent aussi à leur nouvel environnement. » © P. Le Douarin
Pondeuses en volière : Patrick Le Corre est exigeant sur ses poulettes
Éleveur finistérien méticuleux, Patrick Le Corre est très vigilant sur la manière dont sont élevées ses poules, afin de les…
Les ressorts haute résistance en rotation de l'aérateur Aélavia cassent la croute de litière. © Pubert
Un aérateur pour tout type de litières

Fabriqué par l’entreprise française Pubert et distribué par Boissinot Élevage, Aélavia est un aérateur…

Adrien Hervault : « La première semaine, je déclenche manuellement la distribution de l’aliment pour bien caler les quantités et veiller à ce que les poules ne fassent pas de tri. » © A. Puybasset
« Je ne compte pas mes heures au démarrage de mes poules en volière »
Adrien Hervault et son père Patrick passent beaucoup de temps dans leurs volières durant les premières semaines, très attentifs à…
Le test de modulation de la croissance a été mené dans la ferme de recherche de la firme services MG2Mix © Orvia-MG2Mix
Produire un canard de Barbarie plus petit et mieux viandé
Le sélectionneur Orvia propose aux producteurs de nouvelles pistes techniques afin de fournir aux abattoirs un canard mâle…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)