Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pas de fertilisants d’élevages « industriels » en bio

Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021 © P. Le Douarin
Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021
© P. Le Douarin

Le Comité national d’agriculture biologique (Cnab) de l’Inao aurait confirmé le 11 juillet dernier sa décision du 19 décembre 2018 d’interdire l’usage des fertilisants issus d’effluents provenant d’élevages non biologiques de volailles en cage ou d’animaux élevés sur caillebotis intégral. La date de mise en application n’était pas été officiellement confirmée début août, mais il est très probable que ce sera le 1er janvier 2021. Elle a été décalée d’un an. Le Cnab a précisé la définition du terme « industriel ». En plus d’être en cage ou sur caillebotis intégral, les élevages industriels seront ceux dont l’effectif dépasse les seuils limites EIE définis au niveau européen (directive 2011/92/UE) : plus de 60 000 places de pondeuses, plus de 900 truies en naissage et de 3 000 places de porcs en engraissement, plus de 85 000 places de poulets.

Un tiers du blé bio non fertilisé

En pratique, les opposants ont une année supplémentaire pour faire valoir leurs arguments. Et parmi ceux-ci, il y a le risque de manquer d’azote et de phosphore pour les cultures. Le nombre d’agriculteurs Bios ayant recours à l’achat de fertilisants est loin d’être négligeable. Selon, une enquête de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne, 27 % des 239 fermes enquêtées utilisent des intrants provenant d’élevages qui seront interdits, autant celles sans élevage (28.7 %) qu’avec (26.3 %). Fin juin, le syndicat national des fabricants de fertilisants organiques (Afaïa) estimait que ses adhérents manqueraient de 4800 t d’azote et de 5000 t de phosphore à la vente. C’est l’azote nécessaire pour 50 000 ha de blé, soit le tiers de la sole française. Et c’est une estimation jugée basse. Ces deux éléments proviennent principalement de deux produits normalisés, les fientes de poules déshydratées et l’engrais issu de lisier de porc. Avec la nouvelle réglementation, leur volume sera très faible en porc et divisé par dix en volaille (environ 20 000 t disponibles). Comme les alternatives riches en azote sont onéreuses (corne, farine de plume, farines animales), cela va entraîner des importations de fertilisants venant de pays ayant des critères différents estime l’Afaïa.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)