Aller au contenu principal

Pas de fertilisants d’élevages « industriels » en bio

Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021 © P. Le Douarin
Les fientes sèches de poules utilisées en Bio proviennent quasi exclusivement d’élevages en cage de plus de 60 000 poules interdits en 2021
© P. Le Douarin

Le Comité national d’agriculture biologique (Cnab) de l’Inao aurait confirmé le 11 juillet dernier sa décision du 19 décembre 2018 d’interdire l’usage des fertilisants issus d’effluents provenant d’élevages non biologiques de volailles en cage ou d’animaux élevés sur caillebotis intégral. La date de mise en application n’était pas été officiellement confirmée début août, mais il est très probable que ce sera le 1er janvier 2021. Elle a été décalée d’un an. Le Cnab a précisé la définition du terme « industriel ». En plus d’être en cage ou sur caillebotis intégral, les élevages industriels seront ceux dont l’effectif dépasse les seuils limites EIE définis au niveau européen (directive 2011/92/UE) : plus de 60 000 places de pondeuses, plus de 900 truies en naissage et de 3 000 places de porcs en engraissement, plus de 85 000 places de poulets.

Un tiers du blé bio non fertilisé

En pratique, les opposants ont une année supplémentaire pour faire valoir leurs arguments. Et parmi ceux-ci, il y a le risque de manquer d’azote et de phosphore pour les cultures. Le nombre d’agriculteurs Bios ayant recours à l’achat de fertilisants est loin d’être négligeable. Selon, une enquête de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne, 27 % des 239 fermes enquêtées utilisent des intrants provenant d’élevages qui seront interdits, autant celles sans élevage (28.7 %) qu’avec (26.3 %). Fin juin, le syndicat national des fabricants de fertilisants organiques (Afaïa) estimait que ses adhérents manqueraient de 4800 t d’azote et de 5000 t de phosphore à la vente. C’est l’azote nécessaire pour 50 000 ha de blé, soit le tiers de la sole française. Et c’est une estimation jugée basse. Ces deux éléments proviennent principalement de deux produits normalisés, les fientes de poules déshydratées et l’engrais issu de lisier de porc. Avec la nouvelle réglementation, leur volume sera très faible en porc et divisé par dix en volaille (environ 20 000 t disponibles). Comme les alternatives riches en azote sont onéreuses (corne, farine de plume, farines animales), cela va entraîner des importations de fertilisants venant de pays ayant des critères différents estime l’Afaïa.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Grippe aviaire : La France passe en niveau de risque modéré
Vendredi 30 septembre à 17 heures, le cabinet du ministre de l’agriculture a annoncé que le niveau de vigilance vis-à-vis du…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Robots avicoles : Tibot cesse ses activités
  Plombée par la Covid-19, puis la grippe aviaire et la guerre en Ukraine, la start-up avicole Tibot technologies est en cours de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)