Aller au contenu principal

« Nos poulets sont moins substituables, et c’est tant mieux ! »

En devenant éleveur labelisé Initiative Tierwohl (ITW), Philipp Beckhove éleveur en Rhénanie du nord Westphalie n’a pas accru son bénéfice. Il a seulement compensé son surcroît de contraintes.

« Produire un poulet sous cahier des charges ITW ? C’est assez simple ! », lance Philipp Beckhove, 49 ans.

À Senden, près d’Osnabrück (Rhénanie du nord Westphalie), il est à la tête de quatre bâtiments pouvant accueillir chacun quelque 40 000 poulets. Il explique : « avant j’étais à 39 kg/m² pour un objectif de 2,8 kg en 42 jours. Aujourd’hui, le poids visé à la sortie reste le même, mais je suis descendu à 35 kg en moyenne sur trois lots. Je détasse un quart de l’effectif à 32 jours à 1,9 kg. Je peux bien piloter mon nombre d’animaux. Un bâtiment moins rempli, c’est plus agréable, surtout en fin de lot ».

L’éleveur n’a pas eu à changer de génétique (Ross 308), mais il n’exclut pas que l’évolution constante du cahier des charges ITW le lui demande un jour. Il est tenu de s’approvisionner auprès d’un seul accouveur et d’un seul fournisseur d’aliment. Il est libre de son schéma vaccinal et recourt à des antibiotiques en moyenne une fois tous les deux lots.

« Je couvre mes frais, sans améliorer ma marge »

Philipp a adhéré au cahier des charges ITW en 2015. « Les associations de protection animale mobilisent efficacement pour leur cause. La société y est de plus en plus sensible. Je dois donc mieux faire mon travail. Le bien-être va devenir le passage obligé pour tout éleveur. Selon moi, ITW a été bénéfique pour l’élevage allemand. La grande distribution ne jure plus que par cela. ITW impose l’étiquetage sur le mode de conduite depuis son deuxième programme 2018-2021. Nos produits deviennent moins remplaçables, et c’est tant mieux ! ».

Dans son cas, Philipp n’a pas eu besoin d’ajouter un jardin d’hiver à ses bâtiments. « Personne n’accorde plus de permis de peur que les émissions d’ammoniac n’augmentent encore dans une région où la densité en porcs et en volaille est déjà forte », commente-t-il. Il a d’abord touché une prime de deux centimes par kg vif. « C’était juste. Elle a été revalorisée à 2,75 centimes. Là, je couvre mes frais, mais sans améliorer ma marge. L’IC est descendu à 1,51 et la mortalité oscille entre 2 et 2,5 %. Cela me satisfait » dit-il. Philipp n’a pas contractualisé ses achats d’aliment. « Mais l’abattoir Rotkötter avec lequel je travaille a aussi augmenté son prix de reprise, donc ma marge est restée la même ».

C. Reibel

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Après la face sud en 2010, la face nord de l'ancien poulailler a été équipée en 2022 d'une centrale photovoltaïque, avec des modules à hétérojonction.
« J’ai installé une centrale photovoltaïque au nord »
Laurent Moréac a reconverti un ancien poulailler dans la production d’électricité photovoltaïque, en équipant la face sud puis…
Dans quelques mois, toute la viande fraiche de poulet vendue en GMS aura été élevée selon le cahier des charges imposant le jardin d'hiver
La mutation du poulet aux Pays-Bas
La pression des associations de protection animale a modifié en profondeur la production de poulet destinée au marché du frais.…
Grippe aviaire : une pression virale inédite
  En France, comme en Europe, le nombre de foyers d’influenza H5N1 hautement pathogène va grandissant, en lien avec des contacts…
Les deux rotobuses montent et descendent alternativement de chaque côté le long de deux glissières pour asperger sous pression et de part et d’autre les caillebotis.
Une laveuse de caillebotis "faite-maison" par un producteur d’œufs
Le producteur ardéchois d’œufs Sylvain Bertrand a mis au point avec son beau-père une laveuse de caillebotis afin d’alléger les…
Avec ses deux bâtiments neufs et les deux de 1 000 m2 rénovés ces deux dernières années, le site d'Augan a une capacité de 50 000 poules reproductrices.
Deux nouveaux bâtiments de reproducteurs, une vitrine pour l’accouveur BD France
Sur l’une de ses fermes de production d’œufs à couver, BD France a investi dans deux bâtiments de nouvelle génération, en termes…
Robots avicoles : Tibot cesse ses activités
  Plombée par la Covid-19, puis la grippe aviaire et la guerre en Ukraine, la start-up avicole Tibot technologies est en cours de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)